Le premier Terminator a failli avoir une happy-end

Cinéma

Par Mathieu le

Il y a une tradition à Hollywood, celle des happy-ends. Pour bien des studios, il est nécessaire de proposer un film qui diffuse un message positif. Ce virus « Disney » comme on pourrait l’appeler a ainsi touché bien des œuvres qui avaient été pensées différemment par leurs auteurs. Heureusement, certains ont réussi, à force d’abnégation, à passer entre les mailles du filet. C’est le cas de Terminator, le premier épisode réalisé par James Cameron.

Kyle Reese, toujours là

Et si Kyle Reese avait survécu ? Une question que l’on ne peut pas vraiment se poser puisque le sacrifice du personnage est au cœur même de la saga Terminator. Pourtant, à en croire les déclarations de Gale Anne Hurd, qui officiait comme productrice et co-scénariste du long-métrage, tout aurait pu être bien différent :

« Nous avons reçu des notes pour terminer le film avant la fin. Au lieu de se finir sur le Terminator devenant un endosquelette mécanique, le plan se terminait sur Kyle Reese et Sarah Connor qui se prenaient dans les bras. »

Le studio en charge du projet (Orion Pictures Corporation, disparu depuis) a ainsi souhaité couper une séquence devenue culte pour beaucoup et qui fait partie intégrante de la saga. Présente durant le ScreamFest de Los Angeles, Gale Anne Hurd explique qu’elle a réussi, aux côtés de James Cameron, à maintenir la vision qu’ils avaient du film :

« Le regretté Lindsley Parsons Sr (scénariste et producteur américain) savait ce que serait Terminator à la fin. Roger Corman (réalisateur) savait aussi ce que Terminator allait être et peu de gens le savaient. Vous avez absolument besoin que les gens croient en vous. Vous avez également besoin que les gens vous disent quand vous vous trompez et que vous pouvez écouter. Lindsley était tout ça à la fois. Roger a toujours été tout cela, et nous avons pu nous arranger avec la pression. Ou nous aurions pu nous tromper et ne pas écouter les choses qui ont rendu ce film meilleur. »

Bien heureusement, James Cameron et Gale Anne Hurd ont réussi à conserver les dernières scènes du long-métrage et à lui apporter une touche dramatique qui a très certainement accentué son succès. Reste qu’on aurait apprécié que le duo soit aussi de la partie pour Terminator 3 (Gale Anne Hurd n’était que productrice déléguée) et les autres suites pour y insuffler un tant soit plus de qualité.

Cela tombe bien, James Cameron signera son retour pour le prochain volet (scénariste et producteur), réalisé par Tim Miller et attendu pour novembre 2019 dans l’Hexagone. Croisons les doigts pour que le studio n’ait pas fait des siennes.