Test

Test : Huawei Mate 10 Pro, celui qui en impose

Android

Par Anh Phan le

Réglé comme une horloge depuis deux générations, Huawei a finalement officialisé son nouveau smartphone haut de gamme avec la gamme Mate 10. S’il y a bien un Huawei Mate 10 « classique » qui sera commercialisé sur certains marchés mondiaux, en France, seul le Huawei Mate 10 Pro sera vendu. Et entre nous, ce n’est pas plus mal.

En effet, par rapport au Mate 9, le Mate 10 standard ne possède pas assez d’arguments pour parvenir à concurrencer les iPhone et Galaxy en France, alors que le Mate 10 Pro, lui, propose tout ce qu’il faut pour faire jeu égal avec la concurrence. Avec un prix premium (799 euros) mais toujours agressif, le Mate 10 Pro est le premier smartphone de Huawei à proposer un processeur équipé d’un NPU, une unité de calcul dédié à l’Intelligence Artificielle.

Toujours en partenariat avec Leica pour le domaine de la photo et avec Apple et Samsung en ligne de mire, Huawei compte bien sur son Mate 10 Pro pour continuer à grappiller doucement mais sûrement des parts de marché aux ténors du secteur.

Les Caractéristiques et le Packaging

Voici les caractéristiques du nouveau Huawei Mate 10 Pro :

NomHuawei Mate 10 Pro
Taille de l'écran6 pouces au format 18:9, AMOLED
Définition de l'écranFull HD+ (1080 × 2160 pixels)
Résolution402ppp
SoC- Kirin 970
- 8 coeurs
- 4x Cortex-A73 à 2,4 GHz & 4x Cortex-A53 à 1,8 GHz
- GPU Mali G72 MP12
- NPU (Neural Network Processing Unit)
Logiciel- Android 8.0 Oreo
- Surcouche Emotion UI 8.0
Mémoire vive 6 Go
Mémoire interne128 Go
Port Micro-SDNon
Batterie- 4000 mAh
- Charge rapide
Appareil photo dorsal- Double capteur Sony : 12 MP RGB+ 20 MP noir et blanc
- Objectifs grand angle Leica Summilux-H de 27mm avec une ouverture F/1.6
- Stabilisation optique sur le capteur couleur
- Traitement Leica
- Zoom Hybride 2x
- AF Hybride combinant AF Laser, détection de contraste et détection de phase
- Flash LED Dual-Tone
- Reconnaissance de Scène via IA
- Enregistrement de vidéos jusqu’en 1080p/60 et 4K(2160p)/30
Appareil photo frontal- 8 Mégapixels
- Ouverture F/2.0
Dimensions154,2 × 74,5 × 7,9 mm
Poids178 grammes
Carte SIM- 2 × nano-SIM
- Dual LTE
Capteur d'empreintes digitalesOui (au dos)
Connectique- Port USB Type-C USB 3.1
- Bluetooth 4.2
- NFC
GPS- A-GPS+GLONASS
Prise jackNon
Etanchéité à l'eauOui (IP 67)
Connectivité4G LTE Cat 18
ColorisGris, Noir
Prix799 euros

C’est amusant de voir que la gamme Mate propose toujours un packaging avec une boîte plate, différente du packaging des smartphones de la gamme P par exemple. Pour autant, tout reste classique et sans surprise. On y trouve un chargeur USB, un câble USB Type-C vers Type-A, des notices pour une première prise en main et écouteurs/kits mains-libres USB-C. On note toujours la présence d’une petite coque de protection de base, toujours la bienvenue, d’une protection d’écran déjà installée sur le smartphone et d’un adaptateur USB-C vers jack 3,5 mm parce que, oui, je vous le rappelle, le Mate 10 Pro ne propose pas de prise jack. Enfin, alors que les P10 proposaient un port USB-C, ce dernier n’était que compatible USB 2.0, sur le Mate 10 Pro, il est USB 3.1, ce qui facilitera les transferts.

Comptez officiellement 799 euros hors abonnement. On est clairement en présence d’un smartphone haut de gamme et Huawei ne s’en cache pas. Il est vrai que Huawei est monté en gamme depuis quelques années. Néanmoins, si le Mate 10 Pro est clairement positionné haut de gamme avec son prix approchant les 800 euros, il reste bien plus accessible que la concurrence directe pour un même niveau de prestation. Je pense notamment aux iPhone 8 Plus, LG V30 ou encore Galaxy Note 8.

[nextpage title= »Design »]
Alors que les Huawei P10 proposaient un design très « inspiré » d’un autre appareil californien, on est heureux de constater que Huawei n’a pas suivi cette voie avec le nouveau Mate 10 Pro. Du coup, quand vous le prenez en main pour la première fois, vous ne pourrez pas passer à côté de son imposant écran qui recouvre quasiment toute la surface. L’écran est tellement grand que Huawei n’a même pas cherché à positionner un capteur d’empreinte en façade. Ce dernier se retrouve au dos, pour notre plus grand plaisir, et contrairement à Samsung avec ses Galaxy, il est très bien placé puisqu’il tombe naturellement sous l’index.

Avec un dos en verre et un contour en aluminium, Huawei adopte les standards des haut de gamme actuels comme Apple avec ses iPhone 8 et Samsung avec ses Galaxy S8/Note8. Aux yeux des constructeurs, l’aluminium fait désormais partie du passé, ou du moins, des milieux de gamme. Pas de design anguleux, les coins sont arrondis, tout comme les tranches. En revanche, petite faute de finition puisqu’au niveau des coins au dos, là où le dos en verre se recourbe vers la tranche, on sent un peu le contour en aluminium, ça ne coupe pas, mais c’est un peu désagréable. Si les P10 ont eu une inspiration « californienne », le Mate 10 Pro est plus d’humeur « coréenne » 🙂 Toujours est-il que le design général reste agréable et personnellement, j’aime beaucoup la bande de dégradé de couleur au niveau des objectifs Leica, tout comme les coloris que propose Huawei.

Le bouton de mise sous tension et/ou de veille propose un revêtement qui permet de le reconnaître facilement sous le pouce. Comme je l’ai déjà dit un peu plus haut, le repositionnement du capteur d’empreinte au dos permet de déverrouiller très rapidement son smartphone et c’est très intuitif parce qu’il tombe vraiment sous votre index. Le capteur d’empreintes se configure assez rapidement et comme sur les P10, il est extrêmement rapide. En effet, on pose le doigt et c’est déverrouillé ! Du coup, il n’y a plus de bouton d’accueil physique, Huawei avait essayé avec les P10 et si cela ne gênait pas spécialement, cela restait inutile quand on sait qu’Android propose des boutons virtuels.

[nextpage title= »Affichage et Audio »]
Habitué aux dalles IPS comme c’est encore le cas avec le Mate 10 (et à part le P9 Plus qui n’a jamais vraiment été commercialisé en France), le Mate 10 Pro se différencie déjà avec une dalle OLED. Elle est de 6 pouces au format 18:9 comme c’est maintenant le standard en ce second semestre 2017. Si on associe souvent le haut de gamme à la définition Quad HD (Quad HD+ dans le cas des écrans 18:9), le Mate 10 Pro ne propose qu’une définition Full HD+, ce qui correspond à du Full HD mais en plus long. Dans tous les cas, si ça pourra chagriner les plus technophiles d’entre vous, dans la réalité, sa densité de « seulement » 402ppp est similaire à ce que propose par exemple Apple, on ne voit pas les pixels à l’oeil nu.

La dalle OLED est équilibrée en terme de colorimétrie, de luminosité et d’angles de vision. Si cela ne vous suffit pas, Huawei met à disposition un outil pour rectifier le tir dans les paramètres du téléphone. Personnellement, j’y ai rajouté un peu de chaleur. Et parce que c’est de l’OLED, les contrastes sont forts et les noirs profonds. Dans mes usages, avec du surf sur le navigateur internet et les applications Android, je n’ai jamais eu à me plaindre de la finesse d’écran. En fait, le seul moment où je risque de trouver cette définition Full HD+ un peu limite, ça sera pour une utilisation en Réalité Virtuelle.

Côté son, comme pour le Huawei P10 Plus, le Huawei Mate 10 Pro vous propose un haut-parleur dans la tranche inférieure du smartphone, et celui en façade en haut de l’appareil pour être utilisé dans une utilisation multimédia. On obtient donc un son stéréo quand on écoute du contenu audio ou vidéo. Le volume sonore est bien contenu si bien qu’avec des vidéos sur internet par exemple, le son ne sature pas trop à pleine puissance. Comme d’habitude, ça sera plus que suffisant pour les vidéos sur internet ou autres joyeusetés de YouTube mais ne pensez même pas à vous faire une série ou un film sans une enceinte externe ou des écouteurs.

Pour ce qui est de l’application audio, si on retrouve bien évidemment Google Play Music, Huawei vous propose toujours son application maison qui s’avère assez classique dans l’absolu mais qui a surtout le bénéfice de lire votre musique, classé par dossiers. Pratique. Maintenant, je vous avouerai que je ne l’ai pas tellement utilisé, si ce n’est pour tester quelques fichiers FLAC. Dans ce cas, avec un bon casque audio, le support du Lossless ne pourra que plaire aux plus audiophiles d’entre vous. Petite chose qu’on retrouve du Mate 9 et qui avait disparu avec les P10 et P10 Plus, ce sont les micros directionnels qui s’adapteront en fonction de votre type d’enregistrement. Pratique.

[nextpage title= »Utilisation, Android 8.0 Oreo, EMUI 8.0″]
Le Huawei Mate 10 Pro est livré avec Android 8.0 Oreo ainsi que l’interface Emotion UI 8.0 (oui, on est directement passé de EMUI 5.1 à EMUI 8.0…). Dans l’expérience utilisateur, si Huawei essaie toujours de proposer une interface utilisateur proche d’iOS avec quelques limites comme l’affichage de seulement 9 applications par dossiers et donc la gestion de pages en plus dans un dossier, il est toujours possible d’avoir accès au tiroir d’application, et donc d’avoir une interface proche d’Android Stock. Personnellement, c’est ce que je préfère, cela me permet ainsi de ne pas afficher les applications que je n’utilise pas au quotidien. Comme c’est le cas depuis le Mate 9, il y a toujours la possibilité de lancer deux instances de certaines applications sociales. Vous avez deux comptes WhatsApp ou Facebook ? Et bien EMUI 8.0 permet d’avoir vos deux comptes. Mais cela se limite pour l’instant à WhatsApp, Facebook, Facebook Messenger et Snapchat.

Coté applications tierces en dehors des applications Huawei (Santé, Sauvegarde, etc.), la marque chinoise continue sur sa lancée de ne pas trop pré-charger son smartphone d’applications inutiles et laisse ainsi le choix de faire votre marché sur le Google Play Store. Il y a toujours quelques applications pré-installées comme celles de certains réseaux sociaux mais cela ne m’a pas gêné puisque je les utilise au quotidien.

On retrouve la fonctionnalité Knuckle qui permet et double cliquer sur l’écran avec une phalange pour faire une capture photo ou deux phalanges pour une capture vidéo. Très personnellement, je ne l’utilise pas vraiment et pour les captures, je préfère toujours la méthode classique, mais il faut l’avouer, c’est pratique par moment. Et enfin, on finit sur le multi-fenêtrage, toujours présent et pratique sur ces nouveaux écrans, surtout en mode portrait.

[nextpage title= »Performances et Autonomie »]
La Huawei Mate 10 Pro signe l’arrivée d’un nouveau SoC, le Kirin 970. Bien évidemment, il est déjà, par définition plus puissant que son prédécesseur, le Kirin 960. Mais ce n’est pas tout, il est gravé en 10 nm, ce qui lui confère de meilleures performances et surtout une meilleure gestion énergétique. Comme prévu, les scores dans les benchmarks ne sont pas décevants, et comme on s’y attendait, certaines applications (souvent les jeux) ne sont pas toujours optimisées. Mais dans l’absolu, on n’a pas eu à se plaindre des performances au quotidien.

En revanche, le Kirin 970 se retrouve être un des premiers SoC (comme l’A11 Bionic d’Apple) équipé d’un NPU (Neural Network Processing Unit). En gros, c’est une puce qui s’occupe de gérer l’intelligence artificielle présente dans les différentes applications et fonctionnalités du téléphone et qui va permettre au SoC de s’adapter aux usages. C’est encore nouveau et c’est assez difficile à illustrer mais à titre d’exemple en photo, le NPU est capable de reconnaître les différentes scènes et types de photo (à partir d’une base de données de plus de 100 millions de photos). Une fois que l’IA présente dans l’application photo a reconnu la scène, elle y applique ensuite les meilleurs réglages. Du coup, dans la photo, l’application appliquera par exemple plus de contrastes pour les photos culinaires, ou encore un fond flouté quand il s’agit de portrait, et ainsi de suite… Maintenant, je pense qu’on pourra bien voir les bénéfices des NPU dans un futur assez proche, le temps que les applications se mettent à jour.

J’ai utilisé le Huawei Mate 10 Pro avec un nombre conséquents d’applications et jamais je n’ai senti de gêne. Le Mate 10 Pro n’a jamais vraiment chauffé et ce, quelles que soient les applications lancées. Tout ça pour dire que dans un usage quotidien, vous n’aurez clairement pas à vous plaindre. Aussi, je vous laisse voir les résultats dans les différentes applications telles que GeekBench, 3D Mark ou encore PC Mark. Mais entre nous, sur les smartphones haut de gamme, on ne fait plus vraiment attention aux benchmarks désormais, puisque la puissance que l’on a dans les smartphones haut de gamme dépassent nos besoins dans un usage quotidien et régulier. On notera enfin que Huawei continue de proposer ce qu’on avait avec le Mate 9, à savoir une meilleure gestion des fichiers et de la fragmentation de la mémoire sur le temps. Une technologie nommée Huawei Ultra Memory.

Comme à chaque nouveau smartphone chez Huawei, il vous faudra quelques jours d’utilisation avant d’obtenir votre autonomie de croisière. En effet, le Mate 10 Pro apprend de vos usages. Si les premiers jours, on a l’impression d’avoir une autonomie décevante, le Mate 10 Pro se rattrape les jours suivants et propose une des meilleures autonomies actuellement sur le marché, en phase avec ce que proposait déjà le Mate 9.

Dans le cas d’une journée très soutenue :

Une journée plus calme mais classée comme pour PowerUser:

Je tiens à rappeler que je n’ai jamais utilisé le mode économie d’énergie. On remerciera non seulement la batterie de 4000mAh, Android 8.0 avec sa meilleure gestion de l’énergie, et on n’oublie pas l’écran qui n’est “que” Full HD+, ce qui lui permet de moins consommer. Enfin, on notera la recharge rapide, super pratique en cas de grosse journée. On aurait aimé la recharge sans-fil même si ce n’est pas encore indispensable !

[nextpage title= »Photo et Vidéo »]
Tout comme le Huawei P10, le Mate 10 Pro bénéficie toujours d’un partenariat avec le constructeur allemand Leica. Dans le bloc photo, on retrouve un capteur couleur de 12 Mégapixels et un capteur noir&blanc de 20 Mégapixels. Pas d’ultra grand-angle comme LG, pas de zoom comme Apple mais la logique et le traitement Leica. Les Mate 9 et P10 proposait des capteurs de seconde génération, Huawei n’a pas spécialement communiqué dessus donc à priori, on retrouve les mêmes capteurs sur le Mate 10 Pro, à savoir des capteurs Sony.

En revanche, c’est surtout au niveau des objectifs que Huawei a initié de gros changements. Toujours avec une focale de 27mm, le P10 proposait une ouverture de F/2.2, et P10 Plus une ouverture de F/1.8. Avec le Mate 10 Pro, Huawei propose des objectifs avec une ouverture de F/1.6, un record atteint que très récemment.

Comme avec ses prédécesseurs, la combinaison entre le capteur monochrome de 20 Mégapixels et celui couleur de 12 Mégapixels permet d’obtenir un zoom hybride allant jusqu’à 2,4x, avec des résultats à mi-chemin entre le zoom optique et le zoom numérique. J’avoue avoir été impressionné, je m’attendais à pire. Pour faire simple, on zoome sur le capteur monochrome parce que c’est le plus sensible à la lumière et donc le plus précis. Après, en post-production, le Mate 10 Pro va appliquer les couleurs issues du capteur couleur. C’est un peu comme un manga qu’on colorie. Et avec le même processus, le Mate 10 Pro est capable de proposer des photos couleur de 20 Mégapixels alors que le capteur couleur n’est que de 12 Mégapixels. En revanche pas de zoom avec des photos de 20 Mégapixels.

Petit rappel sur le capteur monochrome parce que c’est bien lui qui est intéressant chez Huawei, le traitement « à la Leica » donne des photos avec une profondeur flatteuse. Comme toujours, il y a une différence entre une photo couleur convertie en noir & blanc et une photo directement capturée en noir & blanc. Les photos capturées ainsi en noir et blanc ont un rendu très flatteur et « très Leica » avec des contrastes importants, si bien que pour certaines photos, on a limite l’impression d’avoir des photos sous-exposées. Mais on aime.

Pour la partie couleur, on se retrouve avec des photos très détaillées et contrastées qui concurrencent clairement les récents iPhone 8/8 Plus, HTC U11 et Galaxy S8/S8+/Note8. Je n’ai pas de Google Pixel sous la main mais j’aurais aimé pouvoir comparer le tout. Dans tous les cas, j’ai été vraiment impressionné ! D’ailleurs, même si je n’ai pas spécialement confiance dans les valeurs partagées par DxO, le Mate 10 Pro se place, toujours d’après l’éditeur, comme étant le second meilleur photophones derrière le très récent Google Pixel 2 et devant tous les autres… Lors du test du P10 et du P10 plus, on savait que Huawei avait re-travaillé son traitement RAW en JPEG avec de nouveaux algorithmes. Eh bien là, Huawei a dû encore peaufiner ses algorithmes et cela donne ce qu’on a aujourd’hui avec le Mate 10 Pro. Impressionnant. Même dans les conditions de faible luminosité, le Mate 10 Pro n’a pas à rougir, et quand c’est du noir & blanc, je pense que ce sont les autres qui seront jaloux.

On retrouve, grâce à la présence de deux capteurs, la gestion de la profondeur de champ pouvant aller jusqu’à l’équivalent d’un F/0.95. Utilisable en noir & blanc également, ça reste à mon avis une fonction gadget mais qui peut avoir son utilité. Du côté des selfies, on retrouve un capteur de 8 Mégapixels avec un objectif dont l’ouverture est de F/2.0. Huawei n’en a pas spécialement parlé mais sur les P10, le bloc photo frontal était certifié Leica pour avoir un meilleur traitement. Il y a de très grandes chances que cela soit pareil avec le Mate 10 Pro. Grâce à la reconnaissance des visages, il est possible de basculer d’un mode classique (déjà plutôt grand-angle) à un mode grand-angle pour prendre plus de monde dans la photo. En revanche, n’oubliez pas de désactiver ce satané mode Beauté, je le répète, les photos avec du fond de teint automatique, c’est ignoble.

Du côté de l’application en elle-même, je l’ai trouvé assez bien faite et facile d’utilisation, surtout avec le “Mode Professionnel” qui est accessible directement depuis l’interface de prise de vue automatique. Évidemment, vous pouvez tout régler, la gestion de fichiers RAW, de la balance des blancs à l’ouverture, etc. On retrouve bien évidemment tous les modes qu’on a vu apparaître avec les précédents smartphones comme le Light Painting, le TimeLapse, un mode dédié aux photos de plats, etc. Mais la plus grosse nouveauté de l’application, c’est le support du NPU présent sur le SoC Kirin 970 de Huawei. Le SoC embarque une petite base de données avec pas moins de 100 millions de photos et avec, l’application est capable de reconnaître ce que vous photographiez et donc adapter les bons paramètres en fonction du sujet. En toute honnêteté, on manque encore de recul pour voir les vrais bénéfices mais de nos premières photos, l’appareil reconnaissait facilement les sujets et adaptait souvent les contrastes et autres. À voir avec le temps.

Voici quelques exemples de photos pour vous faire une meilleure idée :

Huawei Mate 10 Pro - Photos et Vidéos de Test

Côté vidéo, Huawei a encore fait des progrès. Si ce n’est pas du niveau d’un Galaxy S8 ou V30 en terme de stabilisation, le Mate 10 Pro reste très bon. On retrouve ainsi une stabilisation optique et l’enregistrement de vidéos en 4K. Dans la pratique, je ne filme toujours pas en 4K, mais je pense que ce n’est qu’une question avant que le grand public s’y mette. On note aussi que quand vous filmez en 4K ou en Full HD à 60 fps, la stabilisation ne fonctionne pas ! Autant, je peux comprendre pour la 4K, autant je trouve cela dommage pour le Full HD 60fps alors que les concurrents le proposent. L’explication est toute simple. Pour la 4K et le Full HD 60fps, le Mate 10 Pro va utiliser aussi le capteur monochrome pour récupérer quelques infos, du coup, impossible de tout faire en même temps.

Et voici un exemple de vidéo :

2017-10-19 19.00.42

[nextpage title= »Galerie et Conclusion »]

Notre avis

Huawei continue sur sa lancée et à chaque nouveau smartphone haut de gamme, il s'améliore. Peu à peu, les défauts s'estompent et si le prix reste premium, pour des caractéristiques et des performances similaires, le prix du Huawei Mate 10 Pro reste bien en dessous de la concurrence.

Le travail du constructeur chinois sur la photo a porté ses fruits et c’était un plaisir d’utiliser le Mate 10 Pro au quotidien. C'est un smartphone équilibré dans sa prise en main et ce, malgré son écran XL de 6", performant avec une excellente autonomie et un très bon appareil photo.

Original dans le monde des photophones, le bloc photo Leica continue de faire des merveilles. Si vous aimez la photo, vous ne pourrez pas passer à côté, clairement. Encore une franche réussite.

9 / 10