Orion Span veut construire un hôtel spatial pour accueillir des touristes

Espace

Par Olivier le

L’espace reste majoritairement réservé aux astronautes de la NASA et des agences spatiales. Les touristes n’y ont pas vraiment leur place, et encore moins ceux qui voudraient rester plus longtemps qu’un simple aller-retour au dessus de l’atmosphère terrestre.

Rendu de l’Aurora Station.

Virgin Galactic et Blue Origin ont l’ambition de transporter des touristes dans l’espace, mais il s’agit uniquement de leur permettre de profiter quelques minutes de la rotondité de la Terre. On en est encore loin : la compagnie de Richard Branson en est toujours à effectuer des essais et des tests pour s’assurer de la fiabilité de son SpaceShip Two.

Prix tout compris

Orion Span veut aller beaucoup plus loin. Cette entreprise a tout simplement l’intention de construire un hôtel spatial dans lequel les touristes pourront demeurer plusieurs jours ! Le prix du ticket pour séjourner au sein de l’Aurora Station sera, on s’en doute, plutôt salé : 9,5 millions de dollars pour 12 jours… Pour ce tarif, on sera logé et nourri pendant toute la période bien sûr, mais il faudra partager l’espace entre quatre touristes et deux membres d’équipage.

Pour être tout à fait complet, le prix comprend aussi trois mois d’entraînement, et… le transport aller/retour vers la station ! On peut réserver une place tout de suite en versant un dépôt (remboursable) de 80.000 $. Reste évidemment à savoir quand on pourra s’envoler vers cet hôtel un peu particulier. Orion Span annonce une mise en orbite de la station en 2021, avec l’accueil des premiers touristes l’année suivante.

Seul problème : pour le moment, à part beaucoup de marketing qui envoie du rêve, il n’y a rien de très concret. La construction de l’Aurora Station n’a toujours pas débuté, d’ailleurs celle de l’usine non plus ! Les premiers travaux pourraient commencer d’ici six à neuf mois. Et puis il faut aussi nouer des accords avec des transporteurs spatiaux qui n’ont pas encore tout à fait prouvé qu’ils pouvaient assurer leur mission en toute sécurité.