Test

Test – Unit 13 (PS Vita)

Par François le

Pour les fans de Sony et de sa PlayStation, Zipper Interactive fait revenir à l’esprit des images du SOCOM de la PS2. Sur PS Vita, il faudra attendre un peu avant de voir SOCOM débarquer, c’est le titre Unit 13 qui vient se placer comme premier shooter de la plateforme. Voyons voir ça !


Ici, pas d’histoire…

Par manque de temps, ou tout simplement d’idées, nos amis de chez Zipper Interactive n’ont pas inclus de mode campagne dans leur titre. On se retrouve donc face à 35 missions sans aucun lien entre elles. L’avantage de cette construction, c’est que le titre ne demande pas un investissement en temps énorme pour rentrer dans l’action. Vous aurez directement le choix. Pour aller encore plus loin dans cette logique, chaque mission comporte un pictogramme qui vous indique son type. Elle peut donc être de type “Infiltration”, où vous devrez être le plus discret possible, ou encore “Rapide”, où vous devrez atteindre votre objectif dans le temps imparti. Et enfin “Survie”, où votre but sera de flinguer tout ce qui bouge sur la map. En plus de ces “types”, les missions sont plus ou moins longues, et cela aussi est indiqué dès le départ, ce qui devrait vous permettre de clairement identifier quelle mission est jouable dans le métro, ou tranquillement dans votre lit le soir ! Et enfin, dernier point pour les missions, elles sont de difficultés croissantes, du coup, pas de sélection de difficulté générale, cela va crescendo. Le jeu est donc plutôt basé sur le score, avec un véritable classement entre vous, vos amis et vos connaissance “Near”. Chaque combo, ou frag en silence vous rapporte des points qui vous permettent de juger de votre performance.

36 missions, pas de surprises

Alors le FPS sur Vita ?

Le titre est donc le premier TPS de la PS Vita, qui nous permet donc de juger les prétentions de la nouvelle petite console de Sony dans ce domaine. Et il faut avouer que c’est plutôt réussi : les sticks sont très précis, et si vous avez, comme moi, pris l’habitude de les utiliser désormais, ce FPS rend plutôt hommage au genre auquel il appartient. Le tactile n’est présent ici que pour remplacer les boutons qui pourraient manquer (euh ?) et vous permet d’utiliser les éléments de décors interactifs ou encore de recharger. C’est assez naturel pour ne pas géner le joueur de FPS que je suis (sur console parfois, je l’avoue). Bref, vous ne serez pas dépaysés si vous êtes un acharné du shooter console, et on a du coup hâte de voir les gros du genre débarquer ! Le jeu comporte six mercenaires différents, qui ont leur spécialités propres. Entendez par là leur bonus aux kils (combos/stealth, etc.), et les armes qu’ils transportent. Par ailleurs un très léger système de leveling est présent (chaque personnage peut atteindre le niveau 10), débloquant ainsi de plus en plus de bonus et d’armes. Tout ceci pour qu’à la fin de chaque mission vous soyez notés sur cinq étoiles. Il y a également des missions quotidiennes qui devrait renouveler un peu le challenge. Et pour finir, le jeu comporte un mode coopératif, jouable à deux en ligne, plutôt bienvenu.

Touchez ma mine mon bon seigneur...

Quoi ? Tout un paragraphe de critiques ?

Le titre ne disposant pas d’histoire, on aurait pu espérer qu’au moins la construction des niveaux soit un peu évoluée ! Que nenni ! Le titre tourne sur une base de décor relativement fixe, et il arrive assez souvent de retomber sur le même zone, mais juste dans un mode différent. C’est assez frustrant. Dans le même ordre d’idée, on peut aussi souligner le côté erratique et fluctuant de l’IA du jeu. Il arrive assez souvent qu’elle se comporte d’une manière complètement stupide. Par exemple, vous descendez un soldat discrètement aux deuxième étage d’une maison (à distance) et hop, le soldat présent au RDC se réveille et sonne l’alarme. Alors que dans l’instant d’après, vous tuez un garde près d’un autre sans que ce dernier ne repère quoi que ce soit ! Et puis le jeu comporte également le générateur de soldats infini, qui s’emballe parfois alors que ni le décor, ni la situation ne soient logiques (voire sortir une cinquantaine de soldat 2 par 2 d’une pièce de 2m2 sans sortie à quelque chose de fou). Pour finir (en même temps c’est déjà pas mal), le scripting des gardes est parfois un peu exagéré, les gardes ne commençant par exemple leurs rondes que lorsque vous entrez dans la zone…

 

Pourquoi ils courent vers moi ceux-là ?

En bref

Unit 13 est un TPS portable particulièrement bien adapté à son support. Malgré tout, on aurait bien voulu un peu plus de contenu pour le prix, et surtout un peu plus de variété dans les environnements. Mais bon, j’imagine que j’en demande trop de la part de l’équipe de développement qui a commis le très moyen SOCOM 4 sur PS3.


Que signifie cette pastille ?

Pour les fans de Sony et de sa PlayStation, Zipper Interactive fait revenir à l’esprit des images du SOCOM de la PS2. Sur PS Vita, il faudra attendre un peu avant de voir SOCOM débarquer, c’est le titre Unit 13 qui vient se placer comme premier shooter de la plateforme. Voyons voir ça !


Ici, pas d’histoire…

Par manque de temps, ou tout simplement d’idées, nos amis de chez Zipper Interactive n’ont pas inclus de mode campagne dans leur titre. On se retrouve donc face à 35 missions sans aucun lien entre elles. L’avantage de cette construction, c’est que le titre ne demande pas un investissement en temps énorme pour rentrer dans l’action. Vous aurez directement le choix. Pour aller encore plus loin dans cette logique, chaque mission comporte un pictogramme qui vous indique son type. Elle peut donc être de type “Infiltration”, où vous devrez être le plus discret possible, ou encore “Rapide”, où vous devrez atteindre votre objectif dans le temps imparti. Et enfin “Survie”, où votre but sera de flinguer tout ce qui bouge sur la map. En plus de ces “types”, les missions sont plus ou moins longues, et cela aussi est indiqué dès le départ, ce qui devrait vous permettre de clairement identifier quelle mission est jouable dans le métro, ou tranquillement dans votre lit le soir ! Et enfin, dernier point pour les missions, elles sont de difficultés croissantes, du coup, pas de sélection de difficulté générale, cela va crescendo. Le jeu est donc plutôt basé sur le score, avec un véritable classement entre vous, vos amis et vos connaissance “Near”. Chaque combo, ou frag en silence vous rapporte des points qui vous permettent de juger de votre performance.

36 missions, pas de surprises

Alors le FPS sur Vita ?

Le titre est donc le premier TPS de la PS Vita, qui nous permet donc de juger les prétentions de la nouvelle petite console de Sony dans ce domaine. Et il faut avouer que c’est plutôt réussi : les sticks sont très précis, et si vous avez, comme moi, pris l’habitude de les utiliser désormais, ce FPS rend plutôt hommage au genre auquel il appartient. Le tactile n’est présent ici que pour remplacer les boutons qui pourraient manquer (euh ?) et vous permet d’utiliser les éléments de décors interactifs ou encore de recharger. C’est assez naturel pour ne pas géner le joueur de FPS que je suis (sur console parfois, je l’avoue). Bref, vous ne serez pas dépaysés si vous êtes un acharné du shooter console, et on a du coup hâte de voir les gros du genre débarquer ! Le jeu comporte six mercenaires différents, qui ont leur spécialités propres. Entendez par là leur bonus aux kils (combos/stealth, etc.), et les armes qu’ils transportent. Par ailleurs un très léger système de leveling est présent (chaque personnage peut atteindre le niveau 10), débloquant ainsi de plus en plus de bonus et d’armes. Tout ceci pour qu’à la fin de chaque mission vous soyez notés sur cinq étoiles. Il y a également des missions quotidiennes qui devrait renouveler un peu le challenge. Et pour finir, le jeu comporte un mode coopératif, jouable à deux en ligne, plutôt bienvenu.

Touchez ma mine mon bon seigneur...

Quoi ? Tout un paragraphe de critiques ?

Le titre ne disposant pas d’histoire, on aurait pu espérer qu’au moins la construction des niveaux soit un peu évoluée ! Que nenni ! Le titre tourne sur une base de décor relativement fixe, et il arrive assez souvent de retomber sur le même zone, mais juste dans un mode différent. C’est assez frustrant. Dans le même ordre d’idée, on peut aussi souligner le côté erratique et fluctuant de l’IA du jeu. Il arrive assez souvent qu’elle se comporte d’une manière complètement stupide. Par exemple, vous descendez un soldat discrètement aux deuxième étage d’une maison (à distance) et hop, le soldat présent au RDC se réveille et sonne l’alarme. Alors que dans l’instant d’après, vous tuez un garde près d’un autre sans que ce dernier ne repère quoi que ce soit ! Et puis le jeu comporte également le générateur de soldats infini, qui s’emballe parfois alors que ni le décor, ni la situation ne soient logiques (voire sortir une cinquantaine de soldat 2 par 2 d’une pièce de 2m2 sans sortie à quelque chose de fou). Pour finir (en même temps c’est déjà pas mal), le scripting des gardes est parfois un peu exagéré, les gardes ne commençant par exemple leurs rondes que lorsque vous entrez dans la zone…

 

Pourquoi ils courent vers moi ceux-là ?

En bref

Unit 13 est un TPS portable particulièrement bien adapté à son support. Malgré tout, on aurait bien voulu un peu plus de contenu pour le prix, et surtout un peu plus de variété dans les environnements. Mais bon, j’imagine que j’en demande trop de la part de l’équipe de développement qui a commis le très moyen SOCOM 4 sur PS3.


Que signifie cette pastille ?