Sennheiser a vendu ses casques et écouteurs à Sonova

Audio

Par Olivier le

Sennheiser a trouvé un repreneur pour sa division de produits grand public. C'est Sonova, une entreprise suisse spécialisée dans les produits audio médicaux qui s'empare de cette activité soumise à une forte concurrence.

© Sennheiser

Le marché des produits audio, qu’il s’agisse des écouteurs, des casques ou des enceintes, subit une concurrence particulièrement active depuis que les grands constructeurs informatiques s’y intéressent. On songe à Apple bien entendu, mais Google, Amazon ou encore Sonos ont des ambitions dans ce domaine.

Un chèque de 200 millions d’euros

Tout cela laisse ne laisse plus aux « historiques » que les miettes alors que les marges sont déjà très faibles dans le secteur. Sennheiser fait partie de ces entreprises pionnières qui n’ont pas su ou pas pu conserver leurs positions sur le marché. En février, le constructeur allemand confirmait la recherche d’un « partenaire solide » pour reprendre sa division des produits grand public.

Le repreneur a été trouvé : il s’agit de Sonova, un constructeur suisse de produits audio médicaux (implants cochléaires, aides auditives), qui va reprendre le catalogue d’écouteurs sans fil, de casques et de barres de son de Sennheiser. A priori, Sonova a l’intention de continuer à se battre pour se faire une place au soleil sur le marché grand public.

Le repreneur a signé un chèque de 200 millions d’euros pour acheter une division qui réalisait bon an mal an 250 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. L’acquisition est soumise au feu vert des autorités de la concurrence, mais si tout se passe bien Sennheiser et Sonova espèrent que la transaction sera terminée dès le deuxième semestre. La marque Sennheiser sera utilisée par Sonova.

Sennheiser a toujours fait bonne figure dans le secteur, avec des produits reconnus et appréciés. En 2019, le groupe battait son record de ventes, mais c’était insuffisant pour faire face à une concurrence débridée. L’entreprise a dû se séparer de 650 collaborateurs avant de trouver le chevalier blanc capable de poursuivre l’activité.