Critique

Critique : Le Labyrinthe : La Terre brûlée, mieux que le premier ?

Cinéma

Par Mathieu le

Le Labyrinthe, c’est un peu un symptôme du cinéma des années 2010. Alors que la saga Twilight a lancé le genre du Teen-movie à thème, se basant sur un best-seller qui avait cartonné auprès des adolescents (même si certains diront qu’Harry Potter étant véritablement le premier), la saga Labyrinthe est arrivée elle en 2014 avec un premier épisode sympathique, mais pas vraiment révolutionnaire.

Beaucoup disaient d’ailleurs que c’était une sorte de Cube remixé pour les plus jeunes, les histoires d’amour et de vengeance en plus. On avait donc quitté Thomas, Teresa, Minho et Newt dans de sales draps, sans vraiment savoir ce qui les attendait et ce qui allait se passer pour la suite de leurs aventures, programmées un an plus tard sur nos écrans de cinéma préférés.

Alors, la Terre brûlée est-elle un concurrent supplémentaire à Divergente, Hunger Games ou Les âmes vagabondes ? Ou est-ce enfin un long-métrage qui sort un minimum des sentiers battus pour nous proposer un contenu plus original que son aîné ?

maxresdefault

The Last of Us ?

Alors là, vous allez vous demander pourquoi un sous-titre pareil. Et bien tout simplement parce que Le Labyrinthe 2 m’a souvent rappelé le jeu de Naughty Dog. Je vous expliquerai cela par la suite. Avant toute chose, situons ensemble l’action de ce second épisode. Thomas et les autres “Blocards” (ses collègues survivants du premier épisode) arrivent dans un énorme complexe, persuadés qu’ils sont enfin sauvés des griffes de WICKED, la mystérieuse et puissante organisation qui les avaient piégés. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu (je ne vous révélerai pas pourquoi) et ils se retrouvent finalement à devoir survivre par eux-mêmes, en dehors du complexe, dans un décor apocalyptique appelé la Terre brûlée, car s’étend devant eux des kilomètres de désert sans vie.

Thomas et ses amis chercheront donc à survivre pour retrouver la trace des rebelles, des individus qui pourraient les aider à comprendre pourquoi WICKED souhaite leur mort et surtout comment sauver le reste de l’humanité. Malheureusement, rien ne sera aussi simple et il leur faudra faire face à d’innombrables dangers, dont une sorte de virus qui transforme les gens en monstre sans conscience à la recherche de nourriture vivante (des zombies en quelque sorte…).
Et c’est notamment l’un des points qui m’a le plus agréablement surpris. Le Labyrinthe 2 mélange aisément plusieurs univers futuristes ou apocalyptiques et réussis à réunir les codes actuels pour plaire à tous en gardant à l’esprit de les traiter avec une patte novatrice.

Un autre point qui, dans ce sens, est intéressant, c’est que la Terre brûlée se veut bien plus mature que les autres films du genre. Malgré certains dialogues qui restent un poil niais ou simplets, les scènes d’action m’ont impressionné.

Sans vous en dévoiler davantage, n’emmenez pas votre enfant de 10 ans voir ce film, car certaines scènes sont tout de même relativement violentes et quelques séquences feraient même passer le long-métrage pour de l’épouvante. Lorsque je vous parlais de The Last of Us toute à l’heure, c’était notamment pour deux choses : les monstres présentés précédemment m’ont fait penser aux infectés du jeu de Naughty Dog, mais aussi à la notion de survie et à certains décors qui s’implantent vraiment bien dans cet univers apocalyptique.

le-labyrinthe-2-la-terre-brulee-the-scorch (1)

Une réussite visuelle

La Terre brûlée a bénéficié d’un budget plus important que le premier épisode. Nous sommes en effet passé de 40 millions à 61 millions de dollars, ce qui n’est pas rien pour un jeune réalisateur d’à peine 30 ans comme Wes Ball. C’est donc assez logiquement que nous nous retrouvons devant des effets spéciaux d’excellente qualité, qui n’ont rien à envier à d’autres blockbusters du genre et aux concurrents qui oscillent généralement à plus de 100 millions. Si certains intérieurs sont quelque peu insipides, il faut bien avouer que le travail réalisé sur les décors extérieurs est de très bonne facture et qu’on se surprend à s’ébahir devant cette Terre brûlée qui regorge de danger certes, mais aussi de détails.

Ce second épisode n’a plus rien à voir avec le premier qui se cherchait un peu et avait tendance à ne pas savoir quel public viser. Ici, on entre véritablement dans le vif du sujet avec une action décomplexée servie dans un monde et des diaporamas visuellement bluffants.

le-labyrinthe-la-terre-brulee-27432

Et nos amis les acteurs ?

Une chose assez drôle dans ce long-métrage, c’est l’impression que le casting de la série Game of Thrones a décidé de venir passer ses vacances dans la Terre brûlée. Pourquoi ? Simplement parce qu’on retrouve dans ce second épisode Thomas Brodie-Sangster (Jojen Reed), Aidan Gillen (Littlefinger) et Nathalie Emmanuel (Missandei). On peut également retrouver un autre grand monsieur révélé dans une série TV en la personne de Giancarlo Esposito alias Gustavo Fring de Breaking Bad. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la présence d’adultes confère une certaine crédibilité au film, un élément manquant du premier opus.

Si Dylan O’Brien, le héros de la saga, est bon et ne commet pas de fausse note majeure (comme cela pouvait être parfois le cas dans le premier épisode), les présences d’Aidan Gillen et de Giancarlo Esposito permettent de plonger plus aisément le spectateur dans l’histoire et les conflits qui émergent. Il faut d’ailleurs noter que les fans de Game of Thrones retrouveront avec joie Aidan Gillen tant on a l’impression que son rôle de Janson dans le film est extrêmement proche de celui de Littlefinger.

Pas de grandes prestations certes, mais tout est assez juste pour nous permettre de croire aux scènes les plus puissantes sans sortir du long-métrage à cause de piètres performances, ce qui est plutôt rare avec les Teen movies ces dernières années.

un-premier-extrait-de-le-labyrinthe-2-la

Conclusion :

Le Labyrinthe : La Terre brûlée est une agréable surprise, un Teen-movie divertissant pas si immature qu’on pourrait le penser, à défaut d’être transcendant. Ce second opus nous transporte dans un monde apocalyptique riche en rebondissements et en sursauts, le tout avec des effets spéciaux remarquables et une trame scénaristique intéressante sur de nombreux points. Le long-métrage de Wes Ball est intelligent, il connait les attentes de son public tout en s’assurant de lui offrir des doses d’adrénaline suffisantes pour le faire patienter jusqu’à l’épisode prochain.

Non dénué de défauts, La Terre brûlée reste tout de même un cran au dessus de son aîné sur bien des points et devrait donner envie aux amateurs de blockbusters adaptés de romans à succès de se déplacer dans les salles obscures à partir de demain ou de venir le voir directement à la Geek’s Live le 14 octobre prochain !

7 réponses à “Critique : Le Labyrinthe : La Terre brûlée, mieux que le premier ?”

  1. Je n’irai pas voir ce second opus, car entre les deux films, j’ai lu la série. Et j’ai particulièrement été déçu de la réponse à la grande question qui taraude tout le premier film : qu’est-ce qu’ils font là ?
    Le groupe de jeunes sort du labyrinthe, ils sont supposés être les résultats positifs d’une expérience de sélection pour lutter contre des zombies. Or, au lieu de les exploiter, on envoie la troupe traverser la terre brûlée, au risque d’en perdre encore la moitié. Franchement, le tome 2 ne se justifie pas.
    Bref, on part d’une histoire avec enjeu, avec des questions métaphysiques et un vrai mystère, et on bascule dans un bête film de zombies, certes bien écrit. On ne comprend même plus la stratégie de WICKED.

    • Alors j’ai pas lu ton commentaire jusqu’au bout mais il est visiblement truffé de SPOILS. Donc soit c’est un troll et dans ce cas No Comment, soit t’es considérablement inconscient de l’effet que ca fait de se faire Spoiler une histoire/film/livre. –‘ Quel dommage que je ne puisse pas signaler ton commentaire.

    • heu,,, sauf que c’est eux qui y vont dans le film,

      Après j’ai vraiment pas aimé le 2eme film.

      C’est plat c’est chiant, y a encore des zombies…

      et ça n’a plus rien a voir avec un labyrinthe

      J’ai eu l’impression de regarder Hunger games…

    • Je pense pareil que toi bertrouf. J’ai adoré le Labyrinthe au point de lire La Terre Brûlée et Le Remède.
      Quelle déception de tout point de vue! Mais je n’en dirais pas d’avantage pour ne pas spoiler.
      Même combat pour Hunger Games.
      Quant à Divergente, je l’ai trouvé tellement ennuyant que je n’ai ni lu ni vu la suite.
      Je pense arrêter les teen-movies…

  2. SPOIL SPOILL SPOILL de la part de bertrouf !
    Je ne sais plus dans quel ordre sont affichés les commentaires mais j’espère que le miens sera affiché avant celui de bertrouf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *