Test

Test Acer Swift 7 : ceci est un ultrabook

Notre avis
7 / 10
Ordinateurs

Par Camille Suard le

Avec seulement 8,98 mm d’épaisseur, le Swift 7 étonne par sa finesse. Et pour cause, il s’agit actuellement de l’ultrabook le plus fin jamais réalisé au monde.

Design premium et écran tactile

La première chose qu’on se dit en voyant ce Swift 7, c’est qu’il fait partie sans le moindre doute à l’ultra haut de gamme. Entre ses matériaux et son design véritablement affiné et élégant, cet ultrabook signé Acer respire la classe. Avec seulement 8,98 mm d’épaisseur, il impressionne. L’effet se poursuit une fois le laptop ouvert. Ses bordures restent relativement étroites, ce qui lui confère un style décidément très premium. Néanmoins, cette première impression pourrait bien vite être balayée. La barre inférieure est, je trouve, trop large et grossière. Cela casse un peu avec tout l’effort de finesse de l’ordinateur.

Je vous disais plus haut qu’il était très fin, mais pour autant, il pèse tout de même son poids une fois en main. Dire qu’il est lourd serait un poil exagéré, mais 1,2 Kg cela se ressent et l’effet doit sans doute être décuplé à cause de l’impression de finesse. Et la vraie question est là : pour un PC qui se veut mobile que préférez-vous entre un ultrabook léger et un autre juste très fin ? Je pense que le choix est vite fait : le poids. Et compte tenu de son prix, certains pour être tentés de se tourner vers Apple ou Dell.

Le clavier rétroéclairé a un bon retour de frappe, autant qu’il est possible d’en avoir sur ce type d’appareil. Le capteur d’empreintes situé à gauche permet d’enregistrer plusieurs doigts pour un déverrouillage de la session rapide. Mais pour arriver à un tel résultat, encore faut-il que cela fonctionne ! Il m’arrive de bien souvent lâcher l’affaire et de rentrer un code à chiffre ou un mot de passe. Question de goût et d’habitude je le conçois, mais j’ai beaucoup de mal avec les pads exclusivement tactiles. Si dans la majeure partie du temps j’utilise une souris avec ce genre de produit, pendant les déplacements je dois en effet me rabattre sur ce petit rectangle. Pour diriger le pointeur et effectuer des zooms pas de problème, mais pour le reste, j’ai trouvé l’expérience plutôt frustrante. Cela dit, il ce trackpad a un avantage : sa grande taille.

Les haut-parleurs se situent en dessous ce qui ne permet pas de profiter d’un son de qualité. Posé à plat encore cela reste convenable, mais posé sur les genoux… Très peu puissant, il vaut mieux pour profiter de l’audio mettre un casque sur ses oreilles. C’est là qu’il devient vraiment intéressant.

Son écran IPS LCD tactile de 14 pouces au format 16:9. Il profite d’une définition Full HD (1920 x 1080) et d’une protection Gorilla Glass. La fidélité des couleurs et leurs forts contrastes font de l’effet, mais j’aurai apprécié une luminosité maximale plus élevée. En effet, je me suis retrouvé un peu dans l’inconfort sous le soleil, d’autant plus qu’il s’agit là d’une dalle brillante et non mate. S’agit-il d’un convertible pour autant ? Pas vraiment ; si son écran peut se poser à l’horizontale, il ne peut pivoter totalement autour du clavier. Du coup, je vous le demande… quel intérêt de pouvoir le mettre à plat ? J’ai bien une petite idée, mais peut-être que je me trompe : rien.

Connectique limitée et Nano Sim

La charnière surmontant le clavier accueille deux led : une première pour indiquer son état de marche, une seconde pour prévenir quand la batterie s’affaiblit. Le Swift 7 accueille deux ports USB Type-C et une prise jack. En plus d’une housse de rangement ultra quali, le constructeur fournit un hub USB Type-C avec trois ports d’entrées : HDMI, USB A et USB C. Un accessoire indispensable compte tenu de la connectique du laptop. Néanmoins, pour les photographes, il va falloir investir dans un adaptateur pour que ce PC puisse lire les cartes SD ! Il comporte une caméra disposée sur la bordure inférieure de l’écran.

Mais attardons-nous sur son autre point fort : la présence d’un slot pour carte sim sur la tranche droite du PC. De cette manière, même en déplacement vous pouvez profiter pleinement de votre forfait data. Mais… à quoi bon sacrifier sa carte SIM si on peut utiliser son smartphone comme d’un hotspot Wi-Fi ? Pour profiter d’une connexion plus stable, sans doute.

Performances et autonomie

Côté processeur il embarque un Intel Core i7-7Y75 Dual Core cadencé à 1,30 GHz avec 8 Go de RAM LPDDR 3 et 256 Go de SSD. Compte tenu du prix, on aurait pu s’attendre à plus côté espace de stockage, d’autant plus qu’on ne peut nativement pas ajouter une SD. Il se dote par ailleurs d’une puce graphique Intel HD Graphics 615 avec mémoire partagée.Pour la partie logicielle, le Swift 7 tourne sous Windows 10 Pro (64-bit) et incorpore un mois gratuit de la dernière version de Microsoft Office 365. Pas de ventilateur donc, pas de bruits de soufflerie désagréable. Un plus ! En plus, la chaleur se dissipe assez bien même quand vous le poussez dans ses retranchements.

NomAcer Swift 7 (2018)
CatégorieUltrabook avec écran tactile
Dimensions328 mm x 237 mm x 9 mm
Poids1,20 Kg
Processeur- Intel Core i7-7Y75, Dual Core, 1,30 GHz
Processeur Graphique- Intel HD Graphics 615
- LPDDR3
Mémoire vive8 Go
SSD256 Go SSD
Écran- 14 pouces
- Full HD 1920 x 1080
- Brillant
- Dalle Tactile, multi-touche
Système d'exploitation- Windows 10 Pro
Clavier- Clavier rétroéclairé AZERTY
AlimentationAdaptateur d'alimentation 90 W
Connexion- Wi-Fi 808.11 ac
- Bluetooth 5.0 (Dual band) 2*2
- 4G LTE
Ports entrée et sortie- 1 x Jack audio combo
- 1 x Tiroir pour 1 carte Nano Sim
- 2 x USB Type-C Thunderbold
Audio- 2 x Haut-Parleurs
- Microphones intégrés
CouleursNoir
Prix1 799,99 euros

Acer annonce 10 h d’autonomie. C’est en effet le cas si vous vous en servez pour du traitement de texte et de la navigation sur Internet. En utilisant des logiciels gourmands et jeux vidéo, la batterie va bien entendu fondre plus vite. Mais dans tous les cas, le Swift 7 tient ses promesses et s’en sort honorablement.

Où l’acheter et Galerie Photo

L’ultrabook Acer Swift 7 de 2018 a été commercialisé au prix de 1800 euros.

Notre avis

Oui, Acer réussi nous épate en concentrant autant de technologie dans un ultra-book très fin. Oui, pouvoir profiter de ses données mobiles pendant les déplacements, c’est pratique. Mais à ce prix, on a du mal à lui pardonner quelques défauts. C’est bien joli de proposer un ultrabook si fin, mais si jamais vous avez un composant qui vous lâche, impossible de le réparer. Eh oui, pour atteindre une telle finesse, tout a été soudé. Enfin, pour un prix si élevé, entre 1500 et 1800 euros, on aurait pu s’attendre à un écran 4K, plus lumineux et un appareil avec davantage de connectiques.

7 / 10
Les plus
Les moins
  • Vraiment très fin
  • Clavier agréable à utiliser
  • Bonne autonomie
  • Manque de luminosité
  • Prix abusé
  • Manque de connectique