Test

[Test] Tekken 7, le retour du king ?

Jeux Vidéo

Par Mathieu le

Le King of Iron Fist Tournament est de retour. Plus de sept ans après la sortie du dernier épisode, sur PS3 et Xbox 360, voilà venu le temps d’un nouvel opus, attendu depuis de longs mois par les fans. Premier jeu de la série à atterrir sur nos consoles « de nouvelle génération », Tekken 7 compte bien faire son come-back et mettre tout le monde d’accord. Mais pour cela, il va falloir répondre aux attentes, en perpétuelle évolution, des joueurs du monde entier.

C’est un peu la bonne période. Alors qu’Injustice 2 a réussi à trouver son public il y a de cela quelques semaines et qu’Arms, l’exclusivité Nintendo Switch, arrive très bientôt, c’est à Tekken de pointer le bout de son nez. Sorti le 18 mars 2015 sur les bornes d’arcade japonaises, c’est plus de deux ans après qu’il se décide à pointer le bout de son nez sur nos consoles de salon. On retrouve ainsi rapidement nos réflexes nostalgiques. Bien que Tekken 6 ait déçu une partie de la communauté de joueurs, Tekken 7 renoue quelque peu avec son glorieux passé qui avait fait de la franchise l’une des plus appréciées au monde dans son domaine.

Mishima’s Family

Débutons par l’offre qui nous est présentée :

– Le mode histoire, un classique, qui cette fois-ci nous conte une histoire plus mature et scénarisée. On suit ainsi les aventures de la famille Mishima (Heihachi, Kazuya et Jin, notamment). Toute l’histoire depuis le premier épisode est retracée ce qui permet aux nouveaux-venus, comme aux anciens, de profiter des événements qui ont fait de la saga un succès planétaire. Vous ne retrouverez malheureusement pas l’ensemble des personnages phares de la franchise au travers de cette partie scénarisée mais le fait est qu’on sent que Bandai Namco s’est appliqué pour nous offrir un univers plus crédible. À côté de cela, il vous sera également possible de jouer le mode « histoire » de chaque personnage du jeu, même si cela se résume à un seul combat contre un adversaire déjà attribué et une courte cinématique vide de sens.

– Le mode en ligne, où vous pourrez affronter vos amis ou des inconnus grâce au matchmaking. S’il a connu quelques problèmes ces derniers jours, laissant de nombreux joueurs sur le carreau, il reste la grande plus-value de Tekken 7. On ressent l’envie des développeurs et producteurs du jeu d’en faire le mode central du jeu.

– Le mode hors-ligne, composé de quatre événements différents. Le mode arcade, un classique, mais aussi le mode Combat au trésor où vous pourrez affronter de nombreux combattants dans le but de déverrouiller apparences et autres bonus. On retrouve également les attendus modes Versus et Entrainement qui restent à part en terme d’intérêt sur le long terme.

Fin du Tekken show

Ce contenu devra donc vous suffire en acquérant Tekken 7. On soulignera le mot suffire dans la phrase précédente. En effet, le mode histoire ne devrait pas vous prendre plus de quatre heures de votre temps, ce qui est, avouons-le, assez normal pour un Tekken. Il ne s’agit, ni plus ni moins, que d’un long film dans lequel vous passerez plus de temps à visionner les cinématiques qu’à être un véritable acteur des combats. Il est d’ailleurs conseillé de mettre la difficulté maximale dès le début pour ajouter un peu de challenge. Le mode hors-ligne se veut quant à lui trop suffisant pour vous retenir bien longtemps. Le côté arcade ne vous retiendra pas plus de cinq combats tandis que la recherche des trésors devient rapidement dérisoire et répétitive. C’est donc la partie online qui devra rapidement vous satisfaire. Pour être totalement franc, on regrette un peu ce manque de contenus hors ligne. Le temps des Time Attack, Survie ou Tekken Force, ces modes de jeux attrayants et diversifiés, nous a manqué. Néanmoins, si pour vous Tekken se devait de passer du côté Online de la force, alors vous pouvez foncer, sans hésiter, car il est clair que vous y trouverez votre bonheur.

On notera également la présence de bonus à débloquer tout au long de vos parties. On pense notamment à divers contenus provenant des anciens jeux de la franchise (cinématiques, fiches des personnages) mais aussi et surtout des éléments de personnalisation pour les combattants actuels. Si cet ajout est appréciable, il ne bouleverse clairement pas votre sentiment général face au jeu.

[nextpage title= »C’est moi le meilleur »]
Au total, c’est 36 personnages qui s’offrent à vous dans cet épisode. On retrouve, bien heureusement, les habitués de la franchise avec Heihachi, Kazuya, Jin, Paul, Lee ou Nina mais aussi neuf nouveaux visages. Ainsi, vous allez pouvoir faire la connaissance de Gigas, Josie, Kazumi Claudio, Katarina, Shaheen, Lucky Chloé, Master Raven et Akuma. Ce dernier, que certains connaissent déjà bien, sort tout droit de la saga Street Fighter et est la belle surprise de l’opus. Difficile à maîtriser, en hommage très certainement au jeu duquel il provient, il s’intègre néanmoins parfaitement à l’univers Tekken et à l’histoire qui nous est contée. Comme d’habitude, vous retrouverez dans cet épisode des personnages faciles à prendre en main et d’autres biens plus compliqués. On pense notamment à Lucky Chloé qui plaira aux novices, tout comme ce fut le cas pour Alisa il y a quelques années. Master Raven et, à un degré moindre, Claudio, sont quant à eux plus difficiles à maîtriser.

Intuitif et dur à la fois

On sent par ailleurs que Tekken 7 mise avant tout, comme cela a été une habitude pour ses prédécesseurs, sur le fun procuré aux joueurs. Néanmoins, le jeu se veut plus technique que de coutume et il est plus rare de gagner un combat via la fameuse technique du « j’appuie sur toutes les touches ». La défense et la dépendance du savoir entre « coups puissants » et « coups simples » sont désormais primordiales. Dans ce sens, le gameplay à la sauce Tekken a quelque peu évolué. S’il n’est toujours pas aussi rigide qu’un Street Fighter et qu’il laisse la place grande ouverte aux novices, on ressent l’envie des développeurs de s’ouvrir à un public plus large. Les possibilités en terme de combos sont assez élevées et il vous faudra passer quelques heures avant de totalement dompter votre personnage favori.

Abordons, enfin, la partie technique de cet opus. Testé sur PS4 Pro, Tekken 7 est tout juste dans la moyenne. Parfois assez brouillon, il bénéficie néanmoins d’arrières plans de qualité et d’une direction artistique classique, mais assumée. Les modélisations des personnages ne se valent pas toutes et on note rapidement que certains personnages sont bien plus justes graphiquement que d’autres. Aucune chute de framerate n’a été détectée en plus de quinze heures de jeu, ce qui est un vrai point positif. Si les versions PS4 Pro et PC (avec des spécificités maximales) n’en souffrent pas, les versions PS4 et Xbox One ont, elles, de légers problèmes d’aliasing, surtout en ce qui concernent les décors. Rien de bien alarmant mais vous savez d’ores et déjà que vous n’êtes pas du tout face à la baffe technique de la décennie.

[nextpage title= »Notre galerie de screenshots »]

Notre avis

Maîtrisé mais avare en contenus, Tekken 7 n’en reste pas moins un excellent jeu de combat qu’on ne peut que vous conseiller d’acheter. Surtout orienté pour le jeu en ligne, il présente néanmoins un mode histoire classique mais intéressant et surtout un roster de personnages conséquents et pour tous les goûts. Si nous pouvions en attendre légitimement un peu plus de la part d’un des piliers du jeu de combat en trois dimensions, nous sommes ressortis pleinement satisfait de nos longues heures de jeu.

7.5 / 10