L’Europe met en garde Apple contre sa politique anti-concurrentielle

Apple

Par Amandine Jonniaux le

Le département antitrust de l’Union européenne estime qu’Apple ne devrait pas utiliser la confidentialité et la sécurité de ses utilisateurs pour empêcher la libre concurrence.

Apple iPad Pro 11 M1
© Apple

Apple est (encore) dans le viseur de la justice européenne. Alors que l’UE a récemment proposé des projets de réglementations qui pourraient obliger la marque à la Pomme à autoriser la présence d’autres stores tiers sur ses terminaux, le PDG de l’entreprise Tim Cook s’était prononcé contre cette proposition de loi. Selon l’homme d’affaires, ouvrir ses produits à d’autres magasins en ligne que son App Store aurait en effet pour conséquence de menacer la sécurité et la confidentialité d’iOS.

Oui, mais voilà. Si la confidentialité et la sécurité des utilisateurs de la Pomme est un mantra louable de la part de Tim Cook, Margrethe Vestager, la vice-présidente exécutive de la Commission européenne et commissaire européenne à la concurrence, a mis en garde l’entreprise américaine, qu’elle accuse d’utiliser des préoccupations importantes pour les consommateurs (la sécurité et la confidentialité) pour repousser la concurrence.

Dans une interview pour le site Reuters, Vestager explique ainsi que si “la confidentialité et la sécurité sont d’une importance primordiale pour tout le monde”, cela n’est pas incompatible avec l’ouverture de la Pomme. La femme politique a cependant indiqué qu’elle restait attentive à d’éventuels changements dans sa proposition de loi.

Apple contre le monde

Ce n’est pas la première fois qu’Apple est pointé du doigt pour son positionnement pour le moins agressif envers le principe de libre concurrence. Aux États-Unis, l’entreprise fait actuellement face à son très médiatique procès contre Epic Games, banni de l’App Store depuis sa tentative ratée pour outrepasser la politique de la Pomme.