Mars aura bientôt droit à des clichés en 8K

Buzz

Par Victor Keller le

L’Agence d’exploration aérospatiale japonaise a annoncé qu’elle développait de nouvelles caméras pour prendre des photos de la planète rouge en ultra-haute résolution.

WikiImages – Pixabay

Même si la 8K (7680 x 4320 pixels) reste encore marginale pour le grand public et justifie surtout les prix très élevés de certains téléviseurs, elle semble avoir trouvé une réelle utilité dans le domaine de l’exploration spatiale. L’Agence d’exploration aérospatiale japonaise, en collaboration avec le leader de diffusion radio et télé nippon NHK, va développer de nouvelles caméras 4K et 8K pour prendre des clichés de Mars et de ses lunes (Phobos et Deimos) pour la prochaine mission spatiale japonaise vers les lunes de la planète rouge. Le but originel de MMX (Martian Moons Exploration) était de récolter des échantillons de la surface de Phobos, un des deux satellites naturels de Mars. Grâce aux nouvelles caméras, la mission sera aussi l’occasion de prendre des clichés de la surface de Mars en ultra-haute résolution. Les images seront stockées dans une capsule qui reviendra sur Terre.

Autre avantage de ces caméras, on pourra observer le comportement des vaisseaux spatiaux grâce à la combinaison des images et des données de vol. Un atout non négligeable, d’autant que ces observations profiteront au monde entier. A titre d’exemple, MMX embarquera un astromobile conçu par les agences spatiales allemandes et françaises. Si les clichés vont ravir les téléspectateurs nippons -la chaîne japonaise NHK aura les droits de diffusion en exclusivité-, les prélèvements sur le satellite naturel martien devrait permettre de compléter les connaissances sur le passé et le présent de la planète rouge. L’origine de Phobos et de Demios reste inconnue à l’heure actuelle. La mission étudiera également la distribution temporelle et spatiale des tempêtes de poussière, des nuages de glace et de la vapeur d’eau sur la planète.

Il faudra cependant être patient : MMX devrait décoller vers Mars en 2024, arriver sur place en 2025, et retourner sur Terre en 2029, pour un coût total de 387 millions d’euros.