[Impressions] The Surge : sur les traces de Dark Souls ?

Par firoste le

De Deck 13, certains se souviennent de premiers jeux – les point and click Ankh ou Jack Keane – sympathiques mais loin d’être mémorables. C’est davantage avec Lords of the Fallen, sorti il y a un peu plus d’un an, que le studio allemand est apparu sur la carte des curiosités teutonnes. Même si le jeu pêchait un certain opportunisme à calquer Dark Souls, sans être jamais capable d’égaler son modèle, ce dernier valait tout de même le détour pour son efficacité et sa direction artistique, très infernale Dantesque.

thesurge1

Avec The Surge, Deck 13 passe sous le patronage de l’éditeur Focus, mais garde le même cap : un action-RPG, hardcore et punitif, avec jauge d’endurance, réflexes aiguisés et balance constante entre prudence et prise de risque. Sauf que The Surge affiche une expérience un poil plus ambitieuse. Plutôt que de recycler l’éternel decorum médiéval fantastique, le studio lui préfère un cadre futuriste et cybernétique. Un cadre dont le pitch (un homme se réveille dans le futur, dans une station remplie de machines tueuses) et l’ambiance poisseuse ne sont pas sans rappeler l’influence d’Alien ou Dead Space. Un cadre qui permet aussi au studio d’ouvrir son gameplay bastonneur à de nouvelles excentricités, elles aussi intrigantes.

thesurge2

A première vue, le jeu semble déjà avoir gagné en dynamisme et fluidité par rapport à Lords of the Fallen, ce qui n’était pas du luxe. D’autre part, il a la bonne idée d’émailler ses chorégraphies d’une possibilité de viser les points faibles d’un ennemi, que le héros peut même sectionner en cas de coup critique avant de se le réapproprier. Equipé d’un sabre tronçonneuse ou d’une lance-laser massive, l’avatar peut ainsi compter sur un exosquelette, qu’il peut customiser avec de nouveaux membres pris sur l’ennemi. Une opportunité plutôt maligne, qui promet une belle variabilité de builds de personnages, en plus du plaisir stratégique (et un brin jouissif) à handicaper un ennemi avant de le terrasser. Mais, si le concept pensé par Deck 13 nous excite au plus haut point, difficile de se projeter au-delà.

Grapple Spider Unit

La démo, limitée à quelques ennemis disposés en couloir d’un décor assez générique, ne laissait rien entrevoir des ambitions narratives ou artistiques du titre, si ambitions il y a. Celle-ci se terminait tout de même par un boss fight des plus épiques, sous forme d’araignée cybernétique géante. A l’aise aussi bien en combat rapproché qu’en frappes aériennes, le monstre demandait d’abord de sectionner certaines de ses pattes, avant d’atteindre son point vulnérable en son cœur. Un combat brutal et racé, qui réussissait une fois de plus à poser le potentiel d’un titre, qui ambitionne décidément à chasser sur d’autres terres que son modèle. Si cette proposition embryonnaire, aussi séduisante que floue, accouche d’une aventure suffisamment variée pour tenir sur plusieurs dizaines d’heures de jeu, on tient peut être là un des meilleurs disciples de l’héritage From Software.

The Surge, sortie en 2017. Les plateformes concernées n’ont pas encore été annoncées.