Altice : Patrick Drahi rachète Cablevision, et devrait (enfin) lever le pied sur les acquisitions

Business

Par Henri le

Décidément, rien n’arrête Altice. La multinationale dirigée par Patrick Drahi a récemment Cablevision, quatrième câblo-opérateur américain. Un pas de plus sur le continent américain.

5697513

Patrick Drahi, PDG d’Altice, annonçait il y a dix jours l’acquisition de Cablevision, le quatrième câblo-opérateur américain pour une somme de 17,7 milliards de dollars. Le rachat de ce géant n’avait même pas étonné les experts, tant l’homme d’affaires franco-israélien semble décidé à s’étendre aux États-Unis. Lui, qui avait déjà récupéré 70 % de l’opérateur Suddenlink au printemps dernier ne cache pas ses ambitions, et aimerait générer la moitié de ses revenus aux US dans quelques années, contre 15 % aujourd’hui.

En un an, ce dernier s’est approprié SFR, Portugal Télécom ainsi que NextRadioTV en empruntant aux banques via des achats à effet de levier, ce qui a eu pour conséquence de creuser une importante dette.

cablevision

Si tout ne se passe pas parfaitement comme prévu (le groupe a réduit son émission obligataire de 6,3 à 4,8 milliards, ce qui devrait le contraindre à augmenter le montant du prêt), l’acquisition de cet opérateur très présent sur New York place Altice comme un concurrent sérieux à des géants comme Comcast ou Time Warner Cable.

Cette boulimie d’achat laissait penser que Drahi s’intéresserait rapidement à T-Mobile, afin de se lancer sur le marché de la téléphonie mobile aux États-Unis. Dexter Goei, directeur général d’Altice, a pourtant coupé court aux rumeurs, en expliquant qu’Altice allait stopper pour un temps ses acquisitions, et se focaliser sur la réduction de son endettement.

Patrick Drahi ne cache en tout cas pas ses objectifs américains.