Après Zelda, même Nintendo ne fera plus aucun jeu pour la Wii U

Par Kocobe le

En novembre 2012, la Wii U, console héritière de l’indécent succès de la Wii, était disponible à l’achat. Un peu plus de 4 ans plus tard, Nintendo décide de ne plus développer de jeux dessus.

Reggie Fils-Aime

Si la communication de Nintendo est en ce moment basée sur la cohabitation de la Switch et de la 3DS – c’est d’ailleurs appuyé par la sortie de deux futurs Fire Emblem cette année sur la machine – la Wii U ne peut pas en dire autant. Pour elle, c’est le terminus. Ce n’est pas moi qui le dis, mais bien Reggie Fils-Aime, le président charismatique de Nintendo of America, au magazine en ligne Polygon. Ce dernier annonce qu’il n’y aurait plus de jeux first party sur la machine après The Legend of Zelda : Breath of the Wild, ou dit autrement, que Nintendo ne développera plus sur la machine après ce chant du cygne.

“Du point de vue de Nintendo, il n’y a plus de développement qui arrivera après le lancement de The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Nous sommes vraiment arrivés en fin de vie de la Wii U.”

Des fonctionnalités en ligne pour le moment préservées

Si vous vous adonnez encore à d’occasionnelles parties de Super Smash Bros. en ligne ou que vous ne crachez pas sur une petite course de Mario Kart 8 avec des adversaires à l’autre bout du monde, rassurez-vous, cela devrait encore être possible pour un petit moment. De même que des jeux en boîte seront toujours disponibles en boutique pour encore quelque temps.

“De notre point de vue, la fin de la console n’est pas pour tout de suite. L’activité actuelle sur des jeux comme Mario Kart et Splatoon n’est pas négligeable. Nous allons continuer à maintenir tout cela.”

Avec l’annonce de la date de la sortie de la Switch la semaine dernière, les chiffres de ventes de la Wii U ne devraient plus vraiment bouger. Au 30 septembre 2016, Nintendo en aura écoulé 13,36 millions. C’est moins que la GameCube, déjà considérée comme un semi-échec, qui s’était vendue à hauteur de 21,74 millions.