PAL : Kickstarter doit-il ressusciter toutes ces « bonnes vieilles » licences ?

Par Fabio le

Le développement fulgurant de la production communautaire a permis aux développeurs comme à nous, joueurs, de rêver au retour de nos vieilles licences préférées. Mais est-il...

Le développement fulgurant de la production communautaire a permis aux développeurs comme à nous, joueurs, de rêver au retour de nos vieilles licences préférées. Mais est-il vraiment souhaitable de jouer ainsi avec certains de nos plus beaux souvenirs ?

Pas un jour ne passe sans qu’une rumeur de « retour » d’une vieille licence ne sorte sur les Internets. Cette semaine, nous avons eu par exemple du Road Rash et du Alice. L’espoir Shenmue a également rejoint de nombreux autres projets qui ne verront peut-être jamais le jour.

Il faut dire que les sommes levées par certains des projets nés sur Kickstarter ont de quoi faire tourner les têtes, en tout cas celles des développeurs du monde entier. Là aussi, pas un jour ne passe sans qu’on apprenne qu’un projet a explosé ses objectifs en termes de financement : le Project Eternity des studios Obsidian, c’est presque 4 millions de dollars ; le Wasteland 2 de Brian Fargo, 3 millions de dollars. Même des projets chapeautés par des « plus petits noms », comme le Prison Architect des studios Inversion (des gens de grand talent, certes), réussissent à dégager de sommes importantes en peu de temps (déjà un milliard de participations pour Prison Architect) sans passer par le site de financement participatif.

Ainsi, n’importe quel développeur d’hier ou d’aujourd’hui peut se prendre à rêver de rebooter la série qui l’a fait connaître, ou espérer la poursuivre avec un nouvel épisode à son image, libéré d’un éditeur qui voudrait lui imposer des contraintes de game design ou de communication. Il s’agit donc sur le papier d’une opportunité vraiment intéressante;

Wasteland 2
Wasteland 2

Mais Kickstarter, ce n’est pas non plus le monde des bisounours. Ce n’est pas le sujet du jour, mais on peut néanmoins se demander quels sont les droits et les devoirs moraux des créateurs vis-à-vis de ceux qui ont participé. Restons-en pour aujourd’hui à cette question de la « suite » et de son intérêt, notamment au niveau créatif. Depuis quelques années, avec ou sans Kickstarter, les suites se multiplient sans que ce soit forcément une bonne chose ; quand elles n’ont pas assez été pensées et muries, on obtient des produits comme les médiocres Dead Space 3 ou Crysis 3.

Le risque de l’épisode de trop rôde à chaque coin de studio. On peut aussi critiquer, un peu, le côté « facile » de vouloir faire revivre une vieille série. A vouloir recycler un univers au lieu d’essayer d’en imaginer un nouveau, on va peut-être rapidement tourner en rond, non ? Dernier petit point de détail, sentimental celui-là : aussi abouti que soit le nouveau projet, il risque beaucoup d’altérer le merveilleux souvenir que l’on avait encore de l’opus originel…

Qu’en pensez-vous ?

stopwatch 6 min.