Le réacteur nucléaire de poche de la Nasa fonctionne

Espace

Par Olivier le

Si un jour des astronautes doivent passer plusieurs semaines, voire plusieurs mois, sur la Lune, sur Mars ou n’importe quelle autre planète du système solaire, il leur faudra nécessairement une source d’énergie.


On peut évidemment miser sur les sources d’énergie naturelles — le solaire en particulier — pour alimenter sur le temps long des installations lunaires ou martiennes, mais il faudra sans doute quelque chose de plus puissant pour soutenir l’activité et les besoins d’une petite colonie. La Nasa a pensé à ce problème et sa solution, c’est le Kilopower, un réacteur nucléaire « de poche ».

De l’énergie pour les astronautes

Présenté en janvier, cette solution a nécessité plusieurs années de travail pour l’agence spatiale américaine et le ministère de l’Énergie US. En fait, le développement a commencé en 2012. Un labeur qui a payé, puisqu’un premier test du Kilopower a montré que ce réacteur était tout à fait viable.

Ce test a été réalisé le mois dernier dans le désert du Nevada (on n’est jamais trop prudent…). L’expérimentation n’a été rendue officielle que ces derniers jours, mais elle est couronnée de succès : le réacteur a fonctionné à pleine capacité durant 28 heures. De quoi valider les technologies utilisées par les chercheurs de la Nasa. Et rapprocher un peu plus l’humanité du rêve des colonies spatiales.

Le Kilopower est capable de générer 3 kW, ce qui sera un peu léger pour alimenter la future capitale de Mars, mais des versions plus imposantes pourront produire plus d’énergie. Et puis il est aussi possible de connecter plusieurs petites unités afin d’obtenir plus de puissance. Si le test est concluant sur Terre, il reste une étape importante à franchir : tester cette mini-centrale nucléaire dans l’espace…

10 réponses à “Le réacteur nucléaire de poche de la Nasa fonctionne”

  1. Tu fais tourner une maison avec 200W et un panneau solaire… apres c’est sur que si t’as des habitudes de riches t’auras plus de mal.

  2. Riche? avoir un sechoir? Discutable tout est relatif. Un menage moyen aura une cuisinière un micro onde, une machine à laver, un seche cheveux …et chauffage , en france specialement, électrique,….. mais ce n’était pas le but de mon intervention.

    Je voulais surtout souligné que tout un générateur nucléaire pour produire si peu d’énergie, je trouve cela un peu décevant.

  3. Riche? avoir un sechoir? Discutable tout est relatif. Un menage moyen aura une cuisinière un micro onde, une machine à laver, un seche cheveux …et chauffage , en france specialement, électrique,….. mais ce n’était pas le but de mon intervention.

    Je voulais surtout souligné que tout un générateur nucléaire pour produire si peu d’énergie, je trouve cela un peu décevant.

  4. Non, justement. Une centrale 3 tW ça fait 40 ans qu’on sait faire. La performance c’est justement de miniaturiser la technologie pour n’en faire une "que" de 3 kW.
    Maintenant qu’on maitrise les deux extrêmes, toutes les configurations sont possibles, au choix.

  5. Non, justement. Une centrale 3 tW ça fait 40 ans qu’on sait faire. La performance c’est justement de miniaturiser la technologie pour n’en faire une "que" de 3 kW.
    Maintenant qu’on maitrise les deux extrêmes, toutes les configurations sont possibles, au choix.

  6. la centrale en question a fourni 3kW soit 3000 joules par seconde. La puissance de ton séchoir est exprimée en Kw/heure ce qui n’a rien a voir (en fait si, le rapport est même de 3600 entre les 2) .
    nb: ils se sont limités pendant le test. La puissance théorique est de 10kW et la Nasa estime qu’avec 4 il y aura de quoi alimenter le premier avant poste sur mars. (source nasa.gov)

  7. la centrale en question a fourni 3kW soit 3000 joules par seconde. La puissance de ton séchoir est exprimée en Kw/heure ce qui n’a rien a voir (en fait si, le rapport est même de 3600 entre les 2) .
    nb: ils se sont limités pendant le test. La puissance théorique est de 10kW et la Nasa estime qu’avec 4 il y aura de quoi alimenter le premier avant poste sur mars. (source nasa.gov)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *