Pornographie : Le CSA et l’Arcep s’unissent pour protéger les mineurs

politique

Par Julie Hay le

C’est une première, l’Arcep et le CSA réunissent pour la première fois le comité de suivi sur la protection des mineurs contre la pornographie. Les deux entités préparent leur future fusion et invitent les signataires du protocole d’engagement.

porno
Unsplash – Steinar Engeland

“En moyenne, on considère que dans notre pays, c’est à 13 ans que l’on accède à la pornographie” s’inquiétait Emmanuel Macron le 20 novembre dernier. Si le président de la République est entré en guerre contre l’accès à la pornographie par des mineurs, c’est désormais à l’Arcep et au CSA d’entrer dans la danse. Les deux entités ont rassemblé les fournisseurs d’accès à Internet, les opérateurs de téléphonie mobile et plusieurs acteurs du web pour trouver des solutions. Dans un communiqué, le CSA annonce que 64 % des garçons et 39 % des filles âgés de 15 à 17 ans auraient déjà visionné une vidéo pornographique. Un chiffre qui serait d’ailleurs en évolution par rapport à 2013. 37 % des adolescents avaient alors navigué sur un site pornographique contre 51 % en 2017.

Pour lutter contre ce phénomène, ce comité de pilotage étudie la possibilité du développement d’un système de contrôle parental et d’un portail d’information pour aider les parents à l’installer. “Parmi les thématiques de travail prioritaires du comité, figurent ainsi la lutte contre les contenus inappropriés (violence et pornographie) et à la sécurisation des accès” peut-on lire dans le communiqué du CSA.

Bientôt l’arrivée de l’Arcom

La fusion de l’Arcep, le CSA et Adopi approche et les entités se préparent à ce rassemblement. Dans le cadre du projet de loi audiovisuelle, annoncé en juin 2019, ce nouveau conglomérat devra lutter sur tous les fronts de l’audiovisuel et va unir ses forces pour lutter contre la pornographie. Cette première réunion lance officiellement la collaboration entre les différents acteurs.

Dans son communiqué, l’Arcep et le CSA annoncent que le comité de suivi se réunira mensuellement, “afin de veiller à l’avancement des actions conduites par les acteurs”.