Un hacktiviste détourne les comptes Twitter de Daesh avec des messages pro-gay et porno

Sur le web

Par Elodie le

Affilié aux Anonymous, cet hacktiviste combat l’organisation État islamique à sa manière, en spammant les profils Twitter de Daesh avec des images gay friendly ou porno.

hacktiviste_spam_daesh_porno_gay
Peu après les attentats de novembre 2015, Anonymous déclarait la guerre au mouvement terroriste, promettant de « lancer l’opération la plus importante jamais réalisée ».

Peu de temps après, le collectif rendait public plusieurs comptes qu’il suspectait d’être lié à l’organisation terroriste et assurait avoir saboté plus de 8 000 comptes.

Un activisme contesté par les forces de l’ordre qui craignaient que cela ne gêne, voire bloque, leurs enquêtes.

WauchulaGhost (Wauchula est une ville de Floride, tout comme Orlando) a pris un autre parti pour les combattre : celui du détournement en s’en prenant directement à la propagande et à la réputation de l’organisation.

Il raconte sa lutte au Washington Post : depuis deux mois, et plus encore depuis l’attentat qui a frappé le club gay d’Orlando, le Pulse, cet hacktiviste spamme les comptes liés à Daech avec des images porno ou des photos gay-friendly. Lorsqu’il ne livre pas leur adresse IP, il remplace leur photo de profil avec la mention « I’m gay and i’m proud » (Je suis gay et j’en suis fier) et leur biographie en ces termes : #WeWillNotForgetOrlando (Nous n’oublierons pas Orlando) ou #GhostWasHere (Ghost était ici)

« Daesh n’aime pas le porno. Ils n’aiment pas les femmes en général. Nous avons commencé comme ça pour les divertir et diminuer leur présence sur internet », a-t-il expliqué au Washington Post.

Twitter de son côté a suspendu 125 000 comptes liés à l’organisation terroriste depuis 2015. Depuis deux mois, WauchulaGhost a piraté quelque 160 comptes, et ne compte pas s’arrêter là : « Mon but en me réveillant le matin est d’avoir des messages de Daesh menaçant de me tuer, de me couper la tête. Plus je les rends fous, plus je suis heureux. »

Certains ne manquent pas de relever que la pornographie est normalement interdite sur le réseau social et que des enfants pourraient tomber sur ces images. Un mal pour un bien ?