Pourquoi les requins menacent Google

culture geek

Par Elodie le

Sa réputation n’est plus à faire, le requin est un redoutable prédateur. Ce que l’on sait moins c’est qu’il l’est également pour les câbles sous-marins disséminés à travers le globe. Google, qui en possède bon nombre, s’est décidé à agir.

google_requins_cables_sous-marins

263 câbles existants à ce jour et 22 annoncés, des centaines de milliers de kilomètres de câbles sous-marins sont déployés sous la surface, c’est par eux que transite la quasi-totalité des communications mondiales (internet et téléphone), 99% selon Tim Stronge, vice-président du centre de recherche Telegeography. Parmi eux, 100 000 miles (160 934 km environ) sont la propriété de Google qui veille jalousement à leur bon fonctionnement. Face à la recrudescence des attaques de requins sur ces câbles (troisième cause de dysfonctionnements près les avalanches sous-marines et le chalutage en eaux profondes), la firme de Mountain View a décidé de les renforcer via un matériau similaire à celui utilisé pour les gilets par balle afin de les rendre plus résistants aux morsures.

Carte_monde_cable_sous-marins_2014
Telegeography

Pour certains, ces attaques inexpliquées (voir la vidéo ci-dessous) seraient dues aux interférences électromagnétiques émises par ces câbles et proches des signaux dégagés par leurs proies. Quoiqu’il en soit, chaque attaque de requin génère un sérieux coût pour Google, 250 000$ (186 639 €) par intervention, d’où la nécessité de sécuriser ces précieux câbles. La compagnie a signé un accord avec 5 groupes de télécommunication asiatiques pour la pose d’un câble de nouvelle génération baptisé Faster. Reliant les États-Unis et le Japon, ce câble en fibre optique entouré de kevlar sera long de 9 000 km et aura une capacité de transfert de 60 térabits par seconde.

Source: Source