Test

[Test] Pokémon Rubis Oméga et Saphir Alpha – La version refaite et à refaire [3DS]

Notre avis
8 / 10

Par Corentin le

Au-delà de l’engouement qu’a provoqué l’annonce du remake du troisième épisode de Pokémon, Rubis Oméga / Saphir Alpha a également bénéficié d’une petite refonte ergonomique bienvenue.

Rosa0

« Hoenn Confirmed ». Cette affirmation devenue mème des internets montre à quel point cette troisième génération de la licence a marqué son monde. Génération excellente pour certains, honnie pour d’autres, je fais personnellement partie de la première catégorie. Pokémon Rubis et Saphir, du haut de ses 12 ans d’existence, possède un cachet semblable à aucun autre épisode. Toutefois, nous ne sommes pas là pour chanter à nouveau les louanges de Rubis et Saphir, mais bien pour voir si Pokémon Rubis Oméga et Saphir Alpha (ROSA dans le texte à partir de maintenant) valent le coup.

FR_Pok_monORAS_Nov_006Et la réponse est clairement : oui. ROSA est un vrai beau remake qui utilise le moteur de X et Y pour transposer le monde 2D de la GBA vers la 3D de la 3DS. Ainsi, comme on pouvait s’y attendre, ce n’est pas vraiment impressionnant. Certaines textures sont un peu limites et la qualité graphique globale n’est pas toujours très propre. Heureusement, le chara-design adorable et le choix des couleurs font de ce Hoenn nouvelle génération une région proprette, mignonne et chatoyante. Le moteur 3D lors des combats fait toujours des merveilles pour afficher des Pokémon plus crédibles que dans les dessins animés. Cependant, il fait toujours autant tirer la langue à une 3DS décidément trop vieille pour ces conneries et le framerate en pâtit très régulièrement (surtout si la 3D relief est activée). Cela n’est vraiment pas grave dans l’absolu, mais quand voit Super Smash Bros. tourner en 60 FPS continus, on se dit franchement que Game Freak devrait quand même être capable de mieux optimiser ça, à l’avenir.

D’un point de vue du contenu et de l’histoire, ROSA a les défauts des qualités des jeux originaux. Les environnements visités sont variés et bruts. Des lieux comme le désert, le volcan, le très grand océan ou encore les fonds marins font d’Hoenn la région la plus sympathique à parcourir de toute la saga. Cependant, l’histoire extrêmement plan-plan fait que la conquête des huit badges peut se révéler parfois un peu fastidieuse.

oct_p20_01_frGame Freak n’a cependant pas uniquement transposé un ancien jeu dans un nouveau moteur, il a procédé à de nombreuses améliorations ergonomiques vraiment bienvenues. Je veux dire, il y a certaines modifications qui auraient dû être faites depuis au moins Rouge Feu / Vert Feuille en 2004. Un exemple simple ? La capacité vol permet désormais de se déplacer vers n’importe quel endroit et plus uniquement à destination des villes comme auparavant. Il était temps.

Autre exemple ? Qui se sert des fonctions « Déposer des Pokémon » et « Retirer des Pokémon » dans le PC alors que « Ranger les boîtes » permet de faire les deux en même temps ? Réponse : personne. Douze ans après avoir mis en place le système de boîte tel qu’on le connaît, ROSA met enfin « Ranger les boîtes » en choix par défaut. Ce qui fait que quand on mash le bouton A sur le PC pour accéder à ses boîtes de Pokémon, on se retrouve directement sur la seule option valable pour gérer sa multitude de Pokémon. Mieux vaut tard que jamais Game Freak.

oct_p40_01_dioL’écran du bas est également mis à contribution de manière intelligente. Le Pokénav y est affiché et ne propose non pas un, ni deux, ni trois, mais bien six outils différents ! Et tout ça en plus de raccourcis vers les fonctions basiques du jeu (sauvegarder, statuts des Pokémon, etc.). La carte permet d’afficher évidemment votre position, mais également celle des baies que vous avez plantées, celle des dresseurs que vous avez croisés (et s’ils veulent une revanche) et celle des bases secrètes qui sont évidemment de retour.

Le Navi-dex, autre outil sur l’écran inférieur, permet de voir d’un simple coup d’œil quels Pokémon sont présents dans la zone. Il permet même d’identifier sans déclencher de combat un Pokémon sauvage qui émerge des hautes herbes. Il permet même de connaître son niveau, une capacité, son talent (aptitude passive) à et son potentiel d’IV. Wow. Cerise sur le gâteau, il permet de faire apparaître à loisir un Pokémon en particulier avec une simple recherche. Wow wow. Et la « qualité » du Pokémon en question augmentera au fur et à mesure des recherches. Il pourra avoir un niveau bien supérieur à celui qu’il devrait avoir, des attaques qu’il ne devrait pas pouvoir apprendre tout seul ou des talents alternatifs. Wow wow wow. Non, avec ROSA, l’écran tactile n’a jamais été aussi utile dans Pokémon.

oct_p09_06_odnDe manière plus générale on retrouve également la Poké Récré (qui permet de nourrir et faire mumuse avec ses Pokémon), le SPV (qui permet de faire monter les EV de ses Pokémon avec des mini-jeux un peu pourris), le PSS (toutes les fonctionnalités en ligne du jeu, à savoir : les échanges, la gestion des amis et les combats) et, pour finir, le Navi-Show qui permet d’afficher des JT du monde d’Hoenn avec des textes très bien écrits, débiles et franchement marrants.
Enfin, abordons la question qui avait fâché avec X et Y : le post game. C’est-à-dire toutes les choses que l’on peut faire après la Ligue Pokémon. Le post game du jeu original n’était déjà pas mauvais, mais il a encore été augmenté avec de nombreuses missions qui permettent de capturer un très grand nombre de Pokémon légendaires des épisodes précédents. L’absence de légendaires était une autre critique qui a été faite à X et Y. Il semblerait que sur ce point, Game Freak ait entendu les réclamations des joueurs.

Plus plat que X et Y, moins surprenant aussi, ROSA parvient malgré son scénario mou du genou à repartir dans les hautes herbes pour attraper du Zigzaton. L’absence normale de nouveaux Pokémon (remake oblige) est même compensée par l’arrivée de nouvelles méga-évolutions, toujours aussi intéressantes d’un point de vue du gameplay et du metagame. Pokémon ROSA arrivera-t-il à devenir la nouvelle version de référence, y compris pour les joueurs en compétitions ? La réponse est simple : Navi-dex. Il est devenu tellement pratique de capturer des Pokémon avec cet outil que je n’ai aucun doute là-dessus. Évidemment, si vous êtes allergiques à cette génération, vous pouvez toujours vous convaincre que vous n’avez pas besoin de Pokémon ROSA. Mais franchement, même vous, vous pourriez être surpris de la multitude de petites améliorations qui ont été apportées avec cet épisode.

Pokémon Rubis Oméga et Saphir Alpha, c’est déjà disponible sur 3DS, c’est pour 45 euros (prix conseillé).

Au-delà de l’engouement qu’a provoqué l’annonce du remake du troisième épisode de Pokémon, Rubis Oméga / Saphir Alpha a également bénéficié d’une petite refonte ergonomique bienvenue.

Rosa0

« Hoenn Confirmed ». Cette affirmation devenue mème des internets montre à quel point cette troisième génération de la licence a marqué son monde. Génération excellente pour certains, honnie pour d’autres, je fais personnellement partie de la première catégorie. Pokémon Rubis et Saphir, du haut de ses 12 ans d’existence, possède un cachet semblable à aucun autre épisode. Toutefois, nous ne sommes pas là pour chanter à nouveau les louanges de Rubis et Saphir, mais bien pour voir si Pokémon Rubis Oméga et Saphir Alpha (ROSA dans le texte à partir de maintenant) valent le coup.

FR_Pok_monORAS_Nov_006Et la réponse est clairement : oui. ROSA est un vrai beau remake qui utilise le moteur de X et Y pour transposer le monde 2D de la GBA vers la 3D de la 3DS. Ainsi, comme on pouvait s’y attendre, ce n’est pas vraiment impressionnant. Certaines textures sont un peu limites et la qualité graphique globale n’est pas toujours très propre. Heureusement, le chara-design adorable et le choix des couleurs font de ce Hoenn nouvelle génération une région proprette, mignonne et chatoyante. Le moteur 3D lors des combats fait toujours des merveilles pour afficher des Pokémon plus crédibles que dans les dessins animés. Cependant, il fait toujours autant tirer la langue à une 3DS décidément trop vieille pour ces conneries et le framerate en pâtit très régulièrement (surtout si la 3D relief est activée). Cela n’est vraiment pas grave dans l’absolu, mais quand voit Super Smash Bros. tourner en 60 FPS continus, on se dit franchement que Game Freak devrait quand même être capable de mieux optimiser ça, à l’avenir.

D’un point de vue du contenu et de l’histoire, ROSA a les défauts des qualités des jeux originaux. Les environnements visités sont variés et bruts. Des lieux comme le désert, le volcan, le très grand océan ou encore les fonds marins font d’Hoenn la région la plus sympathique à parcourir de toute la saga. Cependant, l’histoire extrêmement plan-plan fait que la conquête des huit badges peut se révéler parfois un peu fastidieuse.

oct_p20_01_frGame Freak n’a cependant pas uniquement transposé un ancien jeu dans un nouveau moteur, il a procédé à de nombreuses améliorations ergonomiques vraiment bienvenues. Je veux dire, il y a certaines modifications qui auraient dû être faites depuis au moins Rouge Feu / Vert Feuille en 2004. Un exemple simple ? La capacité vol permet désormais de se déplacer vers n’importe quel endroit et plus uniquement à destination des villes comme auparavant. Il était temps.

Autre exemple ? Qui se sert des fonctions « Déposer des Pokémon » et « Retirer des Pokémon » dans le PC alors que « Ranger les boîtes » permet de faire les deux en même temps ? Réponse : personne. Douze ans après avoir mis en place le système de boîte tel qu’on le connaît, ROSA met enfin « Ranger les boîtes » en choix par défaut. Ce qui fait que quand on mash le bouton A sur le PC pour accéder à ses boîtes de Pokémon, on se retrouve directement sur la seule option valable pour gérer sa multitude de Pokémon. Mieux vaut tard que jamais Game Freak.

oct_p40_01_dioL’écran du bas est également mis à contribution de manière intelligente. Le Pokénav y est affiché et ne propose non pas un, ni deux, ni trois, mais bien six outils différents ! Et tout ça en plus de raccourcis vers les fonctions basiques du jeu (sauvegarder, statuts des Pokémon, etc.). La carte permet d’afficher évidemment votre position, mais également celle des baies que vous avez plantées, celle des dresseurs que vous avez croisés (et s’ils veulent une revanche) et celle des bases secrètes qui sont évidemment de retour.

Le Navi-dex, autre outil sur l’écran inférieur, permet de voir d’un simple coup d’œil quels Pokémon sont présents dans la zone. Il permet même d’identifier sans déclencher de combat un Pokémon sauvage qui émerge des hautes herbes. Il permet même de connaître son niveau, une capacité, son talent (aptitude passive) à et son potentiel d’IV. Wow. Cerise sur le gâteau, il permet de faire apparaître à loisir un Pokémon en particulier avec une simple recherche. Wow wow. Et la « qualité » du Pokémon en question augmentera au fur et à mesure des recherches. Il pourra avoir un niveau bien supérieur à celui qu’il devrait avoir, des attaques qu’il ne devrait pas pouvoir apprendre tout seul ou des talents alternatifs. Wow wow wow. Non, avec ROSA, l’écran tactile n’a jamais été aussi utile dans Pokémon.

oct_p09_06_odnDe manière plus générale on retrouve également la Poké Récré (qui permet de nourrir et faire mumuse avec ses Pokémon), le SPV (qui permet de faire monter les EV de ses Pokémon avec des mini-jeux un peu pourris), le PSS (toutes les fonctionnalités en ligne du jeu, à savoir : les échanges, la gestion des amis et les combats) et, pour finir, le Navi-Show qui permet d’afficher des JT du monde d’Hoenn avec des textes très bien écrits, débiles et franchement marrants.
Enfin, abordons la question qui avait fâché avec X et Y : le post game. C’est-à-dire toutes les choses que l’on peut faire après la Ligue Pokémon. Le post game du jeu original n’était déjà pas mauvais, mais il a encore été augmenté avec de nombreuses missions qui permettent de capturer un très grand nombre de Pokémon légendaires des épisodes précédents. L’absence de légendaires était une autre critique qui a été faite à X et Y. Il semblerait que sur ce point, Game Freak ait entendu les réclamations des joueurs.

Plus plat que X et Y, moins surprenant aussi, ROSA parvient malgré son scénario mou du genou à repartir dans les hautes herbes pour attraper du Zigzaton. L’absence normale de nouveaux Pokémon (remake oblige) est même compensée par l’arrivée de nouvelles méga-évolutions, toujours aussi intéressantes d’un point de vue du gameplay et du metagame. Pokémon ROSA arrivera-t-il à devenir la nouvelle version de référence, y compris pour les joueurs en compétitions ? La réponse est simple : Navi-dex. Il est devenu tellement pratique de capturer des Pokémon avec cet outil que je n’ai aucun doute là-dessus. Évidemment, si vous êtes allergiques à cette génération, vous pouvez toujours vous convaincre que vous n’avez pas besoin de Pokémon ROSA. Mais franchement, même vous, vous pourriez être surpris de la multitude de petites améliorations qui ont été apportées avec cet épisode.

Pokémon Rubis Oméga et Saphir Alpha, c’est déjà disponible sur 3DS, c’est pour 45 euros (prix conseillé).

Notre avis

Pas trop d’eau

8 / 10