Test

La Sony PSP : Mes impressions

Par Anh Phan le

Bon, comme vous le savez, j’ai eu grà¢ce à  un ami la chance d’acquérir une Sony PSP, la nouvelle console portable de Sony. Il se reconnaitra, et une fois encore, je le remercie très grandement. Même si j’ai pu la critiquer assez souvent lors de ses différentes annonces, je ne peux vous cacher l’impatience que […]

Bon, comme vous le savez, j’ai eu grà¢ce à  un ami la chance d’acquérir une Sony PSP, la nouvelle console portable de Sony. Il se reconnaitra, et une fois encore, je le remercie très grandement.
Même si j’ai pu la critiquer assez souvent lors de ses différentes annonces, je ne peux vous cacher l’impatience que j’ai pu avoir avant de l’avoir entre les mains, et oui, je suis un geek, un vrai, un gamin quoi 😉 Bref, ces premières impressions ne font pas dans l’originalité mais elles se veulent la réalité d’un consommateur lambda.La première impression est très forte, j’avais entre mes mains un objet magnifique, le design en noir brillant saute forcément aux yeux, on n’a pas l’impression d’avoir un jouet mais bel et bien un objet hi-tech. On a cette sensation de vouloir faire absolument attention, ne pas la brusquer, ne pas laisser de traces tellement elle est jolie, on y fait attention (trop ?).

La Galerie d’images est disponible ICI.

La Sony PSP est grande pour une console portable, elle ne se logera pas facilement dans une poche comme c’est le cas avec une GBA SP, par contre, au niveau ergonomie, elle se loge parfaitement dans les mains, on a accès facilement au pad, au stick analogique et aux quatres boutons. Le plus est qu’on accède aussi facilement aux boutons L et R, ce qui n’est pas le cas avec les GBA. Au niveau de l’écran, c’est une pure merveille, très lumineux et visible depuis n’importe quelle angle de vision, on a l’impression d’avoir un de ces écrans LCD utilisant les dernières technologies. A titre indicatif, la taille de l’écran fait la taille d’un iPod 3G ou 4G. La luminosité se règle sur plusieurs niveaux et même au plus faible, c’est nickel pour les jeux ou vidéos. Une fois l’émerveillement passé, on passe à  la configuration de la PSP en la mettant en anglais et en règlant les divers paramètres comme la date, l’heure, le nom de la console pour le WiFi.

Au niveau du son, c’est du tout bon si on utilise un casque, en effet, comme toutes machines portables, le speaker n’est pas ce qui est de mieux pour écouter les bruitages et autres musiques des jeux et en plus, vous économiserez en batterie.
Le WiFi se désactive tout simplement au niveau de la trappe à  MS Duo qui n’est d’ailleurs pas génial mais bon, on fait avec. Lorsque j’utilise un cà¢ble mini-USB pour relier la PSP à  mon PowerBook, pas de problème, c’est reconnu comme un lecteur externe avec les répertoires liés aux différentes applications multimédia, j’ai pas encore testé la musique (format MP3 et Atrac) et les vidéos (MP4 visiblement) mais à§a ne devrait pas être sorcier à  condition sans doute d’utiliser Image Converter 2 (fourni avec les Clié VZ90) qui permet l’export des vidéos en MP4.
Les UMDs (Universal Media Disc) sont sympas, tout petit mais j’aurais aimé une protection un peu plus efficace comme sur les Mini-Discs. Ces UMDs se glissent par la trappe en haut de la console derrière la prise USB. On notera d’autres encoches qui serviront certainement pour d’autres accessoires.

Au niveau du Value Pack, j’ai eu droit à  un étui simple mais fonctionnel, des écouteurs un peu nul mais à  l’effigie de la PSP, une télécommande filaire assez basique comme celle du iPod, une dragone et une MS Duo 32Mo avec son adaptateur MS (obligatoire pour la sauvegarde des jeux). Au niveau des jeux, j’ai récupéré Ridge Racers et Everybody’s Golf, et mon pote a lui en plus Vampire Chronicles et Puzzle Bobble PSP.

Quand à  l’autonomie, j’y ai joué dans des conditions sans compromis du tout avec une luminosité à  1/3, le son à  moitié via un casque et sans WiFi et au bout de 2h30, la batterie est descendu à  49%, ce qui finalement n’est pas trop mal même si j’aurais préféré mieux. Par contre, l’achat de batteries supplémentaires est possible, donc avec deux batteries, à§a pourra pallier à  nombre de trajets.

Ridge Racers : Notez le “S” à  Racers, c’est en fait un remix du premier Ridge Racer sur Playstation mais avec de nouveaux graphismes style PS2. A ceci est ajouté les courses de tous les Ridge Racer comme Ridge Racer Revolution, R4, et même Rave Racers, la version Arcade, quelle plaisir d’ailleurs de rejouer à  la première course de Rave Racers. Bref, les graphismes vous feront penser d’avoir une PS2 avec un écran, tellement je le trouve beau et sympa, les sons sont très sympas et la musique très Ridge Racers, donc tout bono ce jeu et on l’a essayé en WiFi à  2 et c’est tout simplement génial, même en japonais, il vous suffit de connaà®tre les notions “Créer Partie” et “Joindre Partie” (c’est en japonais dans le jeu). Je lance un appel, on a besoin de 4/5 potes encore pour faire des réseau à  8 alors … 🙂

Everybody’s Golf : Comme la version sur console, très sympa et facile d’accès, on s’éclate assez rapidement et on se voit vouloir faire des birdies dans tous les sens. Même un pote qui n’est pas jeu de sport s’est laissé prendre au jeu.

Vampire Chronicles : C’est en fait la compilation des jeux de bastons nommés DarkStalker pour les européens et américains, un jeu simple et défoulant dans la lignée des Streets Fighters

Puzzle Bobble PSP : Le célèbre jeu de Taito dans une énième adaptation. le gros avantage est qu’en wide-screen, il y a des tableaux qui deviennent bien grands et sympas.

Voilà  pour conclure, difficile de faire plus court, il y a beaucoup à  dire encore sur cette console, j’imagine déjà  les futurs jeux comme adaptation de Pro Evolution Soccer ou encore Tekken ou Soul Calibur sans compter qu’on pourra sans doute ajouter bien des choses sur cette console

>> A oui, vous voulez des images ? Et bien la galerie d’images est disponible ICI.

Bon, comme vous le savez, j’ai eu grà¢ce à  un ami la chance d’acquérir une Sony PSP, la nouvelle console portable de Sony. Il se reconnaitra, et une fois encore, je le remercie très grandement.
Même si j’ai pu la critiquer assez souvent lors de ses différentes annonces, je ne peux vous cacher l’impatience que j’ai pu avoir avant de l’avoir entre les mains, et oui, je suis un geek, un vrai, un gamin quoi 😉 Bref, ces premières impressions ne font pas dans l’originalité mais elles se veulent la réalité d’un consommateur lambda.La première impression est très forte, j’avais entre mes mains un objet magnifique, le design en noir brillant saute forcément aux yeux, on n’a pas l’impression d’avoir un jouet mais bel et bien un objet hi-tech. On a cette sensation de vouloir faire absolument attention, ne pas la brusquer, ne pas laisser de traces tellement elle est jolie, on y fait attention (trop ?).

La Galerie d’images est disponible ICI.

La Sony PSP est grande pour une console portable, elle ne se logera pas facilement dans une poche comme c’est le cas avec une GBA SP, par contre, au niveau ergonomie, elle se loge parfaitement dans les mains, on a accès facilement au pad, au stick analogique et aux quatres boutons. Le plus est qu’on accède aussi facilement aux boutons L et R, ce qui n’est pas le cas avec les GBA. Au niveau de l’écran, c’est une pure merveille, très lumineux et visible depuis n’importe quelle angle de vision, on a l’impression d’avoir un de ces écrans LCD utilisant les dernières technologies. A titre indicatif, la taille de l’écran fait la taille d’un iPod 3G ou 4G. La luminosité se règle sur plusieurs niveaux et même au plus faible, c’est nickel pour les jeux ou vidéos. Une fois l’émerveillement passé, on passe à  la configuration de la PSP en la mettant en anglais et en règlant les divers paramètres comme la date, l’heure, le nom de la console pour le WiFi.

Au niveau du son, c’est du tout bon si on utilise un casque, en effet, comme toutes machines portables, le speaker n’est pas ce qui est de mieux pour écouter les bruitages et autres musiques des jeux et en plus, vous économiserez en batterie.
Le WiFi se désactive tout simplement au niveau de la trappe à  MS Duo qui n’est d’ailleurs pas génial mais bon, on fait avec. Lorsque j’utilise un cà¢ble mini-USB pour relier la PSP à  mon PowerBook, pas de problème, c’est reconnu comme un lecteur externe avec les répertoires liés aux différentes applications multimédia, j’ai pas encore testé la musique (format MP3 et Atrac) et les vidéos (MP4 visiblement) mais à§a ne devrait pas être sorcier à  condition sans doute d’utiliser Image Converter 2 (fourni avec les Clié VZ90) qui permet l’export des vidéos en MP4.
Les UMDs (Universal Media Disc) sont sympas, tout petit mais j’aurais aimé une protection un peu plus efficace comme sur les Mini-Discs. Ces UMDs se glissent par la trappe en haut de la console derrière la prise USB. On notera d’autres encoches qui serviront certainement pour d’autres accessoires.

Au niveau du Value Pack, j’ai eu droit à  un étui simple mais fonctionnel, des écouteurs un peu nul mais à  l’effigie de la PSP, une télécommande filaire assez basique comme celle du iPod, une dragone et une MS Duo 32Mo avec son adaptateur MS (obligatoire pour la sauvegarde des jeux). Au niveau des jeux, j’ai récupéré Ridge Racers et Everybody’s Golf, et mon pote a lui en plus Vampire Chronicles et Puzzle Bobble PSP.

Quand à  l’autonomie, j’y ai joué dans des conditions sans compromis du tout avec une luminosité à  1/3, le son à  moitié via un casque et sans WiFi et au bout de 2h30, la batterie est descendu à  49%, ce qui finalement n’est pas trop mal même si j’aurais préféré mieux. Par contre, l’achat de batteries supplémentaires est possible, donc avec deux batteries, à§a pourra pallier à  nombre de trajets.

Ridge Racers : Notez le “S” à  Racers, c’est en fait un remix du premier Ridge Racer sur Playstation mais avec de nouveaux graphismes style PS2. A ceci est ajouté les courses de tous les Ridge Racer comme Ridge Racer Revolution, R4, et même Rave Racers, la version Arcade, quelle plaisir d’ailleurs de rejouer à  la première course de Rave Racers. Bref, les graphismes vous feront penser d’avoir une PS2 avec un écran, tellement je le trouve beau et sympa, les sons sont très sympas et la musique très Ridge Racers, donc tout bono ce jeu et on l’a essayé en WiFi à  2 et c’est tout simplement génial, même en japonais, il vous suffit de connaà®tre les notions “Créer Partie” et “Joindre Partie” (c’est en japonais dans le jeu). Je lance un appel, on a besoin de 4/5 potes encore pour faire des réseau à  8 alors … 🙂

Everybody’s Golf : Comme la version sur console, très sympa et facile d’accès, on s’éclate assez rapidement et on se voit vouloir faire des birdies dans tous les sens. Même un pote qui n’est pas jeu de sport s’est laissé prendre au jeu.

Vampire Chronicles : C’est en fait la compilation des jeux de bastons nommés DarkStalker pour les européens et américains, un jeu simple et défoulant dans la lignée des Streets Fighters

Puzzle Bobble PSP : Le célèbre jeu de Taito dans une énième adaptation. le gros avantage est qu’en wide-screen, il y a des tableaux qui deviennent bien grands et sympas.

Voilà  pour conclure, difficile de faire plus court, il y a beaucoup à  dire encore sur cette console, j’imagine déjà  les futurs jeux comme adaptation de Pro Evolution Soccer ou encore Tekken ou Soul Calibur sans compter qu’on pourra sans doute ajouter bien des choses sur cette console

>> A oui, vous voulez des images ? Et bien la galerie d’images est disponible ICI.