Un sénateur français aimerait que l’État s’intéresse au cas des loot boxes

Jeux-Video

Par Jules le

Face à la multiplication des loot boxes (caisses de butin, souvent aléatoires) dans les jeux multijoueur, et alors que la grogne des joueurs se fait de plus en plus vive vis-à-vis de cette pratique, le sénateur Jérôme Durain appelle les pouvoirs publics français à se pencher sur le sujet sans pour autant légiférer.

Prenons un exemple simple. Tobias et Camille se sont offert Star Wars Battlefront II. N’ayant pas forcément le temps de jouer, ils décident chacun de convertir de l’argent réel en monnaie in-game afin d’acquérir des loot boxes et tenter de débloquer armes et améliorations, histoire de progresser plus vite dans le jeu.

Mais voilà, aléas du hasard, tandis que Camille récupère un fusil puissant, qu’elle n’aurait pu débloquer qu’après plusieurs dizaines d’heures de jeu, ainsi que des cartes d’améliorations qu’elle peut utiliser directement, le pauvre Tobias n’a droit qu’à des crédits, des pièces de craft et une nouvelle pose de victoire pour les Stormtroopers. Inutile de dire que Tobias se sent floué. Il dépense la même somme que Camille et n’a le droit qu’à des items cosmétiques et de la monnaie de singe.

Dans le viseur de l’État

Vous l’aurez compris, dans le système de loot boxes repose sur un pari. Investir de l’argent réel, ou jouer suffisamment longtemps pour accumuler de la monnaie in-game, afin d’acquérir l’une de ces caisses, sans savoir précisément ce qu’elle renferme. Dans le cas de jeux comme Overwatch, cela ne pose pas de problème puisque les coffres ne contiennent que des objets cosmétiques qui n’ont aucune influence sur le gameplay. En revanche, les loot boxes de Star Wars Battlefront II permettent d’acquérir, armes, héros, et améliorations qui ont une incidence sur le déroulement d’une partie multijoueur.

Ce qui n’a pas du tout été du goût des joueurs. La colère des utilisateurs a été telle qu’elle a forcé EA à faire marche arrière et retirer les fameuses loot boxes. Mais elle a surtout attiré le regard des pouvoirs publics. Et notamment celui de Jérôme Durain.

Ce sénateur élu de Saône-et-Loire a en effet annoncé avoir rédigé une lettre à l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), dans laquelle il appelle à « une attention toute particulière de la part des pouvoirs publics » vis-à-vis de la question.

Pas de légifération, mais une meilleure transparence

S’il souligne le fait que « certains observateurs pointent là un rapprochement du monde du jeu vidéo avec les pratiques propres aux jeux d’argent et de hasard », Jérôme Durain estime qu’il n’est pas « nécessaire à ce stade de mettre en place une législation spécifique. »

À la place, il s’interroge sur « l’opportunité qu’il y aurait à assurer une protection des consommateurs en la matière ». Et cette protection pourrait passer par une meilleure transparence. Car comme le souligne Jérôme Durain, « la transparence n’est pas généralisée en ce qui concerne les statistiques régissant les loot boxes, même si de bonnes pratiques existent parfois. » Le sénateur du Parti socialiste en veut pour exemple le cas de la Chine, qui a opté pour la transparence quant à la probabilité des gains. Il rappelle également que le Royaume-Uni et la Belgique ont décidé de se pencher sur la question et ont déjà saisi les autorités régulatrices.

Jérôme Durain précise enfin qu’il a également fait parvenir une copie de la lettre à Mounir Mahjoubi, l’actuel secrétaire d’État en charge du numérique, au S.E.L.L., au SNJV et à l’association France Esport.