Test

Test : Wiko Darkfull

Notre avis
4 / 10
Android

Par Pierre le

Wiko a toujours su tirer son épingle du jeu en ce qui concerne les smartphones d’entrée de gamme ou de moyenne gamme. Cette fois, le constructeur cherche à proposer un smartphone qui a tout d’un haut de gamme à un prix attractif (environ 270 €). Mais à trop vouloir bien faire, Wiko se prend les pieds dans le tapis. Cependant, ce Wiko Darkfull dispose tout de même de quelques qualités.

DSC03671

Design

Commençons par le design pour ce test du Wiko Darkfull. Il faut bien l’admettre, la marque sino-française fait des efforts en la matière. Exit le plastique pour le Darkfull de Wiko. Ici, nous avons une coque en aluminium noir à l’arrière. Un matériel qui change et qui donne au smartphone un faux air de HTC One. Malheureusement, on sent tout de même qu’il reste pas mal de travaille pour la firme. Si aluminium il y a, le premier coup d’œil laisse penser à une coque en plastique, c’est bien dommage. Sur le devant du smartphone, nous nous retrouvons en terrain connu. Nous avons un écran 5 pouces qui surplombe trois boutons sensitifs (Home, Menu et Retour). Du grand classique, mais l’on regrette que le constructeur n’ai pas fait le choix de laisser les boutons logiciels d’Android, beaucoup plus efficaces et discrets.

DSC03655

Si Wiko fait des efforts concernant le design général de ses smartphones, il existe tout de même quelques errements impardonnables. Par exemple, la prise Jack 3,5 mm a été placée sur la tranche inférieure du smartphone. Oui, sur la tranche inférieure. C’est à dire que si vous souhaitez écouter de la musique sur un smartphone Wiko, vous devrez mettre votre smartphone à l’envers dans votre poche. De même, le port micro-USB est lui placé sur le dessus du smartphone, alors qu’il aurait été beaucoup plus discret sur la tranche inférieure. Bon. Pour le reste nous notons le bouton d’allumage et les boutons de volume sur la tranche droite et les deux ports SIM sur la tranche gauche. Le port microSD brille lui par son absence.

Wiko fait des efforts, c’est indéniable. Cependant, on sent tout de même que le constructeur ne maîtrise pas totalement son sujet. Si l’ajout de l’aluminium est appréciable, le design global nous rappel tout de même que nous n’avons pas un smartphone haut de gamme en face de nous. De plus, quelques égarements, comme la position des ports USB et Jack 3.5 mm sont assez étonnants pour un smartphone de ce calibre.

DSC03676

Caractéristiques

Niveau caractéristiques, le Wiko Darkfull à tout d’un grand. Commençons par l’écran. Ici, Nous avons un bel écran IPS de 5 pouces d’une définition de 1 920 x 1 080 pixels. Du full HD, donc avec un ppi montant à 441. Un atout pour le Darkfull qui nous offre là un écran digne des hauts de gamme. A l’intérieur, nous trouvons un processeur quad-core MTK MT6589T cadencé à 1,5 Ghz, une puce graphique PowerVR SGX544, 2 Go de RAM, 16 Go de mémoire (non extensible via microSD), une batterie de 2 000 mAh, un APN de 13 mégapixels et une caméra frontale de 5 mégapixels. Le tout tourne sous Android 4.2.1 sans surcouche, mais avec des applications natives conçues par Wiko.

DSC03656

Avec ça, nous avons du Bluetooth 4.0, une capacité Dual SIM, un support Wifi 802.11b/g/n, une puce 3G/3G+/H+ (pas de 4G !) et un DAS de 0,500 W/kg. Notons que le NFC brille lui par son absence. Le tout pèse 134 grammes pour des dimensions de 12,8 x 7,1 x 0,8 cm.

Un smartphone qui, sur le papier, dispose de qualités incontestables. Mais malheureusement, Wiko ne maîtrise pas totalement cette puissance et tout cela s’en fait ressentir pendant l’utilisation.

Utilisation

Le Wiko est performant, il a toutes les cartes en mains pour fonctionner correctement. Pourtant, c’est l’incompréhension. En effet, le Darkfull est lent. Oui, lent. Rien que sur l’écran d’accueil, le logiciel rame. Par exemple, baissez ou augmentez le son et la notification n’apparaît qu’une seconde plus tard. Même constat lorsqu’on navigue dans les menus, certains temps de latence se font sentir. Ne parlons pas des applications qui souvent buggent, se figent quelques secondes voire plantent complètement. Non, sur ce coup là, Wiko n’a pas apporté une optimisation de qualité.

Screenshot_2013-12-02-14-38-33

Si nous avons là un Android quasiment pur, Wiko a tout même apporté sa petite touche à l’édifice. Dans le design, déjà, quelques petites choses comme les icônes ont été retouchées. De même, notons l’apparition d’applications préinstallées comme Trust Go pour la sécurité mobile, la gestion du multi SIM ou même des jeux comme Asphalt 7. Rien de renversant de ce côté là, mais il est toujours appréciable de voir qu’un constructeur apporte quelques particularités sur son téléphone. Enfin, notons que Wiko a également incorporé les gestes intelligents dans le logiciels, afin de décrocher le smartphone dès que vous le porter à l’oreille, par exemple.

De petits ajouts qui ne viennent pas éclaircir ce tableau bien sombre de l’optimisation. Le Darkfull n’est pas non plus une horreur à utiliser, mais nous aurions aimé un peu de plus de fluidité et de stabilité dans le logiciel.

Ecran et multimédia

Pas de doute, Wiko a ici livré un bel écran. Les écrans 1080p sont d’habitude réservés aux smartphones hauts-de gamme. Pas ici, puisque le Darkfull nous en propose un. Beau, agréable à l’œil, respectant les couleurs, proposant une belle visibilité sur un angle assez large, l’écran du Wiko à tout pour lui. Du beau travail de la part de la firme qui devrait plaire à ceux cherchant un smartphone 1080p sans se ruiner.

Screenshot_2013-12-02-14-38-41

Côté multimédia, nous avons là de l’Android pur et dur. Rien de bien particulier dans cette partie, le tout tournant impeccablement bien. Pour certains formats comme le mp4, pensez tout de même à télécharger un lecteur de vidéo tiers qui fera le travail. Rien de bien surprenant de ce côté là, donc.

Jeux :

Côté jeux, il y a du bon et du moins bon sur ce Darkfull. Si certains jeux, comme Shadowgun marchent sans aucun problème et son agréables à l’oeil, ce n’est pas le cas pour d’autres soft. Par exemple, nous avons repéré certains soucis que nous n’avons pas eu sur d’autres terminaux sur Dead Trigger 2. Si le jeu fonctionne impeccablement 4 fois sur 5, il perd totalement la boule quelquefois. Décors qui ne s’affichent pas, ralentissements qui le rendent injouables ou même crash. Même constat sur Real Racing 3 qui peine à tourner correctement. Mais ce qui fait le plus de peine, c’est Asphalt 7, qui en devient injouable tant les ralentissements sont omniprésents. Pourquoi de la peine ? Tout simplement car le jeu est fourni avec le smartphone et doit donc montrer ses capacités.

Screenshot_2013-12-02-12-09-40

Screenshot_2013-12-02-12-11-24

Autonomie

Là aussi, le Wiko Darkfull peine à s’en sortir avec les honneurs. Disposant d’une batterie de 2 000 mAh, le terminal peine à tenir sur la longueur. En effet, le processeur ainsi que l’écran ne rendent pas service à la batterie qui se vide rapidement. Par exemple, après une journée en utilisation dite “normale” (20 min de jeu, 10 min de vidéo, 30 minutes d’internet), le Wiko Darkfull tombe à 20%. Et ça, c’est alors que le smartphone est neuf. En utilisation réduite, c’est la même chose, la batterie ne dépassant rarement les 50% à la fin d’une journée. Un énorme point faible pour le Wiko Darkfull.

DSC03668

Photo

Côté photo, le Wiko Darkfull se défend, jusqu’à un certain point. Si l’appareil photo de 13 mégapixels rempli son contrat dans de bonnes conditions, nous remarquons tout de même très vite les limites. Lorsque la luminosité est idéale, nous avons le droit à des photos de qualité, sans bruitage avec des couleurs respectées. C’est une toute autre histoire lors de la prise de vue en luminosité basse. Ici, les photos sont de piètre qualité, l’appareil peine à faire le point et le flash prend le dessus sur tout. Dommage.

Concernant le logiciel photo, nous avons le droit à du pur classique Android. Wiko a cependant ajouté quelques petites fonctionnalités comme la Gomme, qui permet d’effacer des éléments d’un cliché, ou d’une feature qui permet de créer des gifs à partir d’une vidéo ou d’une série de photos. Pour le reste, c’est du classique, avec du panorama, de l’ajout de filtre ou même de la fonction Sphere. Notons que l’APN est capable de filmer en 1080p, ce qui poussera les vidéastes en herbe à utiliser leur Wiko en vidéo.

Exemple de photos

IMG_20131202_140520

IMG_20131202_143758

IMG_20131202_143659

Benchmarks

Comme d’habitude, nous finissons avec la traditionnelle séance de benchmark, qui montrent que sur le papier, le Darkfull se défend bien, sans pour autant se placer parmi les ténors du marché.

Antutu :

Screenshot_2013-12-02-15-00-50

Screenshot_2013-12-02-15-00-42

Quadrant :

Screenshot_2013-12-02-11-50-42

Epic Citadel :

Screenshot_2013-11-05-16-46-51

3D Mark :

Screenshot_2013-12-02-11-48-41

Screenshot_2013-12-02-11-44-21

Screenshot_2013-11-05-16-57-58

Verdict

On sent que Wiko a souhaité trop en faire avec le Darkfull. Si l’écran est d’une très grande qualité, tout comme le processeur, le tout se gâte lors de l’utilisation. Peu optimisé, ne tenant pas la batterie, pas 4G (un comble pour un haut de gamme), pas de possibilité d’étendre la capacité et laborieux sur les photos malgré les quelques ajouts du constructeur, le Darkfull est tout de même loin des smartphones adoptant la même puissance. Voilà qui est réellement dommage, étant donné que son prix aurait pu faire de lui un must have. Néanmoins, nous sentons tout de même que la firme tient le bon bout et nous attendons avec curiosité le prochain smartphone de ce calibre de la part de la Wiko.

DSC03650

Wiko a toujours su tirer son épingle du jeu en ce qui concerne les smartphones d’entrée de gamme ou de moyenne gamme. Cette fois, le constructeur cherche à proposer un smartphone qui a tout d’un haut de gamme à un prix attractif (environ 270 €). Mais à trop vouloir bien faire, Wiko se prend les pieds dans le tapis. Cependant, ce Wiko Darkfull dispose tout de même de quelques qualités.

DSC03671

Design

Commençons par le design pour ce test du Wiko Darkfull. Il faut bien l’admettre, la marque sino-française fait des efforts en la matière. Exit le plastique pour le Darkfull de Wiko. Ici, nous avons une coque en aluminium noir à l’arrière. Un matériel qui change et qui donne au smartphone un faux air de HTC One. Malheureusement, on sent tout de même qu’il reste pas mal de travaille pour la firme. Si aluminium il y a, le premier coup d’œil laisse penser à une coque en plastique, c’est bien dommage. Sur le devant du smartphone, nous nous retrouvons en terrain connu. Nous avons un écran 5 pouces qui surplombe trois boutons sensitifs (Home, Menu et Retour). Du grand classique, mais l’on regrette que le constructeur n’ai pas fait le choix de laisser les boutons logiciels d’Android, beaucoup plus efficaces et discrets.

DSC03655

Si Wiko fait des efforts concernant le design général de ses smartphones, il existe tout de même quelques errements impardonnables. Par exemple, la prise Jack 3,5 mm a été placée sur la tranche inférieure du smartphone. Oui, sur la tranche inférieure. C’est à dire que si vous souhaitez écouter de la musique sur un smartphone Wiko, vous devrez mettre votre smartphone à l’envers dans votre poche. De même, le port micro-USB est lui placé sur le dessus du smartphone, alors qu’il aurait été beaucoup plus discret sur la tranche inférieure. Bon. Pour le reste nous notons le bouton d’allumage et les boutons de volume sur la tranche droite et les deux ports SIM sur la tranche gauche. Le port microSD brille lui par son absence.

Wiko fait des efforts, c’est indéniable. Cependant, on sent tout de même que le constructeur ne maîtrise pas totalement son sujet. Si l’ajout de l’aluminium est appréciable, le design global nous rappel tout de même que nous n’avons pas un smartphone haut de gamme en face de nous. De plus, quelques égarements, comme la position des ports USB et Jack 3.5 mm sont assez étonnants pour un smartphone de ce calibre.

DSC03676

Caractéristiques

Niveau caractéristiques, le Wiko Darkfull à tout d’un grand. Commençons par l’écran. Ici, Nous avons un bel écran IPS de 5 pouces d’une définition de 1 920 x 1 080 pixels. Du full HD, donc avec un ppi montant à 441. Un atout pour le Darkfull qui nous offre là un écran digne des hauts de gamme. A l’intérieur, nous trouvons un processeur quad-core MTK MT6589T cadencé à 1,5 Ghz, une puce graphique PowerVR SGX544, 2 Go de RAM, 16 Go de mémoire (non extensible via microSD), une batterie de 2 000 mAh, un APN de 13 mégapixels et une caméra frontale de 5 mégapixels. Le tout tourne sous Android 4.2.1 sans surcouche, mais avec des applications natives conçues par Wiko.

DSC03656

Avec ça, nous avons du Bluetooth 4.0, une capacité Dual SIM, un support Wifi 802.11b/g/n, une puce 3G/3G+/H+ (pas de 4G !) et un DAS de 0,500 W/kg. Notons que le NFC brille lui par son absence. Le tout pèse 134 grammes pour des dimensions de 12,8 x 7,1 x 0,8 cm.

Un smartphone qui, sur le papier, dispose de qualités incontestables. Mais malheureusement, Wiko ne maîtrise pas totalement cette puissance et tout cela s’en fait ressentir pendant l’utilisation.

Utilisation

Le Wiko est performant, il a toutes les cartes en mains pour fonctionner correctement. Pourtant, c’est l’incompréhension. En effet, le Darkfull est lent. Oui, lent. Rien que sur l’écran d’accueil, le logiciel rame. Par exemple, baissez ou augmentez le son et la notification n’apparaît qu’une seconde plus tard. Même constat lorsqu’on navigue dans les menus, certains temps de latence se font sentir. Ne parlons pas des applications qui souvent buggent, se figent quelques secondes voire plantent complètement. Non, sur ce coup là, Wiko n’a pas apporté une optimisation de qualité.

Screenshot_2013-12-02-14-38-33

Si nous avons là un Android quasiment pur, Wiko a tout même apporté sa petite touche à l’édifice. Dans le design, déjà, quelques petites choses comme les icônes ont été retouchées. De même, notons l’apparition d’applications préinstallées comme Trust Go pour la sécurité mobile, la gestion du multi SIM ou même des jeux comme Asphalt 7. Rien de renversant de ce côté là, mais il est toujours appréciable de voir qu’un constructeur apporte quelques particularités sur son téléphone. Enfin, notons que Wiko a également incorporé les gestes intelligents dans le logiciels, afin de décrocher le smartphone dès que vous le porter à l’oreille, par exemple.

De petits ajouts qui ne viennent pas éclaircir ce tableau bien sombre de l’optimisation. Le Darkfull n’est pas non plus une horreur à utiliser, mais nous aurions aimé un peu de plus de fluidité et de stabilité dans le logiciel.

Ecran et multimédia

Pas de doute, Wiko a ici livré un bel écran. Les écrans 1080p sont d’habitude réservés aux smartphones hauts-de gamme. Pas ici, puisque le Darkfull nous en propose un. Beau, agréable à l’œil, respectant les couleurs, proposant une belle visibilité sur un angle assez large, l’écran du Wiko à tout pour lui. Du beau travail de la part de la firme qui devrait plaire à ceux cherchant un smartphone 1080p sans se ruiner.

Screenshot_2013-12-02-14-38-41

Côté multimédia, nous avons là de l’Android pur et dur. Rien de bien particulier dans cette partie, le tout tournant impeccablement bien. Pour certains formats comme le mp4, pensez tout de même à télécharger un lecteur de vidéo tiers qui fera le travail. Rien de bien surprenant de ce côté là, donc.

Jeux :

Côté jeux, il y a du bon et du moins bon sur ce Darkfull. Si certains jeux, comme Shadowgun marchent sans aucun problème et son agréables à l’oeil, ce n’est pas le cas pour d’autres soft. Par exemple, nous avons repéré certains soucis que nous n’avons pas eu sur d’autres terminaux sur Dead Trigger 2. Si le jeu fonctionne impeccablement 4 fois sur 5, il perd totalement la boule quelquefois. Décors qui ne s’affichent pas, ralentissements qui le rendent injouables ou même crash. Même constat sur Real Racing 3 qui peine à tourner correctement. Mais ce qui fait le plus de peine, c’est Asphalt 7, qui en devient injouable tant les ralentissements sont omniprésents. Pourquoi de la peine ? Tout simplement car le jeu est fourni avec le smartphone et doit donc montrer ses capacités.

Screenshot_2013-12-02-12-09-40

Screenshot_2013-12-02-12-11-24

Autonomie

Là aussi, le Wiko Darkfull peine à s’en sortir avec les honneurs. Disposant d’une batterie de 2 000 mAh, le terminal peine à tenir sur la longueur. En effet, le processeur ainsi que l’écran ne rendent pas service à la batterie qui se vide rapidement. Par exemple, après une journée en utilisation dite “normale” (20 min de jeu, 10 min de vidéo, 30 minutes d’internet), le Wiko Darkfull tombe à 20%. Et ça, c’est alors que le smartphone est neuf. En utilisation réduite, c’est la même chose, la batterie ne dépassant rarement les 50% à la fin d’une journée. Un énorme point faible pour le Wiko Darkfull.

DSC03668

Photo

Côté photo, le Wiko Darkfull se défend, jusqu’à un certain point. Si l’appareil photo de 13 mégapixels rempli son contrat dans de bonnes conditions, nous remarquons tout de même très vite les limites. Lorsque la luminosité est idéale, nous avons le droit à des photos de qualité, sans bruitage avec des couleurs respectées. C’est une toute autre histoire lors de la prise de vue en luminosité basse. Ici, les photos sont de piètre qualité, l’appareil peine à faire le point et le flash prend le dessus sur tout. Dommage.

Concernant le logiciel photo, nous avons le droit à du pur classique Android. Wiko a cependant ajouté quelques petites fonctionnalités comme la Gomme, qui permet d’effacer des éléments d’un cliché, ou d’une feature qui permet de créer des gifs à partir d’une vidéo ou d’une série de photos. Pour le reste, c’est du classique, avec du panorama, de l’ajout de filtre ou même de la fonction Sphere. Notons que l’APN est capable de filmer en 1080p, ce qui poussera les vidéastes en herbe à utiliser leur Wiko en vidéo.

Exemple de photos

IMG_20131202_140520

IMG_20131202_143758

IMG_20131202_143659

Benchmarks

Comme d’habitude, nous finissons avec la traditionnelle séance de benchmark, qui montrent que sur le papier, le Darkfull se défend bien, sans pour autant se placer parmi les ténors du marché.

Antutu :

Screenshot_2013-12-02-15-00-50

Screenshot_2013-12-02-15-00-42

Quadrant :

Screenshot_2013-12-02-11-50-42

Epic Citadel :

Screenshot_2013-11-05-16-46-51

3D Mark :

Screenshot_2013-12-02-11-48-41

Screenshot_2013-12-02-11-44-21

Screenshot_2013-11-05-16-57-58

Verdict

On sent que Wiko a souhaité trop en faire avec le Darkfull. Si l’écran est d’une très grande qualité, tout comme le processeur, le tout se gâte lors de l’utilisation. Peu optimisé, ne tenant pas la batterie, pas 4G (un comble pour un haut de gamme), pas de possibilité d’étendre la capacité et laborieux sur les photos malgré les quelques ajouts du constructeur, le Darkfull est tout de même loin des smartphones adoptant la même puissance. Voilà qui est réellement dommage, étant donné que son prix aurait pu faire de lui un must have. Néanmoins, nous sentons tout de même que la firme tient le bon bout et nous attendons avec curiosité le prochain smartphone de ce calibre de la part de la Wiko.

DSC03650

Notre avis

Déception

4 / 10