[CES] Des sextoys toujours plus intelligents pour se faire plaisir

Gadget

Par Remi Lou le

Entre écrans pliables, voitures futuristes et autres téléviseurs ultra haut de gamme, le CES bat actuellement son plein. Mais la tech, c’est aussi du sexe, en témoigne la présence de sextoys sur le salon, dont ceux de la firme qui avait été bannie l’an dernier.

Crédits : Lora DiCarlo

Le CES et les sextoy, c’est une longue histoire. Rappelez-vous de l’année dernière, lorsque le sextoy connecté féminin Osé s’était vu retirer son prix, suscitant une vive polémique. Si cette affaire avait fait grand bruit, c’est notamment parce que la raison de ce retrait était plutôt trouble, puisque la CTA avait pris la décision d’interdire le sextoy de salon en raison de son caractère « immoral, obscène, indécent, profane ». Pourtant, le CES n’en est pas à son coup d’essai en matière de produits ayant rapport avec le sexe. Le salon avait aussi bien accueilli des dispositifs de réalité virtuelle destinés à la consommation pornographique que des sex-dolls ultra-réalistes sans que cela ne pose de problèmes par le passé. La différence majeure, c’est que ces produits étaient alors destinés à des hommes, alors que le Osé se destinait quant à lui aux femmes, ce qui n’a pas manqué d’alimenter le débat autour d’un certain sexisme présent dans le milieu de la tech.

Cette année, les mentalités auraient-elles changé ? La polémique de l’an passé aura au moins eu le mérite de mettre en lumière ces produits et d’inciter leurs créateurs à les mettre en avant. En 2020, on peut ainsi retrouver une nouvelle fois l’entreprise Lora DiCarlo dans les allées du CES, à l’origine du Osé, avec deux nouveaux produits à présenter. Baptisés Onda et Baci, les sextoys sont toujours destinés aux femmes. Le premier est présenté comme « masseur robot du point G » quand le second est lui destiné à la stimulation clitoridienne. Ces deux nouveaux produits seront disponibles en précommande à partir du mois de mars, et pourraient être vendus moins cher que l’actuel Osé, disponible actuellement au prix de 290 dollars, note The Verge.

Mais Lora DiCarlo n’est pas la seule entreprise à présenter des sextoys cette année. La marque OhMiBod est également de retour avec son blueMotion Nex 3, un jouet interactif conçu pour être porté comme une bague (mais pas sur le doigt) et destiné à s’immiscer entre deux partenaires en pleine action. Il est formé d’un nouveau silicone strié baptisé Velvet Wave par la firme, et peut même synchroniser ses vibrations avec celle d’une musique jouée sur votre smartphone. OhMiBod annonce que son sextoy sera disponible en mars au prix de 109 dollars.

Crédits : OhMiBod