Windows 11 bat Windows 10 sur les CPUs Lakefield

D'après une série de benchmarks réalisés sur Windows 11, les CPUs hybrides d'Intel semblent armés pour tirer le meilleur du futur système d'exploitation. Mais pas certain que cela s'applique à toutes les machines.

Windows 11 wallpaper
© Microsoft

Windows 11 n’a même pas encore pointé le bout de son code officiellement qu’il fait déjà parler de lui, et en bien. Les premiers benchmarks déjà effectués sur une version ayant fuité sur le web vont tous dans le même sens : on peut s’attendre à un système d’exploitation significativement plus rapide que son prédécesseur, en tout cas sur certaines machines.

Le site spécialisé HotHardware a choisi de réaliser ses tests sur deux Galaxy Book S, équipés de processeurs Lakefield, avec leur fameuse architecture hybride. Une seule différence entre les deux machines : la première fait tourner Windows 10 (21H1), tandis que la seconde arbore fièrement la version fuitée de Windows 11 (21996.1). Tous deux ont été soumis à un vaste panel de benchmarks. L’objectif : tester la puissance brute ainsi que les performances en conditions réelles. Et le résultat va certainement faire ronronner des ingénieurs du côté de Redmond, puisque Windows 11 a obtenu un score supérieur dans la quasi-totalité des tests effectués.

Commençons par la seule (fausse) mauvaise nouvelle. Pour tester la partie graphique, HotHardware a choisi 3DMark, l’une des références du genre. Verdict : sur le test NightRaid, Windows 11 est très légèrement en retrait, et s’incline avec 4266 points… contre 4286, soit moins d’1% de différence. Une marge minime, qui n’a en plus que très peu de valeur puisque cette néo-version de Windows 11 tournait avec les pilotes de Windows 10. Non seulement la compatibilité est là, mais on est en droit d’attendre un gain de performance une fois les drivers mis à jour. Surtout que sur Cinebench, un test semblable mais moins dépendant des pilotes, Windows 11 l’emporte avec 8,2% de marge.

Un gain de performance en conditions réelles

Dans certaines catégories, la différence est ténue mais néanmoins significative. Geekbench, l’une des références du benchmark de processeur, trouve un gain moyen  de puissance brute d’environ 2%. Mais là où le résultat est intéressant, c’est dans les tests qui se rapprochent le plus des conditions réelles. Sur BrowserBench Spedometer 2, un benchmark qui estime la fluidité de la navigation web, Windows 11 l’emporte avec plus de 10% de marge. Enfin, un autre test intéressant est UL PCMark 10, qui teste de très nombreuses applications réelles (conférence vidéo, édition vidéo, tableurs….). Sur l’aspect graphique, même constat que pour 3DMark : Windows 10 gagne d’un cheveu, pour les raisons décrites plus haut. Mais sur tout le reste, Windows 11 jouit d’une avance réelle.

Quid des autres architectures ?

D’après PhonAndroid, Windows 11 sera gratuit pour les utilisateurs des versions 7, 8.1 et 10. Faut-il déjà sauter au plafond, et s’attendre à un gain de performance visible dès la mise à jour ?  C’est le tableau qui semble se dessiner, et cette nouvelle mouture de Windows se montre sous un jour assez flatteur. Mais attention : ces tests ont été spécifiquement réalisés sur un processeur hybride d’Intel, très récent. Tout va se jouer sur l’optimisation : ce matériel est certainement plus à même de tirer parti de ce nouvel OS qu’un processeur ayant déjà quelques années. Windows 11 sera présenté le 24 juin; rendez-vous à cette date pour savoir si ce gain de performances est général ou exclusif aux Lakefield !