Critique

[Alors on regarde ?] Servant : la série Apple TV+ qui va vous hanter toute la Night

L'avis du Journal du Geek :
Apple

Par Remi Lou le

Pour venir gonfler un catalogue qui reste aujourd’hui bien pauvre, Apple TV+ vient de lancer Servant, une série d’horreur créée par Tony Basgallop et produite par l’éminent M. Night Shyamalan. On a regardé les trois premiers épisodes, voilà ce qu’on en a pensé.

Un peu moins d’un mois après son lancement, Apple TV+ nous livre Servant, sa première série horrifique, nouvelle production estampillée M. Night Shyamalan. Celui qui porta jadis Signes et Sixième Sens, et plus récemment Split ou encore Glass, retrouve ici son style de prédilection : l’horreur. Après avoir renoué avec le genre dans l’incroyable The Visit de 2015 (et son twist démentiel), Shyamalan revêt à nouveau son masque de maître de l’horreur avec Servant, dont il réalise le premier et le dernier épisode et dont il est le producteur exécutif. Le projet est partagé avec Tony Basgallop, créateur et scénariste de la nouvelle série Apple TV+.

Servant prend place dans un Philadelphie à forte ambiance londonienne. On y retrouve Dorothy, incarnée par Lauren Ambrose, et Sean, joué par Toby Kebbell, déjà aperçu dans la première saison de Black Mirror. Alors que Dorothy se relance dans son travail d’animatrice TV locale, le jeune couple branché embauche Leanne, une jeune fille au pair venue du Wisconsin pour s’occuper de Jericho, leur jeune fils étrangement silencieux… Jusque-là, rien d’anormal, sauf que dès les premières minutes, on constate que quelque chose cloche, aussi bien dans les sourires forcés et le comportement hystérique de Dorothy que dans celui de Sean, totalement désabusé. Quant à Leanne, son cardigan, sa jupe droite et les croix qu’elle confectionne sans cesse ne font qu’alourdir cette ambiance malsaine, encore renforcée par les plans longs et pesants du cinéaste.

Crédits : Apple

On comprend dès lors pourquoi la maison est si silencieuse. Le soi-disant Jericho est mort peu après sa naissance, et, pour surmonter le deuil, le couple s’est procuré une poupée ultra-réaliste du nouveau-né afin de ne pas perturber Dorothy, qui ne veut toujours pas accepter la mort de son fils. La nounou timide devient ainsi un énième subterfuge pour entretenir cette situation perturbante. Sauf qu’en découvrant la poupée Jericho, Leanne ne semble pas particulièrement surprise, et s’en occupe comme s’il était un véritable bébé et cela, même en l’absence de Dorothy. Un comportement anormal qui ne fait qu’attiser les soupçons de Sean, et ce d’autant plus dès lors que survient le twist du pilote, premier d’une longue série de révélations dont seul Shyamalan a le secret. Nous voilà alors plongé avec Sean dans un labyrinthe psychologique qui se complexifie à mesure que l’horloge tourne et dont l’issue semble de plus en plus improbable. Son beau-frère, Julian, incarné par un Rupert Grint en grande forme, devient alors son seul allié, même s’il n’en reste pas moins un ivrogne à l’humour noir aussi lourd que dérangeant.

Crédits : Apple

Pour parfaire cette ambiance angoissante, Servant nous enferme dans l’appartement à la fois sombre et classe de Dorothy et Sean, dans un huis clos très bien pensé. Puisque Sean travaille à domicile en tant que chef gastronomique, jamais on ne quitte le grand appartement du couple. À peine parvient-on à jeter un œil sur la porte d’entrée menant sur la rue, par écrans interposés via des fenêtres FaceTime sur des iPad ou des iPhone (oui, n’oublions pas que c’est une série Apple), ou durant de brefs passages télévisés présentés par Dorothy. Autant de petites ouvertures sur le monde qui permettent de dérouler l’histoire tout en nous laissant coincé dans ces quatre murs d’où ne semblent émaner aucune lumière.

Notre avis

Avec sa durée atypique (trente minutes par épisode) et ses twists réguliers et inattendus, Servant parvient à créer un rythme hypnotisant, sans toutefois dénaturer son ambiance oppressante. Un beau tour de force en matière de mise en scène, et une expérience particulièrement novatrice au format série. M. Night Shyamalan et Tony Basgallop signent ici une oeuvre particulièrement pertinente, dont devraient raffoler les amateurs de films horrifiques, avec une histoire qui flirte tantôt entre l’angoisse et l’absurde façon british, tant dans sa mise en scène que dans son scénario. Une vraie bonne première surprise signée Apple TV+.

L'avis du Journal du Geek :