[Impressions] Steep, ou quand la montagne vous gagne

Par Jules le

En alliant monde ouvert et sports d'hiver, Steep s'approprie un genre laissé à l'abandon depuis plusieurs années. Avec sa future simulation de ski, Ubisoft Annecy veut voir plus loin que l'héritage laissé par la licence SSX.

steep-1

Te reverrais-je, pays merveilleux ?

Plus que le joueur, le véritable personnage principal de Steep semble être l’environnement. Ici, pas question d’une montagne fictive. Ubisoft Annecy ne nous propose rien de moins qu’une partie des Alpes comme terrain de jeu, soit une surface de 256 km² gérée par le moteur de Tom Clancy’s Ghost Recon : Wildlands (aussi développé par Ubisoft et prévu pour le 7 mars 2017). La carte se divise en sept régions, dont cinq disponibles dès la fin du tutoriel. Les deux dernières seront accessibles à partir d’un certain niveau.

Le joueur peut ainsi skier depuis le massif du Mont-Blanc jusqu’aux Aiguilles, en passant par le Col des Aravis ou le MatterHorn suisse. N’en déplaise aux habitués des monts alpins, Igor Manceau, directeur créatif sur le jeu, confie que la version des Alpes proposée par Steep est plus proche de l’interprétation personnelle que de la reproduction fidèle au caillou près.

steep-2

Malgré un peu de clipping et d’aliasing, Steep reste plutôt beau sur PS4. Mais le plus gros de l’immersion passe par l’ambiance sonore. Entre les cris de la faune, le grésillement des câbles électriques, le crissement de la neige ou les carillons qui résonnent au loin, Ubisoft parvient à rendre l’environnement réaliste et surtout, vivant. Je me suis surpris à ranger les skis et opter pour la marche entre deux courses, uniquement pour profiter des paysages.

Steep by Steep

Les épreuves s’articulent autours de quatre disciplines : ski, snowboard, wingsuit et parapente. Le joueur peut choisir librement n’importe quelle course, sur un total de 110, en fonction de son niveau. Certaines, comme les Freeride, lui demanderont de placer le plus de figures pendant un ride, d’autres d’adopter un comportement dangereux voire, tout simplement, d’effectuer le plus beau crash.

steep-3

Les “Histoires de Montagnes”, elles, proposent un parcours plus scénarisé. Le joueur devra visiter plusieurs points précis de la région, ou atteindre un certain score sur différents types de terrains. Car même si le décor se limite aux Alpes, Ubisoft Annecy a tenu à varier les plaisirs. Vous serez donc amené à dévaler des pistes de poudreuse, à caler des tricks sur des chalets noyés sous la neige, ou à tenter de caler le plus haut score possible sans vous manger un pin, un rocher ou un bloc de glace.

steep-4

La prise en main se veut accessible et agréable. Le joueur n’est pas obligé de torturer la manette pour sortir une figure. Pour exécuter un trick, Steep lorgne plus du côté de Skate et son association saut + direction du joystick, que des combos façon Tony Hawk Pro Skater.

Évidemment, si la compétition n’est pas votre came, vous pouvez flâner au gré des flancs de montagne et autres valons. À l’aide du menu “Mountain View”, une vue aérienne de la montagne, vous pourrez planifier votre parcours à l’aide de balises, recommencer n’importe quelle descente (ou vol) depuis le point de votre choix ou regarder l’enregistrement de votre dernière performance. C’est bien simple, quand il ne passe pas la moitié de son temps sur les pistes, le joueur navigue dans le “Mountain View”.

steep-5

Et une fois n’est pas coutume, Steep déroge aux règles établies par les précédents open-world d’Ubisoft. Autrement dit, la carte n’est pas saturée d’activités annexes et autres objets à collectionner. La curiosité du joueur n’en reste pas moins sollicitée puisque ce dernier doit dénicher, à l’aide de ses jumelles, de nouveaux points de spawn ou spots de glisse au gré de ses promenades. D’autant que l’absence de murs invisibles favorise cette dimension d’exploration.

Jouons avec Steep

L’autre force de Steep réside dans sa dimension multijoueur. À tout moment, d’un simple clic, il est possible de former un groupe pouvant accueillir jusqu’à quatre joueurs. En plus de suivre les déplacements de vos coéquipiers ou de regarder leur course en live, vous pourrez partager avec eux vos propres parcours.

steep-6

De même, tout point de spawn ou courses découverts par vos partenaires seront ajoutés sur votre propre carte. Et si vos petits camarades sont des mordus de compétition, ils pourront relever les défis que vous aurez mis en place sur certains points de vos parcours, comme réaliser plus de figures que vous ou frôler le plus d’arbres possibles dans cette descente.

En prenant le meilleur du monde ouvert à la sauce Ubisoft et le meilleur de la saga SSX, Steep réussit à offrir sa propre lecture de la simulation de ski. De quoi ravir tous les nostalgiques de la licence déchue d’EA Sports Big.

Steep est prévu pour le 2 décembre 2016 sur PS4, Xbox One et PC.

stopwatch 6 min.