Aux États-Unis, seuls 4% des utilisateurs d’iPhone autorisent le pistage publicitaire

Apple

Par Remi Lou le

Séisme publicitaire à venir. Comme prévu, l’outil d’anti-pistage d’Apple est fortement plébiscité, non pas pour aider les développeurs, mais plutôt pour refuser le suivi publicitaire.

© CardMapr.nl / Unsplash

Ça ne sent pas très bon pour le secteur de la publicité sur les appareils d’Apple. Avec iOS 14.5, la firme a en effet introduit un nouvel outil permettant à l’utilisateur de refuser que les applications collectent des données à des fins publicitaires, soit l’IDFA (Identifier for Advertisers). L’anti-pistage se matérialise sous la forme d’un pop-up qui apparaît à l’ouverture d’une application, et il semblerait que malgré les efforts de certains, comme Facebook, pour inciter les possesseurs d’iPhone à accepter, ils seraient particulièrement nombreux à mettre à profit cette fonction.

96% des américains refusent d’être pistés

D’après les chiffres de Flurry Analytics, dont l’étude a été réalisée sur 2,5 millions d’individus, près de 96% des utilisateurs américains d’iPhone interrogés refusent que leurs applications les pistent grâce à cette fonction. Cela veut dire que seuls 4% des utilisateurs autorisent les applications à accéder à leur balise IDFA pour les annonceurs. Dans le monde, ils sont 11% à autoriser les applications à collecter des données.

Bizarrement, s’ils sont donc très nombreux à refuser le pistage publicitaire volontairement, très peu d’utilisateurs ont désactivé l’option « Autoriser les applications à demander le suivi » dans les réglages d’iOS. Dans le monde, ils sont 4%, et seulement 2% aux États-Unis. Les craintes de Facebook et d’autres développeurs d’applications sont donc devenues réalité. Reste à voir comment ces applications parviendront à faire évoluer leur modèle, surtout maintenant que Google compte lui aussi mettre en place un système ressemblant à celui d’Apple.