[Impressions] Zombie Night Terror : « C’est du Lemmings, avec des zombies »

Par Fabio le

Il n’y a sans doute pas plus clair et plus rapide pour faire comprendre à quelqu’un ce qu’est Zombie Night Terror.

zombie night terror 1

La comparaison n’est pas de nous mais de Jérôme Levet, co-fondateur du studio NoClip et l’un des instigateurs de ce projet démarré il y a deux ans et demi avec deux collègues sous le soleil de Marseille. Le postulat de départ de Zombie Night Terror est en tout cas clair comme de l’eau de roche : il s’agit de contaminer tous les Hommes présents dans le niveau (horizontal) pour les transformer en zombie. Et pour ce faire, comme dans un Lemmings, vos méninges vont être mises à rude épreuve. Bien observer le level design de chaque niveau et utiliser à bon escient les quelques « outils » qui vous seront donnés sont les deux clés d’une mission réussie.

zombie night terror 2

Les premiers niveaux sont faciles. Le jeu vous donne la possibilité de contaminer – en un clic de souris – un certain nombre d’humains. À vous de décider à qui donner l’extrême onction en priorité, car derrière chaque pixel, il y a un homme ou une femme plus ou moins agressif. Il y a surtout des humains armés de batte et de fusil, qui pourront eux repousser plusieurs zombies avant de tomber au combat. C’est bien entendu ceux-là que l’on visera en priorité. Une fois qu’un humain passe du côté zombie, il va avancer de manière bête et méchante dans une unique direction, et mordra au passage tous les gens qu’il rencontre. S’il tombe face à un mur ou un obstacle, il fera demi-tour.

zombie night terror 3

Bien vite cependant, le level design va se complexifier et les possibilités tactiques vont se développer avec l’ajout de nouveaux « outils » pour progresser. Ces outils de progression, c’est d’abord la possibilité de faire muter les zombies vers des formes plus avancées. L’Overlord par exemple, est un zombie statique qui fera changer de direction tous les zombies qui le touchent. Utile pour, par exemple, empêcher votre file d’humains fraîchement contaminés de tomber dans un trou ou de chuter d’un immeuble. Au niveau de la méthodologie, là aussi, c’est très simple, vous n’avez qu’un clic à exécuter sur le zombie de votre choix pour le transformer en Overlord. Plus tard, et pour des problématiques nouvelles, vous aurez la possibilité d’invoquer des zombies qui peuvent escalader les murs ou des zombies façon Tank de Left 4 Dead, capables d’éliminer d’un coup de patte dans la tronche n’importe quel humain (car oui, spoiler, plus tard dans le scénario les humains vont prendre la mesure du danger et vous envoyer des hommes lourdement armés).

zombie night terror 4

En sus des types de zombies, vous allez pouvoir conférer à vos troupes certains pouvoirs spéciaux : ils pourront courir, se faire exploser pour ouvrir une brèche dans un mur ou encore sauter. Là aussi, et c’est très malin de la part des Marseillais, chacune de ces options aura un effet différent selon que vous les utilisez sur un zombie lambda, un Overlord, un Tank… Par exemple, si vous demandez à un Tank de courir, il effectuera un dash sur une distance d’un demi-écran et écrasera tout ce que s’y trouve. Pratique pour venir à bout d’ennemis coriaces. Autre exemple : dites à un Overlord de sauter (il est statique, on le rappelle) et il catapultera tous les zombies qui vont lui arriver dessus, leur permettant d’atteindre une plateforme surélevé…

zombie night terror 5

Auréolé d’un joli graphisme en pixels noir et blanc, servi par une bande-son inspirée et une pléthore de clins d’œil à des références cinématographiques et vidéoludiques, porté par une mécanique huilée et efficace, Zombie Night Terror s’annonce comme un de ces bons petits jeux indépendants sur PC (Steam) et Mac. À sa sortie, le jeu de NoClip offrira 40 niveaux différents répartis en 4 chapitres. Un DLC gratuit débarquera quelques mois plus tard rajoutant 10 niveaux et – très bonne nouvelle – un éditeur de niveaux.