Ridley Scott dit s’être trompé sur Prometheus et aurait encore « un ou deux Alien en stock »

Cinéma

Par Henri le

Alien : Covenant vient tout juste de sortir, et le réalisateur Ridley Scott est revenu brièvement sur le futur de la saga.

Cela faisait un moment que le réalisateur britannique travaillait sur Alien : Covenant, et son dernier long-métrage devrait diviser les fans. Durant le développement de ce dernier, Scott avait déclaré que quatre films viendraient s’ajouter à la franchise dans les années à venir.

Récemment interrogé par le site Yahoo UK, il semblerait qu’il ait revu ce chiffre à la baisse. Lorsque la question est revenue sur la table, il s’est montré plutôt vague, tout en baissant les estimations précédentes.

Je ne sais pas. Je ferais peut-être encore deux films. Ou un seul. Vraiment, je ne sais pas.

Une réponse dont on peut comprendre l’imprécision étant donné que le réalisateur a quasiment 80 ans. On sait déjà que la suite d’Alien : Covenant verra le jour dans une quinzaine de mois, mais le dernier film laissait effectivement entendre qu’une nouvelle longue saga est en marche.

Je le réaliserai en à peu près un an. Il devrait sortir dans un an et neuf mois. C’est étrange lorsque vous vous mettez à écrire, planifier et réfléchir au futur d’une franchise. C’est hallucinant de voir comment vos horizons s’ouvrent et comment tout évolue.

Il a également admis que la réaction frileuse des fans envers Prometheus l’avait un peu calmé dans son élan.

On a découvert que les fans étaient vraiment frustrés. Ils voulaient continuer à voir le xénomorphe alors que je pensais qu’il était définitivement cuit. Donc j’ai pensé : Wow, ok, je me suis trompé. Les fans, d’une façon assez amusante, n’ont pas le dernier mot, mais sont la réflexion de vos doutes. Quand vous commencez à vous dire : « J’ai eu raison ou j’ai eu tort », c’est là que leur avis rentre en compte. Je pense que c’est manquer de sensibilité de ne pas prendre leur réaction en compte.

Un avis vraiment discutable (mais respectable), qui se retrouve tout à fait dans ce dernier film, partagé entre désirs d’élévation du genre et fan service assez basique