Un squelette découvert dans une grotte marine au Mexique remet en question l’origine des premiers Américains

Science

Par Felix Gouty le

Cette femme d’une trentaine d’années a eu le crâne brisé à plusieurs endroits et souffrait d’une infection bactérienne qui dévorait ses os. Elle est morte il y a près de 10 000 ans (au moins) et pourrait renverser nos connaissances sur l’histoire des premiers Américains.

Un squelette découvert au Mexique.
Crédits : Eugenio Acevez.

Quelque part au large de la petite ville côtière mexicaine de Tulum, dans les Caraïbes, se trouve une grotte submergée pleine de secrets. C’est dans cette ancienne caverne, appelée Chan Hole (“petit trou” en langue maya), que des archéologues allemands et mexicains ont fait une découverte qui pourrait modifier nos connaissances sur les premiers humains à avoir peuplé les Amériques. Ils ont récemment publié leurs observations dans la revue scientifique ouverte PLOS One. Chan Hole III est le nom de leur trouvaille : le troisième squelette fossilisé à être mis au jour dans cette mystérieuse grotte de la péninsule du Yucatan. D’après les scientifiques, il s’agirait d’une femme morte alors qu’elle était dans la trentaine et pas en très bonne forme. Elle aurait eu le crâne partiellement brisé par un objet lourd et aurait souffert d’une infection bactérienne (Treponema peritonitis) grignotant ses os.

Du fait de sa fossilisation en partie sous l’eau, la datation du squelette n’a pas été aisée. Plutôt que de procéder à une datation conventionnelle au carbone 14, les scientifiques ont utilisé la méthode uranium/thorium. En se convertissant l’un en l’autre, ces deux éléments chimiques émettent une certaine radioactivité qu’il est possible de calculer. Grâce à cette méthode, ils ont pu dater la moisissure d’une peau de citron qui poussait sur le bout des doigts du cadavre alors que la caverne était encore à l’air libre. Ils sont ainsi parvenus à estimer l’âge minimal du spécimen : 9 900 ans avant notre ère. Cela coïncide avec d’autres fossiles humains découverts dans la région. Cependant, son crâne serait plus rond que celui des premiers humains du centre du Mexique ou d’Amérique du nord et ses dents cariées suggèrent un régime alimentaire différent, plus sucré visiblement. D’après les chercheurs, cela pourrait soit écarter l’hypothèse de migrations successives d’une seule et même population, venue de l’actuelle Russie il y a 12 000, soit indiquer que celle-ci se soit différenciée en deux groupes après s’être installée sur le nouveau continent. “Quoi qu’il en soit, l’histoire de l’installation des premiers hommes en Amérique semble plus compliqué que nous le pensions et pourrait avoir débuté des milliers d’années avant ce que nous estimions”, conclut Wolfgang Stinnesbeck, directeur de cette étude.

Tout sur l'archéologie :...
  • Collectif
  • Éditeur: FLAMMARION
  • Relié: 576 pages

Source: Gizmodo