Dossier

Apple a t-il cessé d’être cool ?

Apple

Par Anne Cagan le

Les lancements d’iPhone ne suscitent plus autant de ferveur qu’avant. Et pour une société comme Apple, qui a tout misé sur le haut de gamme, c’est assez inquiétant. La firme à la pomme a t-elle encore la capacité d’éblouir le public ?

On sait, on sait. Beaucoup d’entre vous ne l’ont jamais trouvé cool. Mais quel que soit l’avis porté sur Apple, on ne peut nier qu’une marque qui crée des files d’attente d’une durée de 250 heures bénéficie d’une certaine aura. Du moins en bénéficiait. Dans le marché du smartphone, les projecteurs se sont déplacés vers des groupes tels que Huawei ou Xiaomi.  Zoom x50, quadruple capteur, smartphone pliable… les acteurs chinois ne manquent, il est vrai, pas d’idées pour épater les utilisateurs du monde entier. Les lancements d’iPhone (qui drainent à eux seuls 61% des recettes de la société) ne suscitent plus, en revanche, autant de ferveur qu’avant. Cela se ressent d’ailleurs sur les ventes (en baisse de 15%) même si d’autres facteurs (ralentissement de l’économie chinoise, tensions entre Pékin et Washington, etc.) entrent aussi, ici, en ligne de compte.

On espérait un peu de nouveauté avec l’annonce de la plateforme de streaming. Apple avait teasé une annonce majeure et rameuté le gratin hollywoodien. Vous allez voir ce que vous allez voir, suggérait en filigrane la firme et on imaginait déjà Netflix en fâcheuse posture. Au lieu de quoi, Cupertino s’est contenté de présenter un système hybride sans innovation majeure : refonte d’Apple TV et création d’une section de streaming par abonnement (Apple TV+) qui semble bien pâlotte comparée à celle d’un Netflix ou d’un Disney (d’autant que Cupertino n’a pas cru bon d’en dévoiler les tarifs).

Crédits : Apple TV+

Apple n’est plus “cool”. Et pour la firme, c’est plus fâcheux qu’on pourrait le croire “La perte de cette faculté à éblouir le public, l’effet waouh, est un problème majeur pour Apple, nous confirme Neil Mawston, directeur d’études Produits au sein du cabinet de conseil Strategy Analytics. Si Apple ne parvient pas à enthousiasmer les consommateurs, ils iront voir la concurrence et Apple vendra moins de produits à l’avenir”. Un risque à prendre d’autant plus au sérieux que l’arrivée de la 5G pourrait rebattre les cartes et modifier les rapports de force dans le marché du smartphone.

Cupertino a encore des cartes à jouer

La firme aura donc fort à faire pour conserver les faveurs des utilisateurs dans la branche smartphone. Pour assurer son avenir, Apple a cependant quelques atouts intéressants dans sa manche. Le premier : ses services (musique, cloud, applications et maintenant magazines, vidéos, jeux). L’écosystème créé par la firme à la pomme affiche en effet une nette croissance (+19% au dernier trimestre 2018). Et Tim Cook a clairement indiqué vouloir développer davantage cette activité. Une idée d’autant plus logique que bien souvent, plus les utilisateurs sont inscrits à des services Apple, plus ils hésitent à changer de fabricant, redoutant qu’un basculement vers Android soit chronophage et fastidieux.

Ce domaine, à lui seul, serait toutefois un peu mince pour assurer les arrières d’Apple. Les services sont loin en effet de se monnayer aussi cher que des iPhone (surtout depuis que ces derniers ont allègrement passé la barre des 1000 euros). Cupertino a cependant aussi un joli coup à jouer dans la santé. Depuis quelques années, la société ne fait pas mystère de son intérêt pour le secteur. Elle a d’ailleurs déjà placé quelques pions avec l’Apple Watch (notamment la Series 4 dont l’ECG a reçu le feu vert de la Food and Drug Administration) ou encore son appli Health Records actuellement en bêta.

Un « App Store » simplifiant l’accès aux données médicales ?

Grâce à sa base d’utilisateurs et son expérience du software et du hardware, note un rapport de Morgan Stanley relayé par CNBC, Apple aurait les cartes en main pour s’implanter solidement sur ce marché en développant par exemple des fonctionnalités de suivi très précises (sommeil, glucose, etc.), de nouveaux objets connectés et un véritable “App store de la santé” capable de fournir un accès simplifié aux données médicales (ordonnances, résultats d’analyse, etc.).

Source : @Apple

Apple parviendra t-il à développer des produits et des services vraiment inédits, bluffants dans la santé ? Difficile à dire pour le moment. Une chose est sûre en revanche : se développer sur ce marché devrait rapporter gros.

Apple veut devenir un poids lourd de la santé connectée

Les analystes de Morgan Stanley estiment qu’Apple pourrait générer entre 15 à 313 milliards de dollars de revenus annuel d’ici 2027 (ndlr : l’ampleur de la fourchette est liée, selon les analystes, au fait qu’il s’agit là d’un marché émergent). Leur hypothèse moyenne s’établit à 90 milliards de dollars. Et si on la compare au chiffre d’affaire global de la société (266 milliards de dollars en 2018) on peut voir qu’il s’agit déjà d’un sacré gros gâteau. “La santé est le pari à long terme d’Apple. Et c’est un pari intelligent, nous confirme Neil Mawston de Strategy Analytics. Cette industrie pèse des milliers de milliards de dollars. Apple n’a besoin que d’une petite part de marché pour générer d’énormes recettes.” De quoi se consoler de ne plus être le « cool kid » de la fête.