Le prix Pulitzer, qui récompense les meilleures enquêtes journalistiques parues dans la presse anglo-saxonne, a sacré cette année le lanceur d’alertes Edward Snowden.

134

Pour être plus précis, le prestigieux trophée est revenu dans les mains du britannique The Guardian et de l’américain The Washington Post pour l’ensemble de leurs articles reprenant et analysant les fuites de l’ex agent de la NSA, Edward Snowden.

Les deux quotidiens sont salués pour leur « révélation de la surveillance secrète et massive de la National Security Agency, aidant au travers d’un travail agressif de journalisme à susciter un débat sur la relation entre le gouvernement et les questions de sécurité et de confidentialité ».

Ces révélations ont bousculé la diplomatie américaine et mondiale, et continuent de faire trembler les agences aux oreilles indiscrètes. À leur grand dam d’ailleurs : en janvier dernier, James Clapper le directeur de la National Intelligence américaine n’a pas manqué de pointer du doigt les médias « complices » du lanceur d’alertes qui reprennent les révélations de Snowden, pouvant potentiellement menacer la sécurité des États-Unis.