[Kickstarter] 9 % des projets ne tiennent pas leurs promesses

culture geek

Par Elodie le

Le site de crowfunding communique et assure que moins de 10 % des projets soutenus sur la plateforme ne tiennent pas toutes leurs promesses une fois financés.

kickstarter_projets_promesses

Les plateformes de crowfunding c’est génial, pour ceux qui présentent un projet comme pour ceux qui y prennent part. L’aventure peut s’avérer enrichissante ou finir en eau de boudin si le projet soutenu ne fonctionne pas.

C’est peu ou prou ce qu’il s’est passé avec ce rasoir laser innovant qui avait cartonné sur la plateforme, récoltant 160 000 dollars en deux jours puis 4 millions de dollars par la suite, avant de se faire sortir par Kickstarter, les prototypes n’ayant pas convaincu les responsables du site.

Toutefois, cette mésaventure a peu de chance de devenir la norme, du moins, c’est ce que prétend la firme : seulement 9 % des projets Kickstarter ne parviennent pas à livrer les récompenses promises pour leur financement.

Ce chiffre présenté par la plateforme provient d’une étude réalisée par le professeur Ethan Mollick de l’université de Pennsylvanie, qui se décrit comme un « expert en entrepreneuriat et innovation ». Ce dernier a interrogé 500 000 contributeurs, notamment sur leur sentiment quant au résultat final.

Bien que l’étude ait été commandée par Kickstarter, le professeur tient à préciser qu’il n’y a eu « aucune influence » de leur part et qu’il était prévu que les résultats de l’étude soient, de toute façon, publiés.

Un projet qui a échoué est celui qui n’a pas été à même de fournir la récompense promise, plutôt que celui qui n’a pas réussi à atteindre son objectif (somme fixée au départ).

Chez Ulule, les chiffres sont tout autre, et la manière de procéder également. En effet, Mathieu Maire du Poset, directeur général adjoint d’Ulule nous précise que ce chiffre est ramené à 1 projet pour 1000 qui pose problème.

Le site de financement participatif prend vraiment soin « d’accompagner les porteurs de projets, de passer en revue tous les projets entrant et sortant, ce qui permet de mieux limiter les problèmes. »

Un accompagnement qui explique en grande partie le taux de succès des collectes sur Ulule (66 %), alors que moins de 30 % des projets présentés sur Kickstarter atteignent leur objectif.

Par ailleurs, l’étude du professeur Mollick constate également que 8 % des sommes promises sur la plateforme sont allés à des projets qui ont échoué et 7 % des bakers (contributeurs) n’ont jamais reçu la récompense promise ou alors moindre qu’attendue.

Source: Source