Ce bioplastique à base de poisson se dégrade en seulement 6 semaines

Science

Par Felix Gouty le

Déjà récompensé par le monde de l’industrie, le bioplastique MarinaTex est produit à partir de déchets, d’écailles et de peau de poissons. Il se dégraderait en seulement six semaines et il suffirait de le jeter avec le reste du compost.

Le bioplastique MarinaTex.
Crédits : MarinaTex / JamesDysonFoundation.

« Un ingénieur résout des problèmes. Il fallait donc que mon invention fasse le lien entre comportements, industrie et protection de la planète », déclare la jeune ingénieure britannique, Lucy Hughes. Elle est à l’origine de MarinaTex, un bioplastique à usage unique qui pourrait renverser l’industrie du caoutchouc et de ses alternatives synthétiques qui pullulent, comme immortelles, sur les plages et dans les océans du globe. MarinaTex est produit par le mélange de restes de poisson et d’algues rouges locales. « 50 millions de tonnes de poisson seraient gaspillées annuellement au Royaume-Uni » explique l’étudiante de l’université de Sussex. Elle a donc eu l’idée d’utiliser les écailles et la peau retirées des poissons afin qu’ils puissent être vendus dans le commerce. Ces déchets sont normalement destinés à être jetés ou incinérés. Le résultat de son mélange audacieux – obtenu après plus de cent essais – forme une gélose qui, refroidie, produit une pellicule plastique flexible et biodégradable. Le bioplastique MarinaTex mettrait en effet seulement six semaines à se dégrader entièrement. Il peut donc être jeté avec le reste des déchets alimentaires quotidiens. De plus, le rendement serait au rendez-vous : un seul cabillaud entier suffirait pour produire 1 400 sacs plastiques MarinaTex.

MarinaTex a remporté le James Dyson Award en novembre 2019. Ce prix international récompense chaque année des inventions d’ingénieurs et de designers du monde de l’industrie. Il s’accompagne d’un financement de 33 500 euros à utiliser pour poursuivre le développement de l’invention et soutenir sa commercialisation. « Nous avons décidé de récompenser l’idée dont le monde ne pouvait se passer, a déclaré dans un communiqué Sir James Dyson, l’homme derrière ce prix et les fameux aspirateurs éponymes. MarinaTex répond brillamment à deux problèmes : l’omniprésence du plastique à usage unique et les déchets issus de poisson. Avec davantage de recherche et de développement, le projet pourrait évoluer et j’espère qu’à terme, cela sera une alternative à l’abondance du plastique à usage unique. »

En finir avec le plastique:...
2 Commentaires