Timide départ pour Android Oreo, « déjà » installé sur 0,2 % des appareils Android

Android

Par Gaël Weiss le

Google a publié en début de semaine les chiffres de répartitions des versions d’Android installés sur les appareils Android partout dans le monde. Ils permettent de juger notamment du taux d’adoption de la dernière version d’Android – forcément très faible – mais aussi de constater une fragmentation des versions toujours aussi importante.

Tous les mois, Google publie un tableau et un graphique permettant de juger la répartition et donc la fragmentation des différentes versions d’Android installées sur les smartphones, tablettes et différents appareils présents partout dans le monde. Les chiffres du mois d’octobre sont intéressants à plus d’un titre : non seulement Android Oreo apparaît pour la première fois dans ce classement, et l’on peut constater à quel point les précédentes versions de l’OS mobile ont du mal à se faire une place sur les smartphones de monsieur tout le monde.

Les débuts timides d’Android Oreo

Annoncé et lancé au milieu du mois d’août dernier, Android 8.0 Oreo n’est donc présent que sur 0,2 % des appareils Android dans le monde. C’est peu, très peu et l’explication de ce chiffre est bien connue : les constructeurs de smartphones Android n’ont pas encore déployé la mise à jour sur leurs smartphones déjà commercialisés depuis de nombreux mois. Actuellement, seule une poignée de modèles ont droit à Android Oreo : les Pixel et Nexus de Google, et le Xperia XZ1 de Sony. Pour les autres constructeurs, il faudra attendre la fin de l’année, au mieux, le début ou le milieu de l’année prochaine s’ils en ont envie. C’est le cas du Galaxy S7, par exemple.

Le Xperia XZ1 est l’un des rares smartphones à déjà bénéficier d’Android Oreo.

Une chose est certaine, l’arrivée d’Android Oreo va accentuer un peu plus la fragmentation des versions Android. Actuellement, c’est Android 6.0 Marshmallow qui est la version la plus courante sur les smartphones Android (sur 32 % des appareils). Elle est suivie par Android 5.0 et 5.1 Lollipop (27,7 %) et par Android Nougat (17,8 %). Android 4.4 KitKat, sorti en 2013 est quant à lui encore présent sur 14,4 % des appareils Android.

Google tente de remédier à la fragmentation d’Android avec le projet Trebble

Ces chiffres soulignent une fois de plus l’incapacité de Google et des constructeurs Android à parvenir à mettre à jour leurs smartphones Android. Un tort partagé entre les deux parties, puisque Google est pour l’instant incapable de pousser massivement les dernières mises à jour d’Android sur la majorité des appareils dans le monde et les constructeurs Android, de leur côté, n’ont pas d’intérêt financier à mettre à jour leurs smartphones ou tablettes.

Bien conscient de ce problème à l’origine de nombreuses failles de sécurité, Google tente d’y remédier avec le projet Trebble. Cette nouvelle fonctionnalité d’Android devrait en effet permettre aux fabricants de smartphones Android de mettre à jour leurs appareils sans avoir à attendre que leurs fournisseurs de composants leur envoient leurs drivers. Une fonctionnalité qui a fait son apparition pour la première fois… sur 0,2 % des appareils Android.

Source: Source

7 réponses à “Timide départ pour Android Oreo, « déjà » installé sur 0,2 % des appareils Android”

  1. J’ai jamais pigé pourquoi, comme windows qui compte un nombre de matériels et de drivers différents, android ne puisse pas être installé de la sorte… Libre après aux constructeurs de proposé leur surcouche en rapport avec la version concernée par la suite. Car on se retrouve avec du matériel qui a tout juste 2 ans, surpuissant, et qui passera jamais de manière officielle aux dernières versions de l’OS.. vive la fragmentation et les failles de sécurité jamais comblé du fait de l’absence de mise à jour… Voilà pourquoi je suis passé chez Apple, dégouté de voir mes Galaxy S3 et S4 sur d’ancien système à moins de les bidouiller avec des versions plus ou moins instables… j’imagine que le S5 ou S6 de chez Samsung vont devenir trop ancien aussi pour ces OS, alors que ce sont des bombes de puissance…

  2. Ce n’est pas l’apanage des téléphones mais de la grande majorité des appareils électroniques actuels.
    Ce n’est pas uniquement les couts de modification des surcouches mais simplement une volonté de différentier les anciens des nouveaux modèle.
    Les appareils actuels fonctionnent avec des “firmware” et donc le code n’est plus hardcodé dans des puces électroniques. Ce sont des ordinateurs dédiés. Par exemple beaucoup de télévisions ont un noyau linux/webos (https://www.samygo.tv/). Idem pour les lecteurs Blu ray, les homes cinéma…
    Donc, en théorie tous ces appareils pourrait être mise a jour pour supporter les nouveaux standards (audio par exemple). Ce qu’évitent de faire les constructeurs. Ils les vendent en soulignant la possibilité de mise à jours mais, à part quelques corrections de bugs (et encore), pas beaucoups de changement sont apporté à l’appareil.
    La puissance des smartphones va (ou a déjà) dépassé les besoins des OS pour la plus grande partie des utilisateurs (Hors gamers). Cela c’est passé pour les PCs et Windows NT(Version 2000 à 10). Les PC vieux de 5ans et + peuvent tourner sous windows 10 sans trop de ralentissement.

  3. C’est leur propre politique qui entraîne cette fragmentation, s’il commençait par arrêter de ne pas mettre à jour leurs smartphones qui ont plus de deux ans ce serait un bon exemple.

  4. Titre à la con pour un article à la con: Oreo n’est dispo que très peu d’appareils du coup oui le pourcentage est faible… J’imagine que l’auteur de l’article à un iPhone…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *