Malgré de bons résultats, Twitter peine à prendre son envol

Business

Par Elodie le

Ses résultats financiers étaient attendus, les marchés en embuscade, mais c’est finalement l’audience morne qui vole la vedette à un chiffre d’affaires plus satisfaisant qu’attendu.

twitter_résultats_audience

Si la monétisation du réseau social a fini par porter ses fruits avec une augmentation de 61% de son chiffre d’affaires au 2e trimestre, pour le porter à 502 millions de dollars contre 481 millions attendus par Wall Street, la plateforme de microblogging n’arrive plus à développer son audience. En effet, celle-ci est dangereusement stagnante, Twitter n’arrivant plus à attirer de nouveaux utilisateurs sur sa plateforme. Pas assez rapidement du moins.
Seulement 8 millions d’utilisateurs supplémentaires en 3 mois, pour porter son total à 316 millions de membres.

Le cofondateur de Twitter et actuel boss par intérim (consécutivement au départ de Dick Costolo, ex-directeur général du groupe), Jack Dorsey n’a pu que reconnaitre lors d’une téléconférence que les efforts mis en œuvre pour créer de l’engagement « n’ont pas encore eu d’impact significatif sur l’augmentation de notre audience ou sa participation. C’est inacceptable ».

« Nos résultats du second trimestre montrent nos bons progrès dans la monétisation, mais nous ne sommes pas satisfaits de la croissance de notre audience. »

Reléguant les bons résultats du groupe au 2e trimestre au chapitre des anecdotes, alors que la monétisation est en marche grâce à la publicité mobile et les partenariats avec Google notamment.
Twitter peine à accélérer sa croissance et élargir son audience encore trop segmentée, là où Facebook est devenu LE réseau social grand public et a les coudées franches pour monétiser une audience toujours plus importante et diversifiée.

Jack Dorsey - crédits : Art Streiber
Jack Dorsey – crédits : Art Streiber

En effet, comme l’analyse Anthony Noto, seule une audience grand public apportera au groupe de nouvelles conversions et une croissante significative, mais cela « prendra un temps considérable ». Le taux de pénétration actuel inférieur à 30% « implique que nous n’avons touché que les précurseurs et ceux qui s’enthousiasment pour les technologies ». Twitter reste encore un réseau social de niche, où piaillent les acteurs de la communication, des médias et de la politique. Même lancé depuis 2006, « Le produit reste trop difficile à utiliser, Anthony Noto, et le grand public ne comprend pas bien comment utiliser le réseau ni quelle valeur il peut apporter ».

Certainement le plus grand chantier à venir… « Pour réaliser pleinement notre potentiel, nous devons nous améliorer dans trois secteurs clés : assurer une mise en œuvre plus disciplinée de nos promesses, simplifier notre service pour démontrer plus vite la valeur de Twitter et communiquer cette valeur », précise ainsi Jack Dorsey.

La crainte d’un moteur grippé transparaît aussi bien chez les investisseurs que dans les couloirs de Wall Street puisque l’action Twitter a accusé une chute d’environ 11% vers 22h45 précise Le Point.
De l’autre côté, Facebook affiche une forme insolente : 1,4 milliard d’utilisateurs sur son réseau social, dont 65% qui se connectent tous les jours, contre 44% pour Twitter en baisse par rapport aux trois premiers mois de 2014 (48%).