[Alors, on regarde ?] Missions est-elle la première grande série de SF française ?

Série

Par Pierre le

OCS s’est imposée dans le monde des séries en France, notamment en diffusant des séries américaines comme Game of Thrones 24 heures après sa diffusion américaine. OCS Signature veut aller plus loin en créant du contenu de qualité, en devenant le HBO français. Sa nouvelle série ambitieuse, Missions, est-elle la première grande série SF française ?

(Pas) seuls sur Mars

Créée par Julien Lacombe, Ami Cohen et Henri Debeume, Missions nous fait suivre le premier voyage vers Mars. Un voyage financé par un milliardaire suisse avec un équipage européen. En arrivant sur place, notre fine équipe découvre qu’elle s’est faite griller la politesse par une entreprise américaine lancée par un simili Elon Musk, qui a réussi à atteindre la planète Mars en quelques semaines seulement. Mais la mission américaine est portée disparue et voilà nos chers européens qui passent du statut de pionniers à celui de sauveteurs.

Missions a tous les défauts inhérents à une série française. Des dialogues un peu plats, des acteurs pas toujours persuadés par leurs répliques, des moments de flottements parfois étranges, une réalisation plus pratique qu’inventive et un manque de moyens financiers par rapport aux séries britanniques et américaines.

Pourtant, Missions démontre sa force à travers un autre domaine crucial : son écriture. Les auteurs nous racontent, pendant 10 épisodes de 25 minutes, une histoire prenante qui pioche dans plusieurs genres à la fois. Si les premières minutes laissent présager une aventure hard-science à la Seul sur Mars, la série glisse petit à petit vers des domaines où l’étrange prend le pas sur la science, à la manière d’un Lost. Une référence assumée par les créateurs de la série, d’ailleurs.

Un Lost qui ne veut pas perdre le spectateur

L’histoire globale se montre au final prenante, gardant assez de mystère pour pousser le spectateur à attendre la suite, mais ne le frustrant pas non plus en distillant les réponses au fil des minutes (ce qui en pose d’autres). Un scénario bien écrit, qui n’évite cependant pas certains clichés.

On regrettera cependant un format très court (25 minutes par épisode) qui peut se comprendre du point de vue du budget. Néanmoins, les relations entre les personnages en pâtissent, celles-ci étant réduites au strict minimum. De plus, le nombre important de ces personnages n’aide pas vraiment. On peut également noter des décors de vaisseaux un peu cheapos, mais sur ce coup, c’est vraiment pour chipoter, étant donné que la série se rattrape sur des séquences martiennes très crédibles.

Verdict

Missions est une très bonne surprise et prouve que les séries françaises peuvent se hisser au niveau de leur homologues américaines. Si elle traîne avec elle quelques défauts inhérentes à nos productions nationales, elle montre tout de même qu’il est possible de faire évoluer le paysage sériel français vers de nouveaux horizons.

Missions, 10 épisodes, en exclusivité sur OCS