Brave lance un moteur de recherche éthique pour contrer Google

Plus respectueux de la vie privée, et garanti sans pistage, Brave Search espère s’imposer comme une alternative plus éthique au géant Google.

brave search
© Brave

Alors que le moteur de recherche de Google représente à lui seul plus de 90% du marché mondial, certaines initiatives plus éthiques ne désespèrent pas de tirer leur épingle du jeu. Après Ecosia ou encore Qwant, c’est au tour de Brave de lancer Brave Search, son propre moteur de recherche pensé comme une alternative plus respectueuse de la vie privée. Pour le moment déployé en version beta, ce nouveau moteur de recherche pourra être directement intégré à Chrome, Safari ou Firefox.

Si Brave Search n’aura sans doute jamais l’ambition de réellement concurrencer Google, il s’agit là d’une évolution logique pour l’entreprise. Depuis quelques années, Brave propose déjà aux internautes un navigateur web plus respectueux de la vie privée, capable de bloquer automatiquement les trackers publicitaires, mais aussi les annonces pop-up et les vidéos en lecture automatique. Sans surprise, le moteur de recherche sera désormais intégré nativement au navigateur de l’entreprise.

Financé grâce à la publicité

Évidemment, la création d’un moteur de recherche sans collecte de données à un certain coût. Pour rentrer dans ses frais, Brave proposera ainsi deux alternatives : une version gratuite financée par la publicité (non ciblée), et une version premium, qui sera dépourvue d’annonces, mais nécessitera un abonnement, dont le prix n’a pas encore été communiqué.

brave search JDG
Crédits : JDG

Pour fonctionner, Brave Search ne se base ni sur Google ni sur Bing, mais sur son propre index. Seul l’API de Bing est utilisé concernant la recherche d’image admet l’entreprise, qui explique dans un communiqué sur son site : “Brave Search est construit sur un index complètement indépendant et ne traque pas les utilisateurs, leurs recherches ou leurs clics”. Une initiative louable, même si le résultat est sans surprise moins efficace que sur Google. En cherchant Journal du Geek dans le moteur de recherche, on tombe ainsi sur notre chaine YouTube, notre compte Twitter et même notre application mobile. En revanche, le site n’est pas du tout référencé.