Le vrai Batman est Brésilien

culture geek

Par Pierre le

C’est une belle histoire que nous rapporte le photographe de l’AFP Yasuyoshi Chiba. Celle du Batman Brésilien, qui soutient les personnes défavorisées des favelas et qui se bat à leurs côtés pour protéger leurs droits.

CR : AFP / Yasuyoshi Chiba
CR : AFP / Yasuyoshi Chiba

Batman est devenu plus qu’un héros masqué au fil des années. C’est un symbole de justice, personnalisation de l’ordre contre le chaos. C’est ce symbole qu’a voulu utiliser un Brésilen pour aider les personnes défavorisées de Rio de Janeiro. Une personnalité locale qui se bat contre le régime en place, qu’il considère comme une dictature déguisée en démocratie.

Ses apparitions se déroulent généralement ainsi : tout à coup j’entends une clameur et des applaudissements. Je me précipite vers l’endroit d’où vient le vacarme, et je réalise que Batman est arrivé. Il est devenu une célébrité. Quand il se montre, tout le monde se presse pour le saluer et le féliciter

raconte Yasuyoshi Chiba, le photographe de l’AFP. Une personnalité qui est apparue lors des manifestations en 2013, en marge de la Coupe des Confédérations. Déguisé en chevalier noir, le défenseur des causes perdues lutte pour que les droits au logement, à la santé et à l’éducation soit respectés.

Derrière le masque du Batman de Bob Kane se cache le milliardaire Bruce Wayne. Le Batman Brésilien, lui, est prothésiste dentaire. Il se nomme Eron Morais de Melo et a 32 ans. Un homme ordinaire qui mène un combat apolitique. Il a même refusé d’intégrer des partis politiques pour continuer son combat.

CR : AFP / Yasuyoshi Chiba
CR : AFP / Yasuyoshi Chiba

Eron Morais de Melo ne combat pas les criminels. Sa présence suffit en effet à rassurer les manifestants ou les personnes démunies. Notons que si l’identité de l’homme est connue, c’est parce qu’il porte toujours un carton avec son nom et son numéro de carte d’identité. En effet, la loi Brésilienne interdit le port de la cagoule. Quel message donnerait le représentant de l’ordre s’il violait lui-même la loi ? Un beau récit à découvrir sur le site de l’AFP.

CR : AFP / Yasuyoshi Chiba
CR : AFP / Yasuyoshi Chiba
Source: Source