Ce logiciel permet de voir ce que voient les animaux

Science

Par Felix Gouty le

Un chien, un chat, un oiseau ou un insecte ne voient clairement pas comme nous. Mais comment voient-ils exactement le monde qui les entoure ? Des chercheurs ont mis au point un logiciel capable de répondre à cette question, en particulier au niveau de la perception des couleurs.

Voir comme les animaux nous voyent.

Voir les couleurs avec les yeux d’un chat, d’un moineau ou d’une abeille, c’est désormais possible ! Des chercheurs britanniques des universités de Queensland et d’Exeter au Royaume-Uni ont rassemblé un grand nombre de données connues sur l’acuité visuelle et la perception des couleurs et de la lumière chez différentes espèces animales et les ont appliqué à une infrastructure logicielle. Cette dernière se nomme “Quantitative Colour Pattern Analysis” (QCPA) ou, en français, “analyse quantitative des modèles colorimétriques”. “La plupart des animaux possèdent des systèmes visuels complètement différents de celui des humains, expliquent Cedric van den Berg, l’un des auteurs des travaux, publiés dans une étude parue dans Methods in Ecology and Evolution. Pour beaucoup d’espèces, il est difficile de concevoir à quel point leurs visions des couleurs peuvent être complexes et impacter leurs comportements”. Pour faciliter la compréhension du système visuel de certaines espèces animales, ces scientifiques ont combiné des systèmes d’analyse d’images et de techniques de traitement des couleurs. Cette combinaison constitue un logiciel, en open source, téléchargeable gratuitement et applicable sur n’importe quel smartphone ou appareil photo moderne doté d’une interface informatique. Quatre années de travail ont été nécessaires pour le mettre au point.

La vision d'une fleur selon un humain ou des oiseaux.
La vision d’une fleur, à deux mètres de distance, pour un humain (en haut à droite), un Pygargue à tête blanche (en haut à gauche) ou un moineau domestique (en bas à gauche) en utilisant le système QCPA (Crédits : Empirical Imaging).

Une fois des photos prises, le logiciel QCPA peut les traiter afin de les convertir en images telles qu’elles apparaîtraient à certains animaux comme une abeille, un moineau (voir ci-dessus) ou même des animaux capables de voir les ultra-violets, à la manière de simples filtres. “La flexibilité de notre infrastructure logicielle offre aux chercheurs la possibilité de mieux comprendre le fonctionnement de la vision d’autres espèces, déclare Karen Cheney, autre chercheuse responsable de cette étude. Par exemple, QCPA peut les aider à en savoir plus sur l’impact du blanchissement du corail pour les animaux s’y camouflant pour survivre”.

Le Petit livre des couleurs
  • Michel Pastoureau, Dominique Simonnet
  • Éditeur: Points
  • Broché: 144 pages

Source: Phys.org