La NASA a identifié 50 sites pour un possible atterrissage sur Mars

Général

Par le

J’en parlais dans un article à la fin du mois dernier, un colloque rassemblant plus de 170 personnes sur à Houston et plus de 280 en ligne a eu lieu à la fin du mois d’octobre. Le but de ce colloque ? Déterminer où est-ce que des missions habitées pourraient atterrir sur la planète rouge dans le cadre d’une mission dont le but serait de l’étudier.

Jason Major - Flickr
Jason Major – Flickr

Lors de ce colloque, 50 sites pouvant possiblement accueillir une mission habitée ont été relevés et la NASA a commencé à se pencher sur chacun de ces 50 cas. En effet, le colloque n’est que la première étape d’un long processus de sélection et il se pourrait bien que le site qui accueillera la mission dans une vingtaine d’années ne soit pas encore découvert.

Néanmoins, la fin de ce colloque a aussi permis d’en apprendre un peu plus sur ce que recherche la NASA pour une possible mission habitée et sur les sites qui ont été relevés par les chercheurs présents à cette réunion.

On apprend que les 50 sites qui ont été trouvés par les scientifiques se trouvent entre dans les 50° au nord et au sud de l’équateur martien. Toutes ces zones doivent aussi être à proximité de points d’intérêts pour les scientifiques et de ressources pour aider à la mise en place de ces missions sur de longues périodes. Il va sans dire que ces sites doivent aussi être complètement sans danger pour des atterrissages. Au pluriel, oui, puisque les équipes de la NASA imaginent qu’une mission pourrait être composée de plusieurs équipages ou de plusieurs arrivages d’équipement.

Un astronaute présent au colloque explique d’ailleurs que ceux qui iront là-haut ne sont pas trop regardants sur la destination, mais tiennent par contre à ce que la sécurité de leur voyage soit maximale.

Bref, au bout du compte, même si les équipes de chercheurs semblent avoir bien avancé, il semble aussi que le chemin qui reste à parcourir est encore long. Néanmoins, d’après lesres des scientifiques présents au colloque, l’avantage de ce type de rassemblement est que tous les scientifiques présents ne se concentrent que sur un seul problème de manière positive, sans se demander s’il est possible de faire telle ou telle chose, mais plutôt en se demandant comment le faire.

Source: Source