Obsolescence programmée : un observatoire des pannes pour faire pression sur les constructeurs

Business

Par Olivier le

Le débat autour de l’obsolescence programmée est toujours aussi vif, ce qui permet de mettre en lumière une pratique réelle de certains constructeurs. Il provoque aussi son lot de fantasmes.

Pour en avoir le cœur net, l’UFC-Que Choisir lance un « observatoire des pannes » visant à « promouvoir une consommation responsable ». L’association de défense des consommateurs veut les guider dans l’achat de produits résistants, mais aussi à mettre la pression sur les constructeurs pour les forcer à commercialiser des appareils durables.

Un formulaire à l’échelle européenne

Les consommateurs seront invités à remplir un formulaire d’une dizaine de questions (sans avoir à produire de pièces) : les utilisateurs pourront ainsi indiquer s’ils ont subi des problèmes avec leurs appareils. Ils recevront aussi en retour des conseils pour se retourner le cas échéant contre le constructeur. Ces signalements permettront de détecter et « d’agir contre l’obsolescence organisée/programmée », précise l’UFC-Que Choisir.

Les réponses au formulaire de l’UFC-Que Choisir alimenteront une base de données européenne à laquelle participent plusieurs autres associations de consommateurs. Les pratiques de l’obsolescence programmée sont préjudiciables non seulement pour le consommateur et à son portefeuille, mais aussi pour l’environnement. Une problématique particulièrement sensible à l’heure actuelle, alors que la loi sur le gaspillage et l’économie circulaire fait la une de l’actualité.

Depuis 2015, les entreprises jugées coupables d’obsolescence programmée peuvent être condamnées à 300 000 euros d’amende et à deux ans de prison pour leurs responsables. Apple fait depuis le début de l’année l’objet d’une enquête préliminaire menée par le parquet de Paris pour tromperie et obsolescence programmée. En Italie, la marque ainsi que Samsung ont été condamnés pour pratique commerciale malhonnête, en raison de mises à jour logicielles qui ralentissaient leurs appareils.

Plus récemment, l’UFC-Que Choisir a attaqué Nintendo pour obsolescence programmée concernant les Joy-Con de la Switch.