Le laboratoire américain Moderna dévoile un vaccin « efficace à 94,5% »

Science

Par Felix Gouty le

Après le vaccin efficace à 90% de Pfizer et BioNTech, et le Spoutnik-V russe efficace à 92%, la société américaine Moderna dévoile un vaccin efficace à 94,5%.

Crédits : Dimitri Houtteman / Unsplash.

La course au vaccin anti-COVID-19 a un nouveau challenger. La société américaine de biotechnologie, Moderna, avance aujourd’hui avoir mis au point un vaccin efficace à 94,5% – contre les 90% d’efficacité du vaccin de Pfizer et BioNTech, dévoilé la semaine dernière. Le laboratoire basé à Cambridge dans le Massachusetts avait été l’un des premiers à s’atteler à la recherche d’un vaccin. Ses biologistes avaient déjà commencé à tester un premier « candidat-vaccin » en avril dernier. Néanmoins, il est actuellement impossible de savoir si celui-ci est désormais le vaccin présenté aujourd’hui. Moderna est, cela dit, très confiant du résultat : le laboratoire est déjà prêt à demander une autorisation de mise sur le marché, aux États-Unis, dans les prochaines semaines à l’Agence américaine des médicaments (FDA).

Une efficacité record ?

À l’instar du vaccin Pfizer-BioNTech, l’efficacité du remède Moderna a été établie à la suite des premiers essais cliniques effectués sur des patients humains. Selon les résultats communiqués par le laboratoire, 90 participants d’un groupe placebo (ou contrôle) observé ont attrapé le COVID-19 contre seulement 5 parmi les personnes du groupe vacciné. Autrement dit, le vaccin Moderna réduit les risques de tomber malade du COVID-19 de 94,5%. Si ce vaccin finit par être autorisé pour une commercialisation et un déploiement dans la population, tout en gardant cette même efficacité, il pourrait constituer l’un des vaccins les plus efficaces jamais fabriqués. Selon le Centre américain de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), il rivaliserait d’efficacité avec le vaccin contre la rougeole, établie à 97% sur deux doses. À titre de comparaison, un vaccin contre la grippe saisonnière oscille entre une efficacité entre 19% et 60% – d’après les chiffres du CDC sur les dix dernières années. Moderna note cependant que 9 à 10% des personnes vaccinées ont subi des effets secondaires classiques, après une seconde dose, comme de la fatigue ou une rougeur au point d’injection.

L’impasse mexicaine des vaccins

Par ailleurs, l’efficacité vaccin Moderna surpasserait donc celle du vaccin Pfizer-BioNTech mais aussi celle du vaccin présenté par l’Institut de recherche épidémiologique Gamaleïa de Russie il y a quelques jours. Celui-ci, surnommé Spoutnik-V, serait efficace à 92% après une seconde dose. Ce vaccin est un « vecteur viral », rapporte Le Parisien : il délivre une partie du coronavirus SARS-CoV-2 – contre lequel le vacciné devra constituer une immunité pour pouvoir ensuite éventuellement combattre le virus entier – contenue dans des adénovirus modifiés (virus assez communs, dont certains sont responsables de pharyngites ou conjonctivites), à travers deux injections successives.