Dossier

[Chronique] Les MMORPG sont-ils voués à constamment évoluer ?

Mais alors, comment sauver les MMO ?

Par Pierre le

Comme nous l’avons vu, il y a autant de cas particuliers que de MMO dans la sauvegarde des univers riches et détaillés que sont ces jeux. Mais quelles solutions apporter pour archiver ces jeux qui accompagnent des milliers d’utilisateurs pendant des années ?

Orc sinterroge

Le MMO a grand besoin d’une haute instance qui oeuvre pour sa sauvegarde

La sauvegarde d’un univers ne concerne pas que les jeux massivement multi-joueurs. Les jeux solos sont également sujets à ce problème, les développeurs ne poussant pas forcément la sauvegarde de leur ancien titre. Néanmoins, la chose se montre différente pour un MMO, qui en plus d’une copie (physique ou non), a besoin d’être entretenu par des serveurs… vraiment ?

L’une des solutions serait de créer une association qui se charge de la préservation de ces jeux univers. Une institution amoureuse des MMO se chargeant de permettre aux joueurs de continuer à vivre l’expérience des MMO (avec l’accord des ayants-droits, bien entendu). Mais entretenir des serveurs, cela coûte cher. L’autre solution ? Proposer aux joueurs de télécharger le jeu pour l’arpenter en solo, sans passer par un serveur. Certes, les jeux perdraient une grande partie de leur substances, néanmoins, c’est une solution qui pourrait fonctionner.

Rift

Mais pour l’instant, personne ne semble se préoccuper du sujet à part les fans. Des fans très actifs, puisque dans la plupart des cas, c’est grâce à eux que nous pouvons encore profiter d’un MMO qui a disparu dans les limbes de l’oubli.

Néanmoins, chaque règle a son exception, c’est le cas de Runescape. Le jeu, sorti en 2001, a subi une énorme évolution graphique à la fin des années 2000. Néanmoins, il y a six mois, les développeurs ont décidé de redonner aux joueurs la toute première version du jeu sous le label Runescape Old School. Un choix qui n’a pas été facile à mettre en place, comme l’explique le développeur Mat Kemp :

Après le lancement d’Old School, nous nous sommes rapidement rendus compte que les joueurs voulaient des mises à jour (ndlr : pour corriger les bugs). Nous étions alors limités dans les choses que nous pouvions leur apporter. (…) Nous étions dans la position peu enviable de ceux qui devaient recréer tous les outils dont nous nous sommes servis pour développer le jeu. Et personne ne s’est dit à un moment “pourquoi devrions nous garder tous ces outils de développement, juste au cas où ?”. Pourquoi quelqu’un le ferait ?

ROS

Autre chose à retenir de l’exemple Runescape, c’est que Runescape normal et Old School ne se phagocytent pas. Certes, il existe de petites rivalités, mais rien de grave. Les anciens joueurs ont tous les pouvoirs et peuvent voter pour adopter ou non une mise à jour :

La communauté Old School se voit comme puriste. Nous nous assurons donc que les changements soient approuvés par les joueurs et nous leur demandons de voter pour chaque patch. Si 75 % des votants sont contre un changement, alors il est abandonné.

Le cas Runescape est intéressant, car c’est bien là un développeur qui se charge d’archiver son propre jeu, tout en continuant à le rendre agréable. Une manière de faire en harmonie avec le joueur puriste, qui peut également contribuer à cette préservation.

Le cas Nostalrius

Pour terminer ce dossier, attardons nous sur le récent cas Nostalrius. Comme nous vous l’avons indiqué, l’extension Cataclysm de World of Warcraft a remodelé le monde. Mais bien avant, les deux précédentes extensions ont déjà changé quelques petites choses, comme le niveau, les arbres de talents, etc… Beaucoup de joueurs ont toujours demandé à Blizzard l’instauration de serveurs Vanilla, c’est à dire le World of Warcraft tel qu’il était à ses débuts. Mais la firme américaine a toujours refusé.

Nostalrius

Qu’a cela ne tienne, des joueurs passionnés ont ouvert des serveurs privés (sans abonnement, et donc interdits). C’était là le seul moyen de retrouver le WoW d’antan. Il existe plusieurs serveurs de ce type, mais Nostalrius était le plus gros. Blizzard, voyant là une perte financière, a décidé de mettre fin à l’aventure, malgré la grogne des joueurs.

Mais devant un tel déferlement d’indignation, Blizzard a décidé de prendre les choses en main, de chouchouter cette communauté accro à l’Azeroth d’antan. Ainsi, les gérants de Nostalrius ont été invités dans les locaux de Blizzard pour discuter de la chose. Une longue réunion de cinq heures a eu lieu et le staff de Nostlatrius a publié les résultats de cette rencontre sur son site.

Pour résumer, Blizzard dispose toujours du code de Vanilla, mais doit faire face à des problèmes de compatibilité, de serveur et de ressource. Même si l’idée plaît à la société, elle refuse pour l’instant de laisser les fans faire des serveurs privés dans leur coin. Pas de serveur héritage de prévu non plus, mais Blizzard compte bien rester en contact avec les gérants de Nostalrius pour trouver une solution à ce problème.

Si un jour, l’éditeur du plus gros MMO de l’histoire du jeu vidéo se décide à sauvegarder officiellement son jeu tel qu’il était à sa sortie, ce serait un pas de géant pour l’archivage des MMO.

Nerd Thumbs up