Volkswagen visé par une enquête après son poisson d’avril raté

Automobile

Par Amandine Jonniaux le

Après une blague du 1er avril qui avait fait l’effet d’un gros flop, Volkswagen est désormais dans le viseur de la SEC, l'autorité de régulation américaine de la Bourse.

© Julian Hochgesang via Unsplash

Souvenez-vous il y a tout juste un mois, Volkswagen annonçait un changement de cap inattendu, en renommant sa branche américaine Voltswagen. Après un leak, un compte Twitter et plusieurs communiqués de presse, la marque officialisait son passage au tout électrique, à l’image de Volvo et de plusieurs autres noms de l’industrie automobile. Mauvais timing ou gros amateurisme, il s’agissait en réalité d’un poisson d’avril avant l’heure. Un mois plus tard, la blague aurait pu s’arrêter là, mais elle prend désormais une ampleur bien plus importante que prévu.

Volkswagen soupçonné de manipulation boursière

Selon les informations du journal allemand Der Spiegel, la SEC, l’autorité de régulation américaine de la Bourse a ouvert une enquête sur la filiale américaine de l’entreprise. En annonçant son passage au tout électrique, il faut dire que Volkswagen a beaucoup fait réagir, au point de faire grimper son cours de bourse de près de 12 points. L’opération aura beau avoir eu l’effet d’un gros coup de communication raté, elle a finalement attiré l’attention des autorités américaines, qui soupçonnent l’entreprise d’avoir voulu imiter Elon Musk en influençant le cours de la bourse à son avantage avec cette fausse annonce.

L’information n’a pas été officiellement confirmée par Volkswagen USA. Contactée par Der Spiegel, la maison-mère allemande a simplement indiqué que sa filiale collaborait actuellement avec la SEC afin de lui fournir certaines informations. Si la blague ratée de Volkswagen a été à ce point prise au sérieux par les investisseurs, il faut rappeler qu’elle intervient dans un contexte particulièrement favorable au développement de la motorisation électrique. Aux États-Unis, Joe Biden en a d’ailleurs fait l’une de ses priorités de mandat.