Quand une exigence de Blizzard remet sur le tapis la question des archives dans le MMO

Par Pierre le

Un MMO se déroule dans un monde persistant. Et par définition, le monde persistant évolue. Néanmoins, certains joueurs nostalgiques regrettent souvent l’univers des MMO tels qu’ils sont sortis. Que faire dans ce cas ? Comment préserver et archiver ces jeux qui tombent dans le néant si l’éditeur décide de couper les vannes ? Pour un jeu solo, la question est simple, mais pour un jeu multi, la chose se montre plus compliquée. C’est la question que pose la bataille entre Blizzard et le serveur privé Nostalrius.

jSU5U

Blizzard combat les serveurs privés de World of Warcraft depuis la sortie du jeu en 2004 (Etats-Unis). Il est vrai qu’en plus de proposer une expérience non garantie par Blizzard, les serveurs privés représentent un manque à gagner pour l’éditeur. Assimilable à du piratage, il est donc tout à fait normal que Blizzard emploie tous les moyens possibles pour les combattre.

Mais le cas du serveur Nostalrius est un peu différent. Ce serveur privé, créé par des joueurs de la première heure, proposait aux utilisateurs un Azeroth tel qu’il était en 2004, c’est à dire sans les extensions et les changements de gameplay apportés jusque là. On parle ici de serveur Vanilla.

En plus de proposer un fix de nostalgie aux plus vieux (nous sommes presque dans le domaine du rétro-gaming), ce serveur proposait de conserver le monde de WoW tel qu’il a été pensé par Blizzard à ses débuts. Et les joueurs ont été séduits par le concept de Nostalrius, qui a réuni 150 000 joueurs actifs et 800 000 inscriptions. Mais pour Blizzard, ces joueurs représentent un manque à gagner important.

Ainsi, Blizzard a envoyé un courrier aux admins de Nostalrius, leur demandant d’arrêter tout de suite. De même, Blibli a demandé à OVH de couper le serveur, ce qui est le cas depuis hier. La team Nostalrius a bien tenté une lettre ouverte à Mike Morhaine, toujours active, mais rien n’y a fait.

ONESHOT

S’il est facile de comprendre Blizzard sur ce coup (des joueurs ne payant pas leur abonnement requis), l’affaire nous interroge tout de même sur la préservation des univers persistants. Blizzard a en effet toujours refusé d’ouvrir des serveurs Vanilla et refuse de laisser les fans faire. Que va-t-il rester de l’Azeroth d’antan ? Comment préserver ce monde qui a diverti des millions de joueurs ? Une question que Blizzard ne semble pas se poser. En tout cas, il serait temps d’y réfléchir sérieusement.

Si on prend la concurrence en exemple, il est tout de même dommage qu’un univers entier, sur lequel ont travaillé des développeurs et joué des millions d’adeptes, finisse dans les limbes sans autre forme de procès. On pense notamment à Star Wars Galaxies ou Warhammer Online. Aujourd’hui, il est impossible pour les nostalgiques de se relancer une partie afin de se remémorer le bon temps.

L’archivage des mondes de MMO, un sujet complexe.

Source: Source
stopwatch 2 min.