Test

[Impressions] Titanfall 2, une vraie bonne suite ?

Par Mathieu le

Titanfall-2

Respawn Entertainment et Electronic Arts remettent le couvert, dès cette année, et comptent bien faire de la franchise Titanfall un classique sur consoles et PC. Car oui, terminé le temps de l’exclusivité Microsoft du premier jeu, sorti en mars 2014.

Titanfall 2 sera bel et bien présent sur PS4, Xbox One et PC le 28 octobre prochain et, grande nouvelle, on nous promet (enfin) un mode solo qui manquait cruellement au premier opus. Suffisant pour satisfaire tout le monde ?

On va tout de suite se mettre d’accord, pour cette première approche du titre, je n’ai pas pu découvrir le mode solo, « pas encore prêt » m’a t-on assuré. C’était donc pour une partie multijoueurs en 5v5 que j’ai pu poser mes doigts de joueur fraichement lancé dans l’arène robotique.

Titanfall

Le premier constat, et on espère avoir tort d’ici la fin du mois d’octobre, c’est que le jeu n’est clairement pas à la hauteur de nos espérances, tant techniquement qu’en terme de direction artistique. Textures baveuses, clipping, aliasing, rien n’est vraiment clinquant, pour le moment, pour ce jeu. Bien évidemment, ce n’est pas non plus affreux et vos yeux ne risquent pas de saigner, mais il est clair qu’on est en droit d’attendre plus dans le futur.

La map en elle même était assez soignée et les décors, bien que parfois simplistes, collaient bien avec l’univers proposé par le jeu. Mais on attend tout de même plus, notamment en terme de direction artistique d’un jeu a ux grandes allures futuristes, qui devrait nous faire voyager.

L’arrivée du jeu sur PS4 n’a donc pas bouleversé les lettres de noblesses du premier opus et il faut bien dire qu’on a pas vu tant de différences que ça au premier abord.

[nextpage title= »Mais on s’amuse ou pas ? »]

titanfall 2

Le mode de jeu auquel nous avons eu accès, nommé « Bounty« , était on ne peut plus simple : deux équipes, les rouges et les bleus, s’affrontaient avec pour but de prendre d’assaut les Titans des adversaires pour les tuer, notamment en leur arrachant leurs batteries.

Pour ce faire, il suffit de prendre un peu de hauteur et de sauter sur le Titan, une petite séquence se déclenchant alors automatiquement afin d’arracher l’énergie du robot géant.

En contrôlant un soldat d’infanterie, vous aurez donc pour but d’empêcher le déploiement de vos adversaires et notamment de leurs titans. Pour cela, vous pouvez utiliser vos armes et votre équipement dernier cri qui vous permet de sauter à des hauteurs vertigineuses que ne renierait pas Nathan Drake. On retrouve par ailleurs comme nouveauté la présence d’un grappin. Pour être totalement honnête, je ne l’ai que très peu utilisé lors de ma partie, ne trouvant son intérêt que modéré voire faible. Mais certains joueurs devraient tout même adhérer à cette possibilité qui vous permet notamment d’agripper vos ennemis ou d’atteindre plus aisément et rapidement certaines hauteurs.

Il faut par ailleurs noter que, comme dans le premier épisode, vous aurez également affaire à des bots, plus ou moins intelligents et résistants (moins que plus d’ailleurs). Mais le véritable intérêt du jeu se trouve, bien-sûr, dans la prise de contrôle de nos titans. Pour cette démo, deux versions étaient mises à notre disposition : Scorch et Ion. Le premier, que j’ai eu en ma possession, bénéficie d’une arme massive envoyant des grenades et d’une sorte de sabre laser tandis que l’autre possède un fusil plus classique mais qui lui permet de réparer ses éventuels dégâts.

Titanfall-2 (1)

Toujours aussi lourds à contrôler, les titans gagnent tout de même en tonus, notamment en combat rapproché, et restent la plus-valu du titre. Il faut être clair, sans eux, la partie aurait été ennuyante. Mais la présence de titans, ennemis comme amis donne de l’attrait au jeu et la possibilité de pouvoir en prendre le contrôle, dans le but d’éradiquer nos ennemis assure un côté jouissif à l’opus.

En terme de gameplay, on sent que les équipes de Respawn Entertainment ont surtout privilégié le fun, certainement au détriment de la technique. Mais il est vrai qu’on prend en main Titanfall 2 rapidement manette en mains, et que la dynamique du jeu nous pousse à être toujours extrêmement concentré, malgré son manque de nouveautés et la répétitivité qui pointe le bout de son nez.

Conclusion :

On ne peut pas vraiment se prononcer en faveur de Titanfall 2 après en avoir vu si peu durant l’EA Play. Pas au top techniquement et avares en surprises ou nouveautés, le jeu de Respawn Entertainment nous en apprendra plus très certainement dans le futur. Car pour le moment, on a pas vraiment l’impression que les erreurs du premier opus aient été effacées. Mais il est clair qu’il en a encore sous le capot et on a hâte de savoir ce qu’il renferme réellement. Patience est mère de vertu.

Titanfall-Cover-Art-2.0