Voitures autonomes : le Bundestag allemand donne son feu vert

Le pays européen a voté un texte de loi autorisant la mise en circulation des véhicules autonomes sans conducteur d’ici 2022.

Tesla Model 3
© Vlad Tchompalov / Unsplash

La nouvelle n’est pas vraiment une surprise, mais elle signe une nouvelle étape dans la démocratisation des véhicules autonomes. Alors que l’Allemagne autorise depuis déjà plusieurs mois les tests liés aux voitures sans pilotes, l’adoption de ce nouveau projet de loi la semaine dernière au Bundestag devrait ouvrir la voie aux entreprises privées, qui pourraient bientôt déployer des services de livraison automatisés dans tout le pays.

Autonomie de niveau 4 exigée

Évidemment, l’arrivée des voitures autonomes sur la voie publique allemande devra être largement réglementée avant de se frayer une place aux côtés des conducteurs et conductrices. Ainsi, le Bundestag a précisé que cette autorisation concernerait spécifiquement les véhicules dotés d’une autonomie de niveau 4. Établie par la Society of Automobile (SAE), cette norme désigne les engins équipés d’un ordinateur de bord capable de gérer toute la conduite de manière autonome dans certains environnements prédéfinis. À titre de comparaison, les Tesla d’Elon Musk enregistrent officiellement un niveau 2 d’autonomie SAE.

Si l’Allemagne projette d’autoriser la mise en circulation de ces véhicules d’ici 2022, ces derniers resteront donc limités à des zones géographiques strictes. Le texte de loi précise néanmoins qu’à l’avenir “les véhicules autonomes devraient être capables de rouler dans tout le pays sans conducteur physiquement présent”. Des mesures supplémentaires devraient ainsi être prises d’ici les années à venir, afin de permettre au pays de développer plus massivement la conduite autonome. À noter que si le projet de loi a déjà été adopté par la chambre basse du Parlement, ce dernier doit encore être approuvé par le Bundesrat, sa chambre haute. Le pays réfléchit notamment au déploiement des voitures autonomes dans le transport de passagers, entre les aéroports ou pour faire liaison entre une maison de retraite et un hôpital par exemple rapporte le site de TechCrunch. Des tests similaires sont déjà en cours dans plusieurs autres pays — notamment aux États-Unis ou en Chine, mais l’Allemagne est la première à imaginer concrètement l’intégration de ce type de véhicules dans une circulation plus classique.