L’EI demande à ses « frères en Belgique » d’éviter les réseaux sociaux

Sur le web

Par Elodie le

Dans un message attribué à l’organisation État islamique (OEI) et diffusé sur Telegram après les attentats de Bruxelles, la cellule tech de l’organisation terroriste encourage ses partisans à s’éloigner des réseaux sociaux et utiliser des outils de chiffrement.

ei_belgique_éviter_réseaux sociaux

C’est sur une chaîne affiliée à l’organisation État islamique, intitulée « Information Security », que le message a été publié depuis l’application de messagerie sécurisée Telegram. Celui-ci explique à « ses frères » comment éviter de se faire repérer par les autorités après les attentats de Bruxelles perpétrés mardi 22 mars : « éviter les réseaux sociaux », utiliser le « chiffrement » pour communiquer et « faire profil bas jusqu’à ce que la pression redescende ».

D’abord repéré par Michael S. Smith, expert en lutte contre le terrorisme au sein du cabinet Kronos Advisory, ce message a été identifié par le Daily Dot comme provenant de l’Afaaq Electronic Foundation, la cellule tech de l’organisation terroriste créée en janvier dernier pour « augmenter la sécurité et les compétences techniques » de ses djihadistes.

En novembre 2015, NBC révélait déjà que le mouvement djihadiste disposait d’un centre d’aide en ligne ouvert 7/7 jours et 24h/24 pour assister les terroristes dans le chiffrement des communications.

Le message en question délivre sept conseils :

— Rester éloigner d’internet sauf si vous utilisez un logiciel de chiffrement comme le réseau Tor, i2P ou un VPN

— Chiffrez tous vos fichiers djihadistes et il est préférable de les supprimer définitivement avec Eraser (logiciel permettant d’effacer des fichiers sans récupération possible, NDLR) ou iShredder ou de détruire le disque

— Nous recommandons vivement d’utiliser Tails OS ou Qubes OS et d’éviter d’utiliser tout autre produit ou système à moins de vous déconnecter d’Internet.

— Éviter les réseaux sociaux, ne partagez aucune information avec vos frères dès à présent, faites profil bas jusqu’à ce que la pression retombe

— Les agences de renseignement travaillent jours et nuits pour arrêter tout djihadiste en Belgique, dont soyez prêts à agir

— Essayez de changer d’endroit dès que possible et ne parlez à personne de votre localisation

— Ne paniquez pas, gardez votre calme, concentrez-vous sur votre prochain mouvement et n’oubliez pas de prévenir vos frères de prendre leurs précautions.

Glaçant. S’ils sont avérés, ces conseils donnent un aperçu de la prise en charge de l’organisation concernant ses djihadistes et potentiels futurs kamikazes, afin d’empêcher leur détection par les autorités.

Ce message révèle également que le groupe n’a pas véritablement embrassé le chiffrement, les outils recommandés servant plutôt à rester anonyme en masquant l’adresse IP, relève certains experts.

D’autres, doutent de la véracité du message tant il parait simple et l’organisation peu au faite des technologies de chiffrement

Malgré un grand ménage opéré en marge des attentats du 13 novembre dernier à Paris, Telegram semble toujours la plateforme privilégiée par l’organisation pour communiquer.

Quoi qu’il en soit, ce message devrait donner de l’eau au moulin des autorités et agences gouvernementales qui tapent sur le chiffrement depuis de longs mois. Apple et le FBI sont actuellement en plein litige à ce sujet.

Toutefois, le New York Times expliquait récemment que lors de la préparation et l’exécution des attentats de Paris du 13 novembre dernier, les terroristes ont utilisé des téléphones jetables plutôt que le chiffrement pour passer sous le radar des forces de l’ordre.