iLife et iWork : gratuits ou pas gratuits ? Le point sur les annonces

Android

Par Jerome Durel le

La soirée d’hier a été riche en annonces pour Apple. Aussi bien du côté du hardware avec les MacBook Pro, le Mac Pro, l’iPad Air et l’iPad Mini Retina, que logiciel avec Mac OS X Mavericks et les suites iLife et iWork.

Selon Eddy Cue, les deux suites d’Apple ont connu le “plus grand jour de leur histoire” hier soir. Des superlatifs très cupertiniens, qui signifient en réalité quelques changements d’interface, et quelques nouvelles fonctionnalités.

iWork 

La suite professionnelle qui comprend trois applications : Pages (Word), Keynote (PowerPoint) et Numbers (Excel). Le design des trois applications a été revu pour être plus en ligne avec celui d’iOS 7. Les nouvelles applications ne sont d’ailleurs compatibles qu’avec le dernier OS mobile.

keynote_screen

Les applications ont également été réécrites afin de fonctionner avec les processeurs 64 bits de l’iPhone 5S et des iPad Air et Mini Retina. Évidemment elles fonctionnent de concert avec iCloud, on pourra reprendre ses projets sur toutes les plateformes, y compris sur les Web App, très proches des versions desktop d’après ce que l’on a pu voir pendant la conférence.

La principale nouveauté de la suite a également trait au nuage : la possibilité de partager ses documents avec plusieurs personnes, comme le fait Google Docs.

La nouvelle suite sera disponible gratuitement… à l’achat d’un nouvel iDevice ou Mac, sans quoi il faudra passer à la caisse : 8,99 euros (par appli) sur l’App Store, et 17,99 (par appli) sur le Mac App Store, les mises à jour sont en revanche gratuites. La situation est légèrement différence pour iLife.

iLife 

La suite créative d’Apple a également été remise au goût du jour. Les trois applications que sont iPhoto, iMovie et GarageBand changent légèrement de style pour être adaptées à iOS 7. Elles fonctionnent maintenant avec iCloud en plus d’être optimisées pour le 64 bits.

L’optimisation permet d’ailleurs justement à GarageBand iOS de prendre en charge jusqu’à 32 pistes simultanément, mais seulement sur les processeurs 64 bits, donc les nouveaux iPad et l’iPhone 5S.

La seconde grosse nouveauté du logiciel musical est une fonctionnalité baptisée “Drummer”. Elle permet d’ajouter une batterie qui se calera automatiquement sur le rythme de sa création. On peut choisir parmi différents batteurs qui auront chacun leurs styles, on pourra aussi modifier quelques paramètres. D’autres seront disponibles via des achats in-app, ce qui fait changer le modèle économique de GarageBand, on y revient plus bas.

garageband_screen

De son côté iMovie a été “complètement redessiné pour iOS 7”. Normal. Il dispose désormais de “fonctionnalités dignes d’un PC de bureau” selon Eddy Cue. Cela veut dire qu’on peut désormais appliquer des ralentis et des accélérés. On note aussi une fonction PIP, ou Picture-in-Picture. iMovie se synchronise désormais avec l’Apple TV, sur laquelle on pourra visionner ses projets. Enfin, la version Desktop, propose “iMovie Theater” qui regroupe tous les projets en un seul lieu afin de les visionner directement depuis l’application.

Les nouveautés d’iPhoto sont quant à elles principalement cosmétiques. On peut toutefois commander des albums photo directement depuis l’application, ce qui n’était possible que sur la version destinée aux ordinateurs auparavant.

iphoto_screen

La question du prix est un peu plus complexe. Comme pour iWork, c’est gratuit avec l’achat d’un nouvel iDevice ou Mac. C’est payant dans le cas contraire (4,49 euros sur iOS, 13,99 sur le MAS et par app). GarageBand est en revanche gratuit, pour tous les iDevices fonctionnant sous iOS 7 et les ordinateurs avec Mavericks, mais avec des achats in-app, d’une valeur de 4,49 euros.